Navigation – Plan du site
Sur l'Écrit
EchoGéo a lu

Géopolitiques des Amériques

Editions SEDES, Paris, 2008, 320 pages

Texte intégral

1La vertu de cet ouvrage, c’est de saisir le continent américain dans son ensemble dans une vision synoptique qui permet des comparaisons pertinentes et des mises en perspectives communes de sociétés (et de milieux naturels) par ailleurs très hétérogènes. Les trois auteurs sont géographes appartenant à des spécialités différentes, mais tous spécialistes des Amériques. Lucile Médina-Nicolas est spécialiste des frontières de l’Amérique Centrale et enseigne à l’université Montpellier III-Paul Valéry, Cynthia Gorra-Gobin est directrice de recherche au CNRS et enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Bernard Bret est spécialiste du Nordeste brésilien et des inégalités territoriales et sociales, il enseigne à l’Université Lyon III-Jean Moulin.

2Le livre, destiné aux étudiants des classes préparatoires, fait la synthèse des approches thématiques et régionales qui permettent de saisir la complexité et les éléments communs au vaste ensemble s’étendant de l’Alaska à la Terre de Feu. On y trouve en guise d’illustration, cinq cartes, une figure et 25 tableaux statistiques permettant de prendre la mesure des phénomènes expliqués.

3Les Dix-neuf chapitres sont organisés en quatre grandes parties ayant trait successivement aux divers aspects de la construction des Etats-nations.

4La première partie a trait à la construction du territoire et aux circonstances particulières  du découpage des influences coloniales distinctes entre l’Amérique anglo-saxonne et l’Amérique latine. Les anciennes colonies d’hier sont devenues les Etats-nations d’aujourd’hui, en ayant conservé les limites d’entités administratives anciennes, mais en prenant de nouvelles acceptions, avec des prérogatives et des niveaux de responsabilités qui ne correspondent pas du tout à la réalité des débuts. Ainsi, l’exercice d’analyse confine à la généalogie des frontières et des limites de responsabilités des entités qui se sont succédé pour représenter la légitimité du pouvoir.

5La deuxième partie analyse les grands traits de la répartition des hommes, et la dynamique démographique générale qui traverse le continent sur le temps long. La nécessité de répondre à des questions aussi simples que de savoir combien sont les hommes, où ils habitent et ce qu’ils y font occupe toute cette seconde partie. Il y est autant question des flux migratoires que des mouvements naturels dont il semble que l’évolution reproduise les courbes de phénomènes observés dans les pays occidentaux. La transition démographique et l’urbanisation accélérée de la population y attestent des mouvements de fond qui ont bouleversé la structure démographique du continent en à peine une génération. Cette partie est l’occasion de se colleter à la complexité des sociétés amérindiennes dont les cultures sont soumises à une acculturation accélérée.

6La troisième partie part du constat des nouvelles dynamiques économiques qui mettent en branle les pays émergents pour faire un état des lieux des fondements économiques des divers secteurs d’activité ; une attention particulière est accordée au phénomène de métropolisation qui affecte les capitales et les grandes villes du continent dont le réseau forme un système connecté au reste du monde par des moyens de plus en plus sophistiqués tandis que la connexion reste inachevée avec le reste du pays.

7La quatrième partie met l’accent sur les défis du XXIe siècle et les enjeux représentés par les questions environnementales, la question énergétique, les questions politiques, culturelles et religieuses.

8Le titre de l’ouvrage laisse augurer une approche classique selon les règles de la géopolitique qui concentre ses intérêts sur la politique étrangère des Etats. Mais l’ambition éditoriale est bien plus vaste, puisqu’il s’agit de soumettre à une radioscopie générale les sociétés et les paysages par une mise à nu des lignes de force de l’organisation économique et sociale. Avec une égale rigueur, les auteurs retracent les grandes lignes de l’histoire économique en remontant aux conditions de la colonisation européenne, avec ses différentes modalités : colonisation de peuplement ou colonisation de rapport. Selon les cas, le résultat en est la constitution de sociétés plus ou moins égalitaires, l’extension plus ou moins brutale des territoires ponctués dans tous les cas de successions d’avancées et de reculs des frontières étatiques longtemps disputées, instables. Du fait de l’adversité des autochtones ou des puissances rivales européennes, les nations américaines sont nées dans un contexte généralement belliqueux que les auteurs illustrent avec des cartes ou des statistiques rigoureusement choisies.

9Les perspectives d’intégration restent limitées par le réflexe de défiance des nations,  les unes par rapport aux autres, mais encouragées par la perspective d’une émergence de nouveaux acteurs sur la scène géopolitique américaine, avec des objectifs communs fondés sur un partage équitable des richesses et une intégration de plus en plus poussée des marchés.

10Jean Marie Théodat

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Géopolitiques des Amériques », EchoGéo [En ligne], 8 | 2009, mis en ligne le 26 mars 2009, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/11097 ; DOI : 10.4000/echogeo.11097

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org