Navigation – Plan du site
Sur l'Écrit
EchoGéo a lu

Le pique-nique

Ou l’éloge d’un bonheur ordinaire

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Francine Barthe-Deloizy est le résultat d’une démarche collective (24 auteurs) associant des apports impromptus (appelés ici florilèges) à un corpus thématique, fruit d’une recherche entreprise dans le cadre d’un atelier organisé par l’Institut Français des Recherches Iraniennes (IFRI), les services d’actions culturelles de l’ambassade de France en Iran et le laboratoire ENEC de l’Université Paris 4 Sorbonne. Le livre entreprend la généalogie d’une pratique qui relève à la fois de la mode récente, dans ses aspects les plus transitoires, les plus éphémères, et de la tradition la plus ancienne. Généalogie du mot tout d’abord, puis définition des trajectoires possibles pour pister son extension à des sphères de plus en plus diversifiées de culture.

2Le pique-nique est une pratique ambivalente qui expose les éléments privés de l’intimité familiale recluse à la curiosité avide de l’espace public. Cet art de manger ensemble dehors développe, par compensation, des formes particulières de sociabilité où se lisent les différences et se vérifient les appartenances à telle classe sociale d’une époque donnée de l’histoire. Les personnalités géographiques des terroirs se dévoilent à la faveur d’une nappe déployée, à l’ombre ou au soleil, selon la saison, le temps d’une pause champêtre entre de durs travaux.

3L’approche est à la fois généalogique et comparative, en cela qu’elle permet d’explorer les origines d’une pratique ancienne instituée en rituel codé, chargé de resserrer les liens sociaux et de transmettre les codes de l’organisation sociale par un système complexe de signes et de symboles. Selon la temporalité, le lieu retenu pour les retrouvailles, le nombre des personnes invitées et le niveau social, le pique-nique change de dimension et de portée. C’est ici que la géographie imprime le plus décisivement sa marque. La majorité des auteurs appartenant à cette discipline, leur démarche donne à la structure de l’ouvrage les aspects d’une grammaire des civilisations perçues à travers le prisme des pratiques culinaires associées au plein air.

4L’ouvrage est divisé en trois parties et un florilège de souvenirs, dont chacun lève un coin de la nappe pour mettre en exergue un aspect particulier de la société.

5La première partie tente la remontée aux sources d’une pratique attestée par des documents anciens. Des descriptions littéraires aux représentations artistiques de l’Antiquité, cette partie passe en revue les différentes évocations d’une pratique précocement répandue en Europe occidentale.

6La deuxième partie est consacrée à la spécificité des terres de l’Islam où les repas pris en commun, autour d’un même plat, sont l’occasion de ressouder la communauté des croyants. Mais ici aussi, la diversité est la règle : que l’on soit Kurde, Berbère ou Arabe –, on ne s’expose pas de la même façon au vu de tous pour manger, le contenu du repas n’est pas le même, la préparation ne donne pas lieu aux mêmes partages de tâches entre les hommes et les femmes, les divertissements et les jeux associés au pique nique varient considérablement.

7La troisième partie est l’occasion de développer plus en détail les éléments de sociabilité différenciée dans les pays européens dont chacun adopte dans le domaine du pique-nique des pratiques et des attitudes révélatrices des lignes de force de l’organisation sociale. Les festivités typiques des villes anglaises, les agapes champêtres des campagnes istriennes, les déjeuners sur l’herbe des immigrés turcs d’Allemagne sont l’occasion de vérifier l’ambivalence entre l’enracinement dans la tradition propre et l’ancrage dans des pratiques apprises par acculturation et assimilation en pays étranger.

8Le florilège qui clôt cet ouvrage est l’occasion d’élargir le propos à des horizons plus diversifiés en donnant à voir comment, aux quatre coins de la nappe, les hommes se plient pour se passer le pain, le sel et les fruits de la terre avec une frugalité consommée et un sens aigu du partage.

9Jean Marie Théodat

Haut de page

Bibliographie

Le pique-nique. Ou l’éloge d’un bonheur ordinaire. Ouvrage collectif dirigé par Francine Barthe-Deloizy.  Paris, Bréal, 2008. 256 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Le pique-nique », EchoGéo [En ligne], 8 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://echogeo.revues.org/11098 ; DOI : 10.4000/echogeo.11098

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org