Navigation – Plan du site
Sur le Terrain
Les périphéries urbaines

Introduction

Emile Le Bris

Texte intégral

1Territoires convoités, soumis à des politiques de la ville, les périphéries urbaines se développent de façon hétérogène. Ni vraiment rurales, ni vraiment urbaines, ces périphéries sont de plus en plus multifonctionnelles comme en témoigne par exemple la multiplication des parcelles d’agrément dont la création va dans le sens d’une plus grande intégration des territoires périphériques aux aires urbaines.

2Ces territoires sont aussi des lieux originaux de recompositions rurales et non plus uniquement des espaces en voie d’urbanisation, sans autonomie ni identité propre. La question du raccordement des espaces périphériques, tout comme celle de la formation de polarités secondaires, est également abordée, en particulier à travers deux exemples :

  • Dans l’aire métropolitaine de Buenos Aires, les périphéries maraîchères furent le théâtre, ces cinquante dernières années, de recompositions spectaculaires. C’est ainsi que, d’un modèle continu de ceinture verte, on est passé à la figure « d’archipel maraîcher ».

  • L’originalité de la capitale malienne tient au développement de la fonction commerciale en périphérie (les « foires » dont le réseau s’étend dans un rayon de 150 Km autour de Bamako), même si se conjuguent sur ces espaces d’autres fonctions, agricoles et résidentielles. Ce développement s’est accéléré avec la décentralisation, le maraîchage devenant un fondement de la vocation de la périphérie proche, ce qui entraîne une mutation d’une agriculture d’autoconsommation en une agriculture insérée dans le marché intérieur et remet en cause le modèle marchand des foires.

3Dans les franges urbaines, on voit comment certains types d’espace sont plus spécifiquement investis par certaines catégories d’acteurs. C’est ainsi qu’à Buenos Aires, les migrants  boliviens investis dans le maraîchage apparaissent comme des acteurs importants des recompositions métropolitaines. Ces périphéries sont de surcroît des lieux d’innovations en matière de gestion, de gouvernance et d’aménagement. Si au Pérou la présence de l’Etat reste marginale, au Chili la culture de l’auto organisation populaire est très peu présente. De nouvelles échelles d’action supra et infra communales rentrent en compétition avec l’architecture institutionnelle existante. Toutefois, alors qu’au Chili, les juntas de vecinos traduisent une recherche de l’entre-soi, au Pérou le budget participatif se met en place comme outil municipal. Dans le cas de Lima, la participation citoyenne se développe autour d’un sujet environnemental : la défense de la « dernière vallée verte ».

4Les contributions qui composent ce cahier proposent un regard original sur les relations entre villes et campagnes et sur de nouveaux rapports plus ou moins fonctionnels entre centres urbains et périphéries, lesquelles hébergent des sociétés complexes et diversifiées en relation avec la mondialisation économique et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emile Le Bris, « Introduction », EchoGéo [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://echogeo.revues.org/11716 ; DOI : 10.4000/echogeo.11716

Haut de page

Auteur

Emile Le Bris

Emile Le Bris est directeur de recherche de l'IRD, Centre IRD Ile de France elebris@ird.fr

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org