Navigation – Plan du site
Editorial

Les temps de l’environnement

Jean-Louis Chaléard

Texte intégral

1Les questions environnementales ont pris une importance croissante dans nos sociétés. Depuis le rapport Bruntland, le temps est au « développement durable », thème à la mode mais qui, derrière les discours fortement médiatisés, souvent alarmistes ou partisans, révèle de véritables enjeux de sociétés et concerne notre avenir à court ou moyen terme. Diverses questions sont soulevées à ce propos, qui ne renvoient pas toutes au même pas de temps, mais dont l’actualité récente s’est fait l’écho : catastrophes dites « naturelles », réchauffement climatique, etc. Parmi les thèmes évoqués dans cette nouvelle livraison d’ÉchoGéo plusieurs concernent ces aspects. Ils permettent de s’interroger aussi sur la place de la géographie dans ce contexte.

2Celle-ci peut-elle encore contribuer à former des citoyens ? C’est au fond une des questions que pose le dossier « Sur le Métier ». Discipline importante dans l’enseignement secondaire, qui joua un rôle majeur dans la formation de la conscience nationale au début du siècle passé, son rôle est aujourd’hui à réévaluer. La géographie n’a plus la place qu’elle a pu avoir, concurrencée par d’autres disciplines comme l’économie, et plus encore par le flot d’images et d’informations sur le monde que déversent les médias. Repenser les programmes est une œuvre incessante, véritable travail de Sisyphe, mais indispensable si on souhaite que la géographie reste en prise avec le monde tel qu’il est et tel qu’il change. Les nouveaux programmes de géographie dans l’enseignement secondaire, qui découlent de la réforme des lycées, sont l’occasion de s’interroger sur la nécessité et les difficultés de cette adaptation dans un contexte de fortes contraintes institutionnelles. Au-delà, ces programmes interrogent sur le type de géographie à enseigner. Dans ce numéro, Alexis Sierra donne la parole à deux acteurs de cette réforme, un inspecteur général chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre des programmes et un enseignant de lycée chargé de leur application. Le débat sur le « développement durable », placé au centre des nouveaux programmes, et sur la façon de l’aborder, illustre bien un certain nombre d’enjeux actuels autour de la géographie : réhabilitation de la « géographie physique » ? Volonté de traiter des questions au cœur de l’actualité ? Simple habillage destiné à rendre le cours plus attractif aux élèves ? La confrontation de deux regards ne permet sans doute pas de faire le tour complet de la question. Elle met cependant en évidence l’importance d’une réflexion sur la discipline et sur son rôle aujourd’hui.

3La rubrique « Sur le Vif » s’est enrichie de plusieurs articles qui abordent des thèmes dont deux sont exemplaires du monde contemporain. Le premier a trait à l’Exposition universelle de Shanghai, un de ces événements de retentissement mondial que toute grande métropole aspire à organiser. Pendant des Jeux olympiques de Pékin, la capitale politique de la Chine, l’Exposition universelle est autant le signe du rayonnement international de Shanghai que de son poids dans l’économie de son pays. Sur un plan plus général, elle met en évidence à la fois la montée de la puissance chinoise et l’importance croissante de ses grandes métropoles dans la mondialisation.

4Le second thème renvoie à des débats qui agitent le monde scientifique à propos de questions environnementales. Deux textes dans cette rubrique reviennent sur des catastrophes récentes qui ont fait la une de l’actualité. Le premier, qui porte sur l’explosion de la plateforme BP Deepwater Horizon, met en évidence le danger d’une exploitation toujours plus intensive et périlleuse des ressources naturelles. Le second aborde les conséquences des éruptions volcaniques, en s’appuyant sur l’éruption d’octobre 2010 du Merapi en Indonésie, qui a entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes, et sur celle du volcan islandais Eyjafjöll en avril de la même année, qui a provoqué l’arrêt de la circulation aérienne durant plusieurs jours en Europe. Ces événements montrent la fragilité de nos sociétés, qui ont du mal à faire face à des catastrophes « naturelles », qu’elles les subissent ou qu’elles les provoquent, et interrogent sur les processus de gestion de crise.

5Le dossier sur « Le changement climatique aux échelles régionales en France » poursuit la réflexion sur les questions environnementales sur un autre volet et d’une autre façon. Il essaie d’apporter sa pierre à l’analyse scientifique d’un phénomène sur lequel il a été beaucoup écrit, et objet de nombreuses polémiques. L’originalité de ce dossier est de s’en tenir à une échelle qui permet des analyses fines et qui essaie d’aborder les questions dans un cadre plus précis que celui des grands discours généraux à l’échelle mondiale. Les auteurs, à partir de séries statistiques, montrent quelques effets régionaux ou locaux des changements climatiques observés et comment ils renvoient à des questions économiques importantes. C’est particulièrement vrai dans les pays de vignobles, dont plusieurs cas sont analysés dans ce dossier, où les changements peuvent influer sur la qualité de vins classés. Fruit de recherches récentes ou en cours, s’appuyant sur des données de terrain, ce dossier trouve logiquement sa place dans la rubrique « Sur le Terrain ».

6La rubrique « Sur le Champ » est consacrée à la suite du dossier : « Afrique, 50 ans d'indépendance : Dynamiques spatiales, identités, circulations ». Celle-ci permet de compléter le panorama esquissé dans le numéro précédent. Les sujets en sont variés : circulations et identités, agriculture, aide au développement. Ils montrent tous les dynamiques et les difficultés auxquelles ont été confrontés les différents pays depuis les années 1960. Les relations entre États modernes, encadrements préexistants et stratégies sociales endogènes sont centrales pour rendre compte des dynamiques territoriales africaines des dernières décennies. Ces aspects sont vus à travers l’étude des mobilités ou de la frontière qui, au-delà des fabriques et des hybridations identitaires, construisent une nouvelle Afrique. La question du développement économique et social, centrale pour l’Afrique, est abordée de différentes manières. D’abord à travers l’exemple de la culture du coton dont la réussite dans un premier temps parut exemplaire et est aujourd’hui remise en question. Ensuite, par l’étude de la mainmise des investisseurs étrangers sur de grands espaces peu cultivés qui renvoie à des problèmes de mise en valeur et foncier explosifs. Enfin, à travers la question très discutée de l’aide bilatérale. L’ensemble du dossier sur les deux numéros d’ÉchoGéo ne prétend pas analyser toutes les questions qui se posent à l’Afrique aujourd’hui ni faire un inventaire complet des évolutions. À travers quelques cas et quelques thèmes, il s’agit de montrer les dynamiques multiples à l’œuvre sans faire l’impasse sur les difficultés, voire les dérives, qui ont pu survenir, et de proposer des analyses à partir d’études de cas précis qui esquissent une image de l’Afrique francophone et au-delà, du continent tout entier.

7In fine, toutes les interrogations sur l’Afrique ne sont pas étrangères aux questions évoquées en début de ce texte, car les dynamiques ou les blocages analysés renvoient à la question du « développement » du continent, qui pour être effectif, ne peut être que « durable ». C’est un des volets d’un bien vaste sujet…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Chaléard, « Les temps de l’environnement », EchoGéo [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://echogeo.revues.org/12254

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Chaléard

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org