Navigation – Plan du site
Sur le Terrain
Le changement climatique aux échelles régionales en France

Introduction

Gérard Beltrando

Texte intégral

1Les cinq articles de ce dossier sur le changement climatique aux échelles « locales » en France montrent quelques exemples des travaux actuellement réalisés pas les géographes. Ils sont mis en ligne moins de deux mois après le rapport de l’Académie des Sciences1 montrant que, malgré le volume considérable de moyens et de données accumulées ces vingt dernières années, la Science ne peut répondre à toutes les questions posées sur ce vaste sujet. Elle procède étape par étape, ne pouvant fournir que l’interprétation de faits avérés à un moment donné ainsi que des prévisions, dont l’interprétation demande un minimum de prudence mais aussi de connaissances sur les modèles de changement climatique afin de pouvoir en commenter les résultats produits.

2Loin des tumultes et agitations médiatiques du moment, des géographes travaillent avec beaucoup de rigueur et de minutie sur ce sujet qui demande d’une part, une vision la plus globale possible des processus intervenant dans la dynamique des milieux physiques, d’autre part, une bonne capacité d’observation des évolutions observées et des changements sociétaux qui pourraient résulter d’un changement climatique à venir.

3L’article de Sylvain Bigot et Sandra Rome intitulée « Evolution pluri décennale des principales contraintes climatiques dans les Préalpes françaises » propose un diagnostic des variations climatiques contemporaines (1959-2009) à l’échelle des Préalpes du Nord (Vercors et Chartreuse) en utilisant des chroniques stationnelles pluvio-thermiques. Ces travaux montrent que la variabilité spatiale du climat est encore mal connue et que les mesures, au sol ou à distance, doivent être renforcées pour suivre l’évolution du climat qui sera variable d’un territoire à l’autre. Faudra t-il demain essayer de maintenir au mieux la biodiversité de la moyenne montagne ou tenter de s’adapter au changement pour garantir au mieux sa viabilité économique pour les populations ?

4La Camargue, milieu littoral sensibles aux submersions est un autre lieu sensible aux effets d’un probable changement climatique. Les recherches d’Albin Ulmann et François Sabatier montrent que les modèles de circulation générale n’ont pas une résolution spatiale assez fine pour simuler les phénomènes météorologiques locaux. Si le risque de tempêtes pourra augmenter en raison de l’augmentation de la température de l’eau, c’est avant tout la forte vulnérabilité des acticités socio-économiques qui devraient être à l’origine d’un risque de submersion accru.  

5Les trois autres articles portent sur le changement climatique et la variabilité dans trois vignobles de la moitié septentrionale de la France (Bourgogne, Champagne, Val de Loire) qui globalement « bénéficient » du changement climatique pour le moment. Ces recherches ont été réalisées dans le cadre de l’ANR Terviclim2 dont l’objectif est d’analyser la variabilité et les évolutions du climat dans une vingtaine de vignobles du monde :

  • En Champagne, le constat d’un changement du climat depuis la fin des années 1980 est observé par toute une profession et ses répercussions sont plutôt favorables (taux d’alcool…). Mais si l’on se réfère aux sorties des modèles climatiques simulant le climat jusqu’à la fin du XXIe siècle tel que les montre Elodie Briche dans sa recherche doctorale, dans quelques décennies, l’évolution des températures pourrait finir par avoir des retombées négatives pour la viticulture, qui obligerait alors toute une profession à des adaptations importantes.

  • Dans le Val de Loire, Cyril Bonnefoy et al., montrent qu’au-delà de la diversité sous-régionale du climat due aux différences d’influences atmosphériques, le climat local présente depuis les années 1980 des signes de changement qui se mesurent par l’intermédiaire d’indices bioclimatiques et qui s’observent sur certains stades phénologiques. A l’intérieur de ce vignoble, le climat présente déjà une assez grande variabilité et, à l’intérieur de la zone d’appellation, des changements pourraient apparaître dans la qualité des produits récoltés.

  • En Bourgogne, les travaux de Malika Madelin et al., étudient l’évolution des températures avec un changement assez caractéristique vers la fin des années 1980, changement qui s’observe dans un nombre important de paramètres météorologiques mais aussi dans des données de natures diverses (cycle phénologiques par exemple…). Le climat correspondant aux terroirs prestigieux souvent mis en avant (surtout en France) s’est déplacé, sans en connaître précisément les répercussions sur les vins… ?

6Ces quelques exemples montrent que les géographes analysent avec prudence le changement climatique en cours et aux échelles des espaces vécus par les sociétés humaines. Plus que jamais, et loin des polémiques stériles d’une minorité qui ne s’appuient pas sur une démonstration avérée, le regard des Sciences Humaines et des Géographes physiciens en particulier s’impose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Beltrando, « Introduction », EchoGéo [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://echogeo.revues.org/12264 ; DOI : 10.4000/echogeo.12264

Haut de page

Auteur

Gérard Beltrando

Gérard Beltrando est Professeur de géographie à l'Université Paris-Diderot et membre de l'UMR 8586 du CNRS (PRODIG), en détachement (2009-2010) à l’UMR 6554 du CNRS (équipe COSTEL, Rennes). Il travaille dans le domaine de la climatologie appliquée aux échelles régionales et locales (vignoble, pollution de l’air en milieu urbain…) beltrando@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org