Navigation – Plan du site
2012

Les élections législatives en Côte d’Ivoire marquent-elles la sortie de crise ?

Christian Bouquet et Irène Kassi-Djodjo

Résumés

En organisant des élections législatives à peine huit mois après la fin de la violente crise post-électorale qui a failli la faire basculer dans la guerre civile, la Côte d’Ivoire a pris le risque de raviver les animosités. Il semble que les électeurs, lassés des troubles et des violences, ne se sont pas passionnés pour ce nouveau scrutin, a fortiori privé de la participation du parti de l’ancien chef de l’État, qui a choisi le boycott. La participation a donc été faible (36,5 %).
Déjà vainqueurs de l’élection présidentielle, le RDR d’Alassane Ouattara (138), le PDCI de Konan Bédié (86) et leurs alliés comptent désormais 232 députés sur 255. Le président ne devrait pas nourrir d’inquiétude pour les années à venir, sauf si cette écrasante majorité devait tourner au parti unique.

Haut de page

Texte intégral

1Les choses ont changé en Côte d’Ivoire. Alors que les élections présidentielles avaient été reportées à sept reprises depuis 2005, pour finalement avoir lieu avec cinq ans de retard les 30 octobre et 28 novembre 2010, les élections législatives ont été fixées au 11 décembre 2011 et la date a été tenue. Il est vrai qu’une grave crise postélectorale avait suivi le second tour des présidentielles, faisant plus de 3 000 morts en cinq mois de guerre civile larvée ; les Ivoiriens aspiraient donc à une vie politique apaisée.

2Il s’agissait de renouveler les députés qui, élus en décembre 2000 pour cinq ans, étaient encore reconnus (et rémunérés) comme tels après dix ans de mandat. Mieux valait donc faire vite. De telle sorte que l’organisation du scrutin a été l’une des priorités du nouveau pouvoir et, dans l’urgence, un certain nombre d’éléments ont dû être maintenus en l’état. C’est ainsi que la liste électorale, la composition de la CEI (Commission électorale indépendante), et le mode de scrutin n’ont pas été modifiés. En revanche, la carte des circonscriptions a été densifiée, surtout dans les campagnes, ce qui a amplifié la sous-représentation des grandes villes et notamment de la capitale économique, Abidjan.

3L’enjeu de cette consultation n’était pas seulement symbolique. Certes, il fallait réconcilier les Ivoiriens avec la démocratie, quelque peu malmenée entre décembre 2010 et avril 2011. Mais il fallait aussi relancer un mode de fonctionnement politique dépassionné pour reconstruire la cohésion nationale.

Avec les mêmes électeurs, mais pour davantage de députés

  • 1  L’opération, conduite par la SAGEM, avait duré près de trois ans et coûté plus de 300 millions d’e (...)
  • 2  L’augmentation du nombre d’inscrits a été très inégale : + 37% à Abidjan, contre + 2% dans le rest (...)

4C’est ainsi que la liste électorale qui avait servi lors de la présidentielle n’a pas été révisée. On se souvient qu’elle avait été au cœur de débats passionnés et parfois violents depuis les élections municipales de 2001, où le parti de Laurent Gbagbo (le FPI, Front populaire ivoirien) avait suspecté qu’un « vote étranger » était à l’origine de la victoire du parti d’Alassane Ouattara (le RDR, Rassemblement des Républicains). Depuis, à grands renforts d’accords (et de crédits1) internationaux, un nouvel enrôlement avait fini par aboutir à l’élaboration d’une liste admise par tous mais étrangement « courte » : 5 700 000 électeurs, soit à peine 200 000 de plus que lors de la présidentielle de 20002.

5Pourtant, le calcul reposant sur les projections du recensement de 1998 a toujours été simple : sachant qu’il y a environ 20 millions d’habitants en 2010 en Côte d’Ivoire, dont 5 millions d’étrangers, et que 50 % de la population a moins de 18 ans, on doit trouver 7,5 millions d’Ivoiriens âgés de plus de 18 ans. Mais, pour l’heure, une révision de l’enrôlement ne pourra pas avoir lieu avant la réalisation d’un nouveau recensement.

  • 3  Cette commission avait été constituée à partir des « équilibres politiques » actés lors de l’accor (...)

6La composition de la CEI (Commission électorale indépendante), mise en cause par le FPI en raison de sa partialité supposée3, a été très légèrement modifiée par l’ajout d’un vice-président issu de la mouvance favorable à l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo. En outre, et conformément à l’accord de Pretoria (2005), les Nations unies sont toujours en charge de la certification finale des résultats.

7Le mode de scrutin n’a pas été modifié. Le scrutin majoritaire à un tour a été conservé : il permet au candidat arrivé en tête, même avec 15 % des suffrages, d’être élu. Il en est de même des listes qui, dans certaines grosses communes, comportent plusieurs sièges (6 à Abobo ou Yopougon).

8En revanche, les circonscriptions électorales ont été redécoupées, selon des critères qui ne manquent pas d’interpeller le géographe. En effet, pour « tenir compte de l’évolution démographique », le ministère de l’Intérieur est passé de 174 à 205 circonscriptions, et de 225 à 255 sièges de députés. La clé de calcul utilisée ne manque pas d’originalité, puisqu’il a été tenu compte pour 55 % de la population (donc de la démographie), pour 25 % de la superficie (donc de la densité) et pour 20 % du nombre de localités (donc de la dispersion des électeurs). Cette méthode a été choisie en arguant du fait que le député d’un gros quartier d’Abidjan peut voir des milliers d’électeurs en parcourant 500 mètres à pied, alors qu’un député d’une zone rurale peu peuplée doit couvrir des dizaines de kilomètres en véhicule 4x4 pour n’en voir que quelques dizaines.

  • 4  Le Conseil des ministres du 7  mars 2012 a également supprimé 1126 communes (sur 1323). La démocra (...)

9Moyennant quoi, si la moyenne nationale est de 22 453 électeurs pour un député, elle varie de 106 834 à Cocody (quartier d’Abidjan) à 2 207 à Gbeleban (dans la région septentrionale du Denguele). On remarque également que sur les 30 nouveaux sièges, 21 ont été créés dans le nord du pays. En se référant à la carte de la représentation géographique des nouveaux élus, il apparaît que le territoire ivoirien a été recomposé lors du Conseil des ministres du 28 septembre 2011 : les 95 départements ont été regroupés en 30 régions (+ 2 districts) qui justifieront les prochaines élections régionales en lieu et place des départementales. Au-dessus, ont été créés 14 districts (dont 2 autonomes, à Abidjan et Yamoussoukro), qui seront les véritables pôles décentralisés du développement régional, avec à leur tête des préfets4. Là encore, le géographe aura matière à analyse…

Inclusives ou non inclusives ?

10Dans le nouveau jargon du processus démocratique africain, un nouveau concept fait florès : la notion d’ « inclusivité ». Chacun s’en gargarise, sans trop savoir de quoi il retourne. La Côte d’Ivoire n’a pas échappé au débat.

  • 5  Laurent Gbagbo est sous le coup de plusieurs chefs d’accusation, dont celui de crimes contre l’hum (...)

11En effet, la bataille pour les législatives avait démarré bien avant l’ouverture officielle de la campagne électorale, car le FPI avait conditionné sa participation à l’élargissement de son leader Laurent Gbagbo (en résidence surveillée à Korhogo) et de ses cadres, pour la plupart emprisonnés et en attente de jugement. Le transfèrement de l’ex-chef de l’État à La Haye5 le 28 novembre a achevé de crisper les positions, et le FPI a demandé à ses candidats, à ses électeurs et à ses alliés de boycotter le scrutin. Cette position rigide est étonnante, notamment quand un calcul élémentaire basé sur les résultats au premier tour de la présidentielle laissait espérer plusieurs dizaines de députés aux partisans de Laurent Gbagbo.

12Mais, depuis la crise postélectorale, le FPI est entraîné dans une spirale négative. Suspendu fin mars 2011 de l’Internationale socialiste, il a perdu la légitimité de son socle idéologique, notamment aux yeux de l’étranger. Par ailleurs, l’un de ses principaux ténors, l’ex-président de l’Assemblée nationale Mamadou Koulibaly, est allé fonder un nouveau parti de l’autre côté de l’échiquier politique – puisqu’il se déclare ouvertement ultralibéral – le LIDER (Liberté et Démocratie pour la République). Enfin, n’étant plus aux commandes de l’État et ayant vu les avoirs de certains de ses leaders gelés, le FPI manque d’argent…

13Malgré plusieurs interventions du président Ouattara lui-même, qui rappela à cette occasion que son propre parti avait commis une lourde erreur en boycottant le même scrutin en 2000, le FPI est resté sur sa position. Les élections législatives seraient donc « non inclusives », mais du seul fait du refus du parti de l’ancien chef de l’État, et non pas d’une « exclusion » arbitraire.

14Dans un contexte de scrutin majoritaire à un tour, le boycott du FPI a facilité l’implosion de l’alliance RHPD (le RDR d’Alassane Ouattara et le PDCI, Parti démocratique de Côte d’Ivoire, de Konan Bédié), dont la discipline de vote avait permis l’élection du premier nommé au second tour de la présidentielle de novembre 2010. Sans adversaire représentant l’opposition, chacun a donc pu « compétir » pour son propre compte et mesurer sa force. C’est ainsi que, sur les 1 160 candidats enregistrés par la CEI pour se disputer les 178 circonscriptions à siège unique et les 27 circonscriptions à sièges multiples, on comptait 231 RDR, 227 PDCI, et 498 « indépendants » s’affichant sous les couleurs de 34 formations révélant souvent des dissidences au sein des principaux partis.

15La campagne électorale, très brève (sept jours), s’est déroulée sans grande fièvre, et pratiquement sans incidents, si ce n’est quelques actes isolés ayant causé la mort de cinq personnes, dont un candidat. Le scrutin lui-même a été plutôt marqué par une certaine désaffection que par les tensions que l’on pouvait craindre, à peine huit mois après la fin des violences ayant suivi les élections présidentielles. Tous les observateurs internationaux ont indiqué que les opérations de vote du 11 décembre avaient eu lieu dans le calme et sans irrégularités patentes.

Des résultats sans surprises

16L’un des enjeux de ces élections législatives était évidemment la participation, car les élections présidentielles avaient attiré plus de 80 % des électeurs à chacun des deux tours. De fait, l’abstention lors de ces législatives a été forte, et le taux de participation national n’a été que de 36,56 %. Il était de 31,5 % lors des précédentes législatives (décembre 2000). Le boycott du FPI a donc été bien suivi, mais un certain nombre d’électeurs des deux autres partis sont également restés chez eux, soit parce qu’ils n’étaient pas totalement sûrs des conditions de sécurité, soit parce que l’enjeu du scrutin était faible du fait que les résultats étaient quasiment acquis.

Illustration 1 – Côte d'Ivoire : taux de participation aux élections législatives 2011

Illustration 1 – Côte d'Ivoire : taux de participation aux élections législatives 2011

Source : INS, octobre 2011 ; conception et réalisation : Christian Bouquet, Irène Kassi-Djodjo.

17C’est à Abidjan, considéré comme un fief de l’ancien chef de l’État (qui avait obtenu 51 % des suffrages au second tour de la présidentielle) que l’abstention a été la plus forte (22,6 % de votants, sur 1 530 000 électeurs, soit un quart de l’électorat total de Côte d’Ivoire). Plus généralement, les régions du sud affichent une participation inférieure à la moyenne nationale. Au contraire, plusieurs régions du nord se signalent par une participation supérieure à 60 %.

18Sans grande surprise, le RDR a raflé la mise au soir du 14 décembre 2011 avec 127 députés. Le PDCI n’a guère profité du boycott du FPI et devait se contenter de 77 sièges (contre 98 lors de la précédente législature de 2000, boycottée alors par le RDR…). Les autres alliés du RHDP en remportaient 10 (UDPCI, Union pour la Démocratie et la Paix, et MFA, Mouvement des Forces d’Avenir).

19Les « indépendants » obtenaient 35 sièges, mais parmi les nouveaux élus figuraient des dissidents du RDR ou du PDCI, notamment des jeunes qui n’avaient pas obtenu l’investiture officielle et avaient malgré tout fait campagne. 18 d’entre eux sont revenus au bercail après leur victoire. A l’issue des législatives partielles organisées le 26 février pour solder les 52 cas de contentieux, la composition de la nouvelle Assemblée nationale s’établissait ainsi :

138 RDR

86 PDCI

17 indépendants

8 UDPCI

3 MFA

1 UPCI

20Quant au LIDER de Mamadou Koulibaly, il n’a pas fait la percée qu’on pouvait imaginer, son leader n’obtenant que 2 % dans sa circonscription de Koumassi (quartier d’Abidjan).

Graphique 1 – Côte d'Ivoire : répartition des sièges aux élections législatives 2011

Graphique 1 – Côte d'Ivoire : répartition des sièges aux élections législatives 2011

21La cartesuivanteillustre la nouvelle emprise territoriale des partis ayant participé au scrutin, et fait probablement regretter au FPI de l’avoir boycotté, car plusieurs dizaines de sièges leur ont échappé. Même si le PDCI semble avoir élargi son assise géographique par rapport au premier tour de la présidentielle, le RDR affiche la progression la plus nette sur le terrain favorable à Gbagbo.

Illustration 2 – Côte d'Ivoire : résultats des élections législatives 2011

Illustration 2 – Côte d'Ivoire : résultats des élections législatives 2011

Les régions Agneby-Tiassa, Gontougo, Grands Ponts, N'Zi, San-Pedro, Yamoussoukro affichent le même nombre de députés sous deux étiquettes différentes. On a retenu le nombre de voix obtenues par chaque parti pour indiquer celui qui est majoritaire dans la région concernée.

Source : INS, octobre 2011 ; conception et réalisation  : Christian Bouquet, Irène Kassi-Djodjo.

22Mais qui a vraiment gagné ? Malgré son succès comptable, le RDR va devoir redoubler d’exemplarité à la fois pour résister aux sirènes de l’hégémonisme et pour ne pas oublier qu’il subsiste une opposition, certes cantonnée à l’espace extra-parlementaire du fait du boycott, mais encore très attachée à l’ex-chef de l’État. De son côté, le RHDP pourrait voler en éclats si le pouvoir n’accorde pas au PDCI la place qu’il est en droit d’attendre. S’il est vrai que le président Alassane Ouattara a effectivement confié la Primature à Jeannot Ahoussou Kouadio (membre du PDCI), comme il s’y était engagé pendant la campagne, et suscité l’élection du Premier ministre sortant Guillaume Soro à la présidence de l’Assemblée nationale, il faudra attendre quelques mois pour vérifier que l’alliance est capable de gouverner unie.

23Il est néanmoins apparu un élément positif à l’occasion de cette consultation : le recul de l’ethno-régionalisme électoral. En effet, en raison de l’absence de candidats FPI dans les fiefs favorables à Laurent Gbagbo, notamment dans le centre ouest du pays, les autres partis ont fait émerger des hommes et des femmes qui font mentir la théorie du vote ethnique. Contrairement à ce que certains analystes ont prétendu, l’élection de nombreux députés RDR en pays bété et guéré ne signifie pas une « descente des nordistes » mais l’existence sur place, souvent à l’intérieur même des groupes ethniques locaux, d’Ivoiriens qui font prévaloir l’étiquette politique par rapport au vote identitaire. Cette tendance est encore timide, mais elle confirme les infléchissements dans ce sens déjà repérés dans les jeunes générations.

Conclusion

24A l’issue de cet événement électoral, les observateurs ont souhaité savoir si la réconciliation nationale avait progressé, pensant qu’il suffisait de repasser calmement par les urnes pour effacer les tragiques événements consécutifs à l’élection présidentielle. Naturellement, le constat ne peut qu’être relativisé, dans la mesure où, d’une part, le FPI n’a pas voulu participer et où, d’autre part, la véritable fracture réside davantage dans la mémoire des violences que dans le processus électoral.

  • 6  La Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, présidée par Charles Konan Banny, semble avoir c (...)

25La réconciliation prendra du temps. Elle sera, peut-être, facilitée par la Commission ad hoc6, mais plus sûrement par la réussite des chantiers que le nouveau régime doit impérativement mettre en route sans tarder, et dont la mise en œuvre et le succès dépendent en grande partie de la dynamique parlementaire : la remise au pas de l’armée, la loi foncière, la relance de l’économie (et de son volet social) et, surtout, le traitement égalitaire face à la Cour pénale internationale de tous ceux qui doivent lui rendre des comptes.

26La nouvelle Assemblée nationale aura un rôle important à jouer. Il faut espérer que sa tonalité presque monocolore sera davantage une force qu’une faiblesse.

Haut de page

Bibliographie

Akindes F., 2011. Côte d’Ivoire. La réinvention de soi dans la violence. CODESRIA, 256 p.

Banegas R., 2010. La politique du Gbonhi. Mobilisations politiques, violence milicienne et carrières militantes en Côte d’Ivoire. Genèses, n° 8, p. 25-44.

Bouquet C., 2011. Côte d’Ivoire. Le désespoir de Kourouma. A. Colin, 336 p., et se référer aux cartes en couleur en accès libre sur http://www.armand-colin.com/livre/397447/cote-d-ivoire.php

Bouquet C., 2011. Côte d’Ivoire : une succession manquée. La Documentation Française, février 2011, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/cote-divoire/bouquet.shtml

Bouquet C., 2011. Les leçons de la crise ivoirienne. Géopolitique Africaine, n° 40, http://www.geopolitique-africaine.com/les-lecons-de-la-crise-ivoirienne

Dozon J.-P., 2011. Les clefs de la crise ivoirienne. Karthala, 140 p.

Hofnung T., 2011. La crise ivoirienne. De Félix Houphouët-Boigny à la chute de Laurent Gbagbo. La Découverte, 191 p.

Miran M., 2011. Au-delà du silence et de la fureur. Duékoué (ouest ivoirien : rencontres interreligieuses au "carrefour de la haine". Politique africaine, 123, octobre, p. 95-115.

Haut de page

Notes

1  L’opération, conduite par la SAGEM, avait duré près de trois ans et coûté plus de 300 millions d’euros, soit près de 60 dollars par électeur…

2  L’augmentation du nombre d’inscrits a été très inégale : + 37% à Abidjan, contre + 2% dans le reste du pays.

3  Cette commission avait été constituée à partir des « équilibres politiques » actés lors de l’accord de Marcoussis (janvier 2003). Les ex-rebelles apparaissaient donc surreprésentés. Mais, lorsque leur leader Guillaume Soro est devenu le Premier ministre de Laurent Gbagbo en 2007, la balance a été quelque peu brouillée…

4  Le Conseil des ministres du 7  mars 2012 a également supprimé 1126 communes (sur 1323). La démocratie territoriale ne concernera donc plus que les 30 régions et les 197 communes restantes, essentiellement urbaines.

5  Laurent Gbagbo est sous le coup de plusieurs chefs d’accusation, dont celui de crimes contre l’humanité (« coauteur indirect » de meurtres, viols, actes inhumains et persécutions commis par ses forces entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011).

6  La Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, présidée par Charles Konan Banny, semble avoir compris que le temps serait son meilleur allié. Elle brille donc par son immobilisme

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Côte d'Ivoire : taux de participation aux élections législatives 2011
Crédits Source : INS, octobre 2011 ; conception et réalisation : Christian Bouquet, Irène Kassi-Djodjo.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Graphique 1 – Côte d'Ivoire : répartition des sièges aux élections législatives 2011
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration 2 – Côte d'Ivoire : résultats des élections législatives 2011
Légende Les régions Agneby-Tiassa, Gontougo, Grands Ponts, N'Zi, San-Pedro, Yamoussoukro affichent le même nombre de députés sous deux étiquettes différentes. On a retenu le nombre de voix obtenues par chaque parti pour indiquer celui qui est majoritaire dans la région concernée.
Crédits Source : INS, octobre 2011 ; conception et réalisation  : Christian Bouquet, Irène Kassi-Djodjo.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bouquet et Irène Kassi-Djodjo, « Les élections législatives en Côte d’Ivoire marquent-elles la sortie de crise ? », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 26 mai 2016. URL : http://echogeo.revues.org/13017 ; DOI : 10.4000/echogeo.13017

Haut de page

Auteurs

Christian Bouquet

Christian Bouquet est Professeur de géographie politique à l'Université Bordeaux 3 et membre de l'UMR-LAM (Les Afriques dans le Monde). christian.bouquet@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Irène Kassi-Djodjo

Irène Kassi-Djodjo est Maître-assistante de géographie à l' Institut de Géographie tropicale, Université de Cocody (Abidjan). irenekassi@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org