Navigation – Plan du site
Sur l'Image

Séoul : la transition « sur le vif » des espaces publics de proximité (1995-2010)

Valérie Gelézeau

Texte intégral

1Comment la transformation des formes du logement change-t-elle les pratiques quotidiennes ? La mutation des espaces domestiques (privés) a-t-elle un effet sur l’usage des espaces publics ?

2Saisie ici dans 8 illustrations, l’évolution « sur le vif », en une quinzaine d’années (1995-2010), d’un quartier du péricentre de Séoul (Singongdeok-tong, dans l’arrondissement de Map’o) illustre quelques uns des changements qui peuvent affecter les espaces publics de proximité – ceux de la quotidienneté, à l’échelle du quartier ou de l’îlot résidentiel.

3Les photographies 1 à 4 ont été prises en 1996. La photographie 1 présente un périmètre désigné de rénovation urbaine en contrebas d’une colline. L’îlot à rénover, au premier plan, comprend un groupe de maisons datant des années 1950, dont la forme (toits de tuile recourbés, lourdes portes en bois, minuscules ouverture des fenêtres) et la structure (plan en L ou en U avec une cour intérieure) reprend certaines normes architecturales du début du XXe siècle. Ces maisons, sur un seul niveau, sont connectées à un labyrinthe de ruelles piétonnes. Le cœur de l’îlot est exclusivement résidentiel et les services et commerces (voir le pressing au premier plan) sont rejetés en périphérie de l’îlot, sur les artères principales, assurant la transition avec les îlots voisins. Dans cet archétype résidentiel, la fonction d’espace public de proximité est assurée par les ruelles qui constituent aussi une forme d’extension des espaces privés pour la communauté de voisinage.

Illustration 1 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 1996

Illustration 1 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 1996

Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.

4Les photographies 2, 3 et 4, toutes prises dans ce quartier entre 1996 et 1999, illustrent cet usage d’entre-deux de la ruelle : espace semi-privé qui est aussi un espace public de proximité, où les femmes se retrouvent pour éplucher les courgettes en échangeant les nouvelles (illustration 2), où les enfants circulent en tricycle (ce qui signifie qu’il n’y a pas de danger de circulation, illustration 3), voire où l’on laisse sans surveillance sécher le piment à l’automne (illustration 4).

Illustration 2 - L’usage semi-privé d’une impasse dans le « labyrinthe » des ruelles à Shingondeok-tong

Illustration 2 - L’usage semi-privé d’une impasse dans le « labyrinthe » des ruelles à Shingondeok-tong

Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.

Illustration 3 – À Shingongdeok-tong en 1996, la ruelle est un terrain de jeu pour enfants

Illustration 3 – À Shingongdeok-tong en 1996, la ruelle est un terrain de jeu pour enfants

Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.

Illustration 4 – À Shongongdeok-tong, des piments sèchent dans une ruelle qui apparaît comme une extension de l’espace privé

Illustration 4 – À Shongongdeok-tong, des piments sèchent dans une ruelle qui apparaît comme une extension de l’espace privé

Auteur : Valétie Gelézeau, 1999.

5En 2000, cet îlot avait été reconstruit sous la forme d’un complexe résidentiel comprenant une dizaine d’immeubles de 25 à 28 étages (illustration 5).

Illustration 5 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2000

Illustration 5 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2000

Le périmètre de rénovation de l’illustration 1 a été reconstruit par une filiale construction du conglomérat Samsung.

Auteur : Valérie Gelézeau, 2000.

6La photographie 6, prise en 2010, montre de nouvelles transformations, encore plus profondes : les immeubles aux toits rouges de ce premier îlot rénové qui dominait de sa masse d’autres quartiers dégradés voués à la rénovation en 2000, apparaissent désormais comme « nanifiés » par les tours collectives de grande hauteur construites à la fin de la décennie.

Illustration 6 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2010

Illustration 6 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2010

L'îlot dégradé au premier plan de l’illustration 5 a été reconstruit (tours de grande hauteur au premier plan).

Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.

7Bien que des différences importantes en termes de filière de production, de conception, de contenu social et d’image distinguent le premier complexe résidentiel de ces tours collectives plus récentes et plus luxueuses, les espaces publics de proximité relèvent de la même logique de conception d’équipements adaptés aux populations résidentes : soit des espaces ouverts créés pour cette fonction, comme les terrains de jeu pour enfants (illustration 7), parfois agrémentés de jeux d’eau pour les plus récents (illustration 8) ; soit des espaces communs fermés comme la maison des personnes âgées. A cela s’ajoutent les clubs divers fréquentés par les femmes résidentes des grands ensembles (club de sport, de danse traditionnelle, de musique, etc.). Dans ces nouveaux complexes résidentiels, on observe parfois le maintien de pratiques traditionnelles, par exemple l’usage des nattes et des petites estrades posées en lisière d’un terrain de jeu où s’installent les grands-mères pour surveiller leurs petits-enfants. Mais ces pratiques liées aux postures corporelles de la « vie près du sol » dans des espaces domestiques traditionnellement exempts de meubles hauts tendent à disparaître avec les personnes qui en sont les dépositaires.

Illustration 7 - À Sadang-dong, une scène classique dans un grand ensemble : le terrain de jeux pour enfants

Illustration 7 - À Sadang-dong, une scène classique dans un grand ensemble : le terrain de jeux pour enfants

Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.

Illustration 8 - À Palsan-dong, l’aménagement récent des grands ensembles avec des fontaines et des jeux d’eau très appréciés des enfants en été

Illustration 8 - À Palsan-dong, l’aménagement récent des grands ensembles avec des fontaines et des jeux d’eau très appréciés des enfants en été

Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 1996
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Illustration 2 - L’usage semi-privé d’une impasse dans le « labyrinthe » des ruelles à Shingondeok-tong
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Illustration 3 – À Shingongdeok-tong en 1996, la ruelle est un terrain de jeu pour enfants
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 1996.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Illustration 4 – À Shongongdeok-tong, des piments sèchent dans une ruelle qui apparaît comme une extension de l’espace privé
Crédits Auteur : Valétie Gelézeau, 1999.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Illustration 5 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2000
Légende Le périmètre de rénovation de l’illustration 1 a été reconstruit par une filiale construction du conglomérat Samsung.
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 2000.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Illustration 6 - Le périmètre de rénovation de Singondeok-tong en 2010
Légende L'îlot dégradé au premier plan de l’illustration 5 a été reconstruit (tours de grande hauteur au premier plan).
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Illustration 7 - À Sadang-dong, une scène classique dans un grand ensemble : le terrain de jeux pour enfants
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Illustration 8 - À Palsan-dong, l’aménagement récent des grands ensembles avec des fontaines et des jeux d’eau très appréciés des enfants en été
Crédits Auteur : Valérie Gelézeau, 2010.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Gelézeau, « Séoul : la transition « sur le vif » des espaces publics de proximité (1995-2010) », EchoGéo [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 10 octobre 2012, consulté le 17 avril 2014. URL : http://echogeo.revues.org/13055 ; DOI : 10.4000/echogeo.13055

Haut de page

Auteur

Valérie Gelézeau

Valérie Gelézeau, valerie.gelezeau@gmail.com, est Maîtresse de conférences à l'EHESS, membre de l'UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CNRS-EHESS-Paris 7). Elle a publié récemment 
- Gelézeau V., 2010. Espoirs et désillusions de la décennie du « rayon de soleil ». Critique internationale, octobre-décembre 2010, Thema « Coopérations coréennes, 1998-2008 », p. 9-20.
- Gelézeau V., 2011. The inter-Korean border region – ‘meta-border’ of the Cold War and metamorphic frontier of the peninsula. In Doris Wastl-Walter (ed), The Ashgate Research Companion to Border Studies. Oxon (UK), Ashgate, 2011, p. 325-348.
- Gelézeau V., 2011. Séoul. Autrement, collection « Mégapoles », Paris, 88 p.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org