Navigation – Plan du site
Sur l'Ecrit

La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents

Federico Ferretti

Texte intégral

  • 1  Pour la plus complète bibliographie de et sur Reclus, nous renvoyons au site multilingue  http://r (...)
  • 2  Élisée Reclus, la passion du monde, un film de Nicolas Eprendre, France, 2012, Antoine Martin Prod (...)
  • 3  Nous pouvons citer, sans prétention d’exhaustivité : Storia di un Ruscello. Milano, Eleuthera, 200 (...)

1Dans la littérature abordant l’histoire et la théorie de la discipline géographique, la figure d’Élisée Reclus (1830-1905) est désormais une référence presque obligatoire, au point que cet auteur redécouvert dans les années 1970 en tant que personnage méconnu et oublié semble être, aujourd’hui, l’un des géographes les plus travaillés par l’historiographie disciplinaire. Cette impression est confirmée par la bibliographie qui lui a été consacrée dès le début du troisième millénaire, comptant plus d’une centaine d’ouvrages et articles en plusieurs langues : il s’agit à la fois d’études, de rééditions et d’ouvrages de vulgarisation scientifique1 ; en plus, un film-documentaire sur Reclus vient de sortir ces derniers jours2. Cette démarche se caractérise par son internationalité : des livres comme Histoire d’un ruisseau (1869) et Histoire d’une montagne (1880) comptent au moins une douzaine de rééditions commentées en français, espagnol et italien, parues entre 1998 et 20083.

  • 4  Pour consulter les actes des colloques : Schmidt di Friedberg M. (ed.), 2007. Élisée Reclus : natu (...)

2Comme le démontre Marie-Claire Robic dans sa mise au point sur la littérature reclusienne (Robic, 2008), Reclus a été chez les géographes l’objet de plusieurs vagues de redécouverte et de réinterprétation, ceci à partir des années 1970. La démarche serait justifiée par la nécessité de trouver des « pères nobles » pour des projets scientifiques d’actualité, notamment la géopolitique de la revue française Hérodote et la géographie « radicale » de la revue anglo-américaine Antipode. Après l’écriture de l’article de M.-C. Robic, une nouvelle vague de recherches et de publications a été stimulée par les colloques qui ont eu lieu en 2005 (les plus importants à Lyon, Milan et Montpellier) à l’occasion du centenaire de la mort de Reclus4.

3Ces dernières années, de nouvelles thèses se focalisant sur l’œuvre géographique de Reclus (Ferretti, 2011) ou l’abordant dans le cadre de recherches plus générales (Arrault, 2007 ; Dupuy, 2009) viennent d’être soutenues en France. Un important colloque international Élisée Reclus et la géographie du Nouveau Monde5 a eu lieu en décembre 2011 au Brésil, à l’Université de São Paulo (où des thèses consacrées à l’approche reclusienne de l’Amérique latine sont en cours6), suivi par la journée d’étude Élisée Reclus, l’Orient et l’Occident à l’Âge des empires7organisée à Paris par l’EHESS et l’équipe EHGO en mai 2012. À São Paulo, les nombreuses communications présentées visaient à montrer l’apport de ce géographe dans l’étude du continent américain. Ce débat a été prolongé par la discussion tenue à l’EHESS, où les participants ont analysé la vision reclusienne des pays extra européens, ainsi que sa critique du colonialisme, en l’encadrant dans le contexte de la science européenne de son époque et de la production des savoirs en situation coloniale.

  • 8  Pour une critique de cette partie de la bibliographie reclusienne voir : Ferretti F., Malburet Ph. (...)
  • 9  Reclus É., 2011. Projet de globe au 100.000e. Paris, Éditions B2. Introduction de Nikola Jankovic. (...)
  • 10  Reclus Élie et Élisée, 2012. L’Homme des bois : études sur les populations indiennes de l’Amérique (...)
  • 11  Pour ne citer que les plus récents: O Homem e a Terra. São Paulo, Editora Imaginario, 2011; O Sent (...)

4Du point de vue éditorial, au-delà des divers romans biographiques inspirés par la vie mouvementée de Reclus8, exilé de la Commune de Paris et protagoniste de la fondation du mouvement anarchiste international, nous pouvons citer la réédition commentée du Projet de globe au 100.000e présenté par Reclus pour l’exposition universelle de 1900 à Paris9, et la série éditoriale consacrée aux écrits du géographe et de ses collaborateurs que la maison genevoise Héros-limite vient d’inaugurer10. À São Paulo, l’éditeur Plinio Coelho vient de publier une douzaine de volumes réunissant plusieurs écrits géographiques et sociaux d’Élisée Reclus, traduits en portugais pour la première fois11.

5Mais c’est surtout sur deux ouvrages parus récemment en France qu’il nous intéresse de focaliser notre attention, car ils sont des exemples, à notre avis, de la nouvelle démarche scientifique inaugurée par les colloques de 2005. À cette occasion, les chercheurs ont affirmé la nécessité de prendre en compte un travail systématique de dépouillement des ouvrages et des archives de Reclus, appliquant une rigoureuse méthode historienne, car ils ont estimé que la critique précédente ne s’appuyait que sur une petite partie de son immense corpus (plus de 30 000 pages publiées), comme les deux derniers tomes de L’Homme et la Terre (1905-1908) considérés plus « intéressants » que d’autres ouvrages plus difficiles à aborder, comme la Nouvelle Géographie Universelle en 19 volumes (1876-1894).

6Le premier, par ordre chronologique, de ces deux ouvrages, Élisée Reclus, géographie et anarchie de Philippe Pelletier, s’attaque principalement à la déconstruction de lieux communs de l’historiographie disciplinaire comme l’isolément de Reclus et le décalage entre sa géographie et ses idées politiques. Pelletier se propose d’approfondir cette question en travaillant « sur un sujet vaste et ardu qui reste à traiter en profondeur : celui des rapports philosophiques ou épistémologiques entre la géographie et l’anarchie » (Pelletier, 2009, p. 13).

7L’auteur essaie d’abord d’insérer Reclus dans le contexte de la science évolutionniste de son époque en se démarquant des interprétations qui l’ont défini comme un « précurseur » de l’écologie. Ainsi, il souligne que, dans sa géographie, la question du milieu n’est jamais séparée de la question sociale. D’ailleurs Reclus critiquait Ernst Haeckel (inventeur du mot « écologie ») en tant que darwiniste social et antisocialiste. Pelletier avance l’hypothèse que la récente définition de « mésologie » est plus pertinente pour décrire l’idée reclusienne d’une interaction constante entre l’humanité et la nature.

8Ensuite, la problématique principale sur laquelle travaille l’auteur est l’existence « d’un rapport plus profond entre géographie et anarchie, au-delà même de la personnalité de Reclus » (ibid., p. 131). En effet, plusieurs importants représentants du mouvement anarchiste ont été géographes, notamment les frères Elie et Élisée Reclus, Pierre Kropotkine, Léon Metchnikoff, Charles Perron et d’autres ; notons d’ailleurs que les marxistes ne s’occupent pas de géographie jusqu’à la deuxième moitié du 20e siècle, lorsqu’ils se trouvent contraints à rechercher des prédécesseurs parmi les géographes anarchistes. Pelletier avance l’hypothèse fondamentale que la science géographique et l’idée anarchiste partagent des questionnements et des postures méthodologiques communes, se posant toutes deux comme une interrogation sur le monde, et sur les rapports entre humanité et milieu, cherchant ses réponses non dans des dogmes aprioristiques, mais dans des expériences du monde en constante vérification. D’après Pelletier, elles « partagent en commun une préoccupation majeure, même s’il y en a d’autres, et même si les réponses peuvent différer : la liberté, déclinée en trois plans : le déterminisme, la volonté et la mobilité » (ibid., p. 159).  

9L’autre ouvrage, Élisée Reclus et l’Algérie colonisée de Florence Deprest, aborde plusieurs des thèmes traités lors de la journée d’étude tenue à l’EHESS. Cet ouvrage s’appuie sur une minutieuse analyse textuelle du volume de la Nouvelle Géographie Universelle consacré au Maghreb (1886) et sur un travail rigoureux de contextualisation historiographique. L’auteur se propose notamment de dépasser les interprétations précédentes, dont les auteurs s’étonnaient de ne pas trouver, chez un anarchiste comme Reclus, des manifestations évidentes de l’anticolonialisme à propos de l’Algérie. Comme le démontre Deprest, c’est simplement parce que ces études n’ont pas considéré qu’à l’époque où Reclus écrit, l’anticolonialisme n’existe pas, donc ce n’est qu’après un travail de recontextualisation qu’il faut rechercher l’originalité de Reclus par rapport aux savoirs coloniaux de son époque.

10Pour cela, l’auteur parcourt de façon détaillée la représentation reclusienne de l’Algérie par rapport à celle d’autres savants contemporains, dont Émile Masqueray. Cela fait apparaître la portée critique du discours de Reclus, qui admet la présence de travailleurs européens dans le Maghreb, tout en la séparant du principe de la conquête, dont il dénonce les crimes, et en affirmant le premier, parmi les scientifiques européens du 19e siècle, la subjectivité politique des dits « indigènes ». F. Deprest conclut son ouvrage en affirmant que reconnaître le caractère politique de la résistance indigène, « c’est miner la séparation fondatrice sur laquelle repose tout édifice colonial. Dès lors, une brèche que l’anticolonialisme se chargera de creuser au 20e siècle, s’entrouvre irrémédiablement » (Deprest, 2012, p. 120).   

11Enfin, si en regardant la liste des ouvrages et des articles consacrés à Élisée Reclus dans les dernières années on était tenté d’affirmer qu’il est devenu presque un auteur « à la mode », les prémisses de ce que nous avons appelé une nouvelle démarche scientifique nous indiquent qu’il n’en est pas ainsi. Nous ne sommes qu’au début d’une analyse systématique de l’immense corpus d’ouvrages et d’archives laissés par Élisée Reclus et par son entourage, et d’autres travaux s’annoncent.

Haut de page

Bibliographie

Arrault J.-B., 2007. Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres). Paris, thèse soutenue sous la direction de M.-C. Robic, 705 p.

Deprest F., 2012. Élisée Reclus et l’Algérie colonisée. Paris, Belin, 120 p.

Dupuy L., 2009. Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898). Pau, thèse soutenue sous la direction de V. Berdoulay et J.-Y. Puyo, 332 p.

Ferretti F., 2011. L’Occident d’Élisée Reclus : l’invention de l’Europe dans la Nouvelle Géographie Universelle. Paris, thèse soutenue sous la direction de M.-C. Robic et F. Farinelli, 612 p.

Pelletier Ph., 2009. Élisée Reclus, Géographie et anarchie. Paris, Éditions du Monde Libertaire, 254 p.

Robic M.-C., 2008. Élisée Reclus visited and revisited.  Contribution au livre d'hommage à Axel Baudouin. Trondheim (Norvège), Université de Trondheim, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00168180

Haut de page

Notes

1  Pour la plus complète bibliographie de et sur Reclus, nous renvoyons au site multilingue  http://raforum.info/reclus/

2  Élisée Reclus, la passion du monde, un film de Nicolas Eprendre, France, 2012, Antoine Martin Productions : http://antoinemartinprod.fr/film/affiche/id/419

3  Nous pouvons citer, sans prétention d’exhaustivité : Storia di un Ruscello. Milano, Eleuthera, 2005; Storia di una montagna. Verbania, Tararà, 2008; Histoire d’un Ruisseau. Toulouse, Plume de Carotte, 2007, éd. par N. Ortega-Cantero; Histoire d’un Ruisseau. Arles, Actes Sud, 1995 et 2005, éd. par J. Cornuault; Histoire d’une montagne. Monein, PyréMonde, 2005; Histoire d’une Montagne. Arles, Actes Sud, 1998 et 2006; Historia de un Arroyo. Palma de Mallorca, J. de Olañeta, 2008; El Arroyo. Valencia, Media Vaca, 2001;  Historia de una Montaña. Palma de Mallorca, J. de Olañeta, 2008; La Montaña. Salamanca, Amarú, 1998, éd. par M. Blanco Sánchez.

4  Pour consulter les actes des colloques : Schmidt di Friedberg M. (ed.), 2007. Élisée Reclus : natura ed educazione. Milano, Bruno Mondadori; R. Creagh et alii (ed.), 2009. Élisée Reclus, Paul Vidal de la Blache, la géographie, la cité et le monde, hier et aujourd’hui, autour de 1905. Paris, L’Harmattan;Colloque international Élisée Reclus et nos géographies. Textes et prétextes, Lyon 7-9 septembre 2005 (en CD-Rom, actes en publication).

5  http://reclusmundusnovus.wordpress.com/

6  Ramirez Palacios D. A., 2010. Élisée Reclus e a geografia da Colômbia : cartografia de uma interseção. São Paulo, http://www.teses.usp.br/teses/disponiveis/8/8136/tde-06102010-093308/pt-br.php

7  http://calenda.revues.org/nouvelle23695.html

8  Pour une critique de cette partie de la bibliographie reclusienne voir : Ferretti F., Malburet Ph., Pelletier Ph., 2011. Élisée Reclus et les Juifs : étude géographique d’un peuple sans État. Cybergeo, http://cybergeo.revues.org/23467  

9  Reclus É., 2011. Projet de globe au 100.000e. Paris, Éditions B2. Introduction de Nikola Jankovic. Sur ce projet voir aussi : Alavoine-Muller S., 2003. Un globe terrestre pour l’Exposition universelle de 1900. L’utopie géographique d’Élisée Reclus. L’Espace géographique, vol. 31, no. 2, p. 156-170.

10  Reclus Élie et Élisée, 2012. L’Homme des bois : études sur les populations indiennes de l’Amérique du Nord. Genève, Héros-limite; Reclus É. Écrits Sociaux. Genève, Héros-limite, à paraître en 2012.  

11  Pour ne citer que les plus récents: O Homem e a Terra. São Paulo, Editora Imaginario, 2011; O Sentimento da Natureza nas Sociedades Modernas. São Paulo, Editora Imaginario, 2010; Da Ação Humana na Geografia Física / Geografia Comparada no Espaço e no Tempo. São Paulo, Editora Imaginario, 2010.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Ferretti, « La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents », EchoGéo [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 10 octobre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/13173 ; DOI : 10.4000/echogeo.13173

Haut de page

Auteur

Federico Ferretti

Federico Ferretti, federico.ferretti@unige.ch, est docteur en Géographie, chercheur à l’Université de Genève, Département de Géographie et Environnement, membre de l’UMR 8504 Géographie-cités, équipe EHGO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org