Navigation – Plan du site
Sur le Champ/Sur le Terrain
Varia

La promenade publique géosymbole de l’urbanité espagnole.
La Rambla Nova de Tarragone

Jean Rieucau

Résumés

La promenade constitue une forme urbaine spécifique, à l’origine de la culture du paseo, géosymbole de l’urbanité espagnole. Ce micro-espace ordinaire fonctionne tel un système déambulatoire, de passage. Ce lieu inclusif, de socialisation, d’interaction et de convergence sociétale, sert de manière croissante de territoire de prise de parole, de distinction, d’affichage des différences, par certains groupes humains. Cet espace public linéaire se corporise sous l’effet des corps en mouvement (promeneur, flâneur, piéton, touriste) et se mondialise avec l’intrusion des équipements qui permettent une connexion permanente avec le monde (baladeur, téléphone portable).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès le premier quart du XXe siècle, en particulier à Paris, s’impose la figure du flâneur, qui en marchant dans les espaces publics de la ville, mobilise ses capacités d’observation, ses sens, son corps (Benjamin, 1997). Au sein des espaces communs urbains pratiqués par les piétons, notre étude traite de la promenade qui constituerait un géotype, essence même de la ville, à la fois lieu de vie, d’histoire, de mémoire, d’énonciation et témoignerait de la bonne santé des villes et de leur urbanité (Augustin, 2008). Ce linéaire de flânerie caractérise le centre ville et favorise mieux qu’une place l’interaction et la convergence sociale (Claval, 1981). La promenade permet un déplacement à pied dans un espace qui demeure à taille humaine où il est possible de se mouvoir par le biais du corps (Miaux, 2009). Elle constitue un micro-espace ordinaire, une forme urbaine spécifique, moteur de sociabilités qui s’établissent dans le mouvement (Miaux, 2008). Elle traduit également au XXIe siècle, le primat de l’individu sur le véhicule (Nuvolati, 2009). Les urbanistes et architectes, en consolidant la place de ces axes de déambulation ont valorisé et imposé la place du piéton dans l’espace public urbain (Miaux, op. cit.).

2Comment en Espagne, le paseo, forme urbaine conçue à son origine comme naturante, hygénique et lieu de mise en scène de la bourgeoisie triomphante, s’est-il progressivement transformé au cours des siècles, en géosymbole de l’urbanité espagnole ? Antérieurement au XIXe siècle, les classes dirigeantes pratiquaient les jardins aristocratiques (jardín aristocrático) principaux espaces verts des villes. Au XIXe siècle, la raréfaction de ceux-ci, ainsi que la disparition des jardins conventuels des monastères, font apparaître la nécessité de créer de nouvelles coupures vertes (Quirós Linares, 1991). L’accession au pouvoir de la bourgeoisie urbaine contribue à accélérer la mise en place de promenades publiques arborées. Au XIXe siècle, de nombreuses villes perdent leurs murailles, que l’on remplace par des paseos ou des rondas qui deviennent l’expression de la ville bourgeoise et de son urbanité.

3Au XXIe siècle, la majorité des villes espagnoles possèdent des paseos (67 en Andalousie, 27 en Castille et Léon, 21 au Pays Basque, 20 en Extrémadure, 15 en Catalogne, 14 dans la région valencienne) (Quirós Linares, op. cit.). En quoi le paseo contemporain en Espagne participe-t-il des grandes tensions qui parcourent les villes du début du XXIe siècle : local/mondial, privé/public, autonomie/hétéronomie, normalité/subversion ?

  • 1 La géographie s’ouvre progressivement à l’étude des questions relatives au corps. Si le corps se sp (...)

4Comprendre le géosymbole que représente le paseo dans l’urbanité de la ville espagnole nécessite, d’une part d’étudier le rôle structurant de cette forme urbaine dans l’histoire, d’autre part d’analyser les usages spontanés et contemporains qui s’y déroulent. L’étude concerne la ville de Tarragone (125 000 habitants, 675 000 dans l’agglomération) et sa principale artère viaire la Rambla Nova. Durant six années, de 2004 à 2010, au cours des mois d’avril, mai et juin, nous avons enquêté sur les usages spontanés (voir, observer, participer, se confronter, agir) au moyen de la technique qualitative des « parcours commentés » (20 personnes sollicitées), par le biais de la prise de notes et de photographies. Le décryptage des pratiques des usagers du paseo (promeneur, flâneur, piéton, joggeur, touriste) insistera sur la façon dont en se corporisant1, la promenade devient le lieu d’affichage des groupes sexués, genrés, ethniques.

La promenade, forme urbaine singulière

  • 2 Dans le monde méditerranéen, la place constitue également un lieu d’urbanité, marqué par une forte (...)

5Sur le pourtour de la Méditerranée, les sociabilités urbaines s’expriment dans un « espace commun » de convergence sociétale (Lévy et Lussault, 2003) : l’agora, le forum, le mail, le cours, l’esplanade, les allées, la promenade, le parc, la place (Brunet, Ferras, Théry, 2005). L’idéal-type mythologique de « l’espace citoyen » d’ouverture sociale réside dans celui de l’agora grecque (du grec ageirein : rassembler, s’assembler) représenté par une place publique. Néanmoins, une allée, mieux qu’une place2 permet l’interaction sociale (Claval, op. cit.). La promenade, au cours de l’histoire, tantôt cristallise les interactions sociétales, tantôt laisse à d’autres formes urbaines cette fonction sociale. Si elle est le support de conversations philosophiques dans l’Antiquité, elle s’efface au profit des jardins durant la Renaissance italienne, pendant la vie de Cour en France au XVIIe et au XVIIIe siècle, pour réapparaître dans les grandes villes italiennes à la fin du XVIIIe siècle, puis avec les boulevards haussmanniens au XIXe siècle (Miaux, 2008).

6La promenade caractérise les centres villes dans lesquels la fonction de représentation sociale est importante. Dans l’Europe du sud, la vie publique prend place dans la rue. L’ensemble de la société prend part à la promenade de début de soirée, en été, en Italie (passegiatta), en Espagne (paseo). La flânerie permet de prendre l’air, à la tombée de la nuit, avant le repas du soir en Espagne. En Italie, la déambulation s’effectue sur les quais en bord de fleuve (Rome), sur un pont (Florence), dans la ville. La passeggiatta qualifie à la fois le fait de se promener, mais également le linéaire aménagé pour le faire.

Les promenades urbaines indissociables de l’urbanité espagnole

Une urbanité déambulatoire en rapport avec le nombre

7L’espace public suppose que soient réunis trois principes élémentaires : une accessibilité maximale, un très fort potentiel de rencontre de l’autre, une mise en scène de l’altérité (Berdoulay, Morales, 1999). Dans la péninsule ibérique, existe un goût pour la promenade publique fondé sur une forme d’urbanité déambulatoire, au sein d’espaces publics fortement fréquentés, dans lesquels la foule est indispensable pour une mise en scène de la vie citadine (Berdoulay, Morales, op. cit.). A l’instar des observations faites dans les lieux du tourisme de masse, en particulier dans les méga-stations touristiques (Benidorm) l’intensité de l’animation d’une promenade urbaine dépend de l’importance de sa fréquentation qui conditionne le fonctionnement de l’ensemble de ce système déambulatoire (Equipe MIT, 2002). La concentration humaine devient elle même le fondement de l’attraction du lieu, permettant de faire des rencontres, de se confronter aux autres. L’analyse de cette forme urbaine renaissante interroge sur le rapport que la société entretient avec la « masse » (Equipe MIT, 2005) avec le nombre. En Espagne, ces promenoirs assurent davantage des fonctions de sociabilité urbaine qu’un rôle commercial. La promenade urbaine ibérique combine deux fonctions essentielles : permettre l’interaction sociale (sitio social ou lieu social), servir de lieu de rencontres (sitio de encuentro). Les espaces de vie collective permettent aux citadins de se rencontrer, de discuter, de se donner en spectacle mutuellement, de revendiquer en public, de faire la fête, au sein de lieux marqués par des territorialités éphémères, occasionnelles. La promenade urbaine forme « une succession de lieux, un territoire socialement préparé pour un type attendu de représentation et d’action » (Di Méo, 2009).

La culture du paseo

8Le terme paseo (passeig en catalan) utilisé dans l’ensemble de l’Espagne (rambla en Catalogne) constitue une dénomination générique et qualifie à la fois le lieu où l’on se promène, sur une distance variable de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres, mais également l’action de se promener : pasear (ramblear en Catalogne). Dans le pays, plusieurs termes désignent les linéaires de déambulation urbains : l’alameda, une promenade plantée d’arbres (généralement des peupliers : alamos), la rambla, long et large boulevard, la ronda (boulevard périphérique à la ville). Il existe des promenades d’hiver (paseo de invierno) abritées du vent, tant dans les villes littorales que dans les villes continentales. Elles diffèrent des déambulatoires d’été (paseo de verano) frais, recevant la brise marine sur le littoral, ombragés (Burgos, Valladolid) (Quirós Linares, op. cit.). Certains fonctionnent même toute l’année (Almeria, Burgos). L’acte de déambulation nocturne dépasse l’Espagne méditerranéenne, pour constituer un trait de l’urbanité hispanique, puisque le paseo castillan, dans un climat plus rude (Claval, op. cit.), permet sur une plus courte durée, une promenade et un apprentissage de la vie publique.

La Rambla Nova, une promenade urbaine méditerranéenne face à la mondialisation

La question de recherche et la méthode

9L’urbanité, assimilée par dérive à une ambiance urbaine raffinée qui faciliterait la familiarisation avec « l’usage du monde » (Merlin, Choay, 1996) prend place dans des espaces publics, permettant convergence, interaction, coprésence, entre des individus. Les motifs de l’urbanité participent de l’art urbain (Merlin, Choay, op. cit.) représentés par la rue, la place, le jardin public, complétés dans le bassin méditerranéen par les esplanades, les allées, les promenades.

10Les cinq entrées pluridisciplinaires pour appréhender la diversité de la ville à partir de la rue, figure organisatrice et géosymbole de l’urbanité, proposées par Jean-Pierre Augustin (Augustin, op. cit .) conviennent pour traiter de la promenade.

11La première entrée insiste sur le fait que la promenade, comme la rue, est un des éléments structurant du tissu urbain, permettant d’assurer un lien entre les constructions, une transition d’une place à une autre. La seconde entrée met en avant le fait que la promenade joue le rôle d’attracteur social, par la mise en scène qu’elle induit, facilitant les interactions sociales, permettant un jeu interactif dans lequel les rôles d’acteurs et de spectateurs sont interchangeables. L’anonymat entraine des croisements, des observations qui autorisent un apprentissage de la vie publique (Augustin, op. cit.). Il permet aussi l’affichage des différences entre classes d’âges, groupes ethniques, hommes et femmes. Ce linéaire favorise la socialisation par le côtoiement des autres. Cependant, rues et promenades révèlent aussi les phénomènes d’exclusion sociale, participent des incivilités, des violences, des conflits urbains qui parcourent l’ensemble du corps social. La troisième entrée permet de comprendre que rues et promenades sont des lieux de mémoire, de célébration, de patrimonialisation, qui agissent tels des révélateurs identitaires. La quatrième entrée montre que la promenade sert d’intermédiaire à la mondialisation, au moyen de la marchandisation, de la standardisation de la communication mondialisée, présente sur les panneaux publicitaires, sur les écrans défilant qui la bordent. L’artialisation au moyen des sculptures, l’uniformisation par le biais du design (bancs, ascenseurs, éclairages, fontaines, pavage, monuments d’eau) tendent à se reproduire dans l’ensemble des villes du monde (Augustin, op. cit.). Enfin, la cinquième entrée insiste sur le fait que la promenade constitue un géotype de l’urbanité (Augustin, op. cit.).

12Ce linéaire urbain représenté par la promenade serait :
un élément structurant de la forme urbaine,

  • un attracteur d’interactions sociales,

  • un révélateur identitaire,

  • un intermédiaire de la mondialisation,

  • une figure organisatrice de l’urbanité.

13Notre approche insistera plus particulièrement sur l’idée de la promenade attractrice d’interactions sociales : l’importance de l’anonymat, de l’affichage des différences, la confrontation, la socialisation.

14Compte tenu de la complexité de l’objet d’étude, nous l’avons réduit à une recherche, dans un premier temps, sur les usages spontanés de la promenade (voir, observer, participer, se confronter, agir). La démarche met l’accent sur l’apprentissage de la vie publique, sur cet axe de déambulation fonctionnant comme potentiel de rencontres, de socialisation, sur les besoins d’interactions des habitants, sur la nécessité de confrontation et de rencontres collectives. Deux attitudes des marcheurs et des déambulateurs sont particulièrement privilégiées : s’afficher (seul ou en groupe), s’observer (seul ou en groupe). La promenade constituerait l’épine dorsale de la sociabilité (Charmes, 2006). Dans un deuxième temps sont abordés les fonctions (mémorielle, festive, artistique, commerciale, informative) et les usages programmés (évènements).

15Pour comprendre les cheminements et leur temporalité sur la rambla, nous avons eu recours à la technique des « parcours commentés » (Charmes, op. cit.).Vingt personnes ont été enquêtées durant les jours de la semaine consacrés aux enquêtes, au moyen de cette méthode. Cette démarche permet de synthétiser la liste des usages spontanés et des fonctions et des usages programmés (illustration 6). Chaque marcheur interrogé décrit ce qu’il voit, ce qu’il ressent, sa posture (vision, observation, action) au cours de son cheminement. Chaque personne enquêtée donne son itinéraire, fournit les raisons de sa déambulation (observation, action, participation) qui relève d’une part de l’apprentissage de la vie publique. D’autre part, l’enquêté est amené à dire ce qu’il privilégie sur la promenade : s’afficher individuellement ou collectivement (corps, genre, appartenance sociale, générationnelle, communautaire, ethnique) ou observer, côtoyer, regarder, se replier.

16Les observations ont été menées sur six années (mai 2004, juin 2005, mai 2006, avril 2007, juin 2009, mai 2010) en privilégiant trois mois (avril, mai, juin) durant l’ensemble de la journée, sur l’ensemble de la rambla, de la place Imperial Tarraco à l’ouest jusqu’au balcon de la Méditerranée à l’est (illustration 1). Durant deux années (2006, 2009), deux segments du haut de la promenade situés près du balcon de la Méditerranée et la tranche horaire 19h15-19h45, durant cinq jours de la semaine, ont été privilégiés, parce que durant cette temporalité de fin d’après-midi et de début de soirée, la promenade se remplit et se vide en trente minutes seulement. Les observations ont été faites in situ, avec prise de notes et réalisation de photographies.

Une forme urbaine structurante et naturante

17La promenade de la Rambla Nova constitue un axe majeur, structurant de la ville de Tarragone. Jusqu’à la moitié du XIXe siècle existe seulement la Rambla Vella qui assure la limite méridionale de la Vieille Ville. L’urbanisme de Vienne en Autriche inspire les aménageurs, qui en 1870, créent une ample avenue entre le centre historique (casco histórico) ou vieille ville et la Marina ou quartier du port (illustration 1), dans un souci d’union entre la ville haute et la ville basse, pour éviter une rivalité entre les deux composantes urbaines (De Ortueta, 2006). Elle sera d’abord nommée la Calle de la Union. Il s’agit d’une nouvelle alameda, c’est à dire une avenue plantée d’arbres (platanes, acacias). Les plans de l’architecte Cerdà à l’origine du quartier de l’Ensanche à Barcelone, au tracé géométrique, orientent les études urbaines de Tarragone.

18La rambla est censée imposer à la ville un tracé davantage hygiéniste pour aérer le tissu urbain, chasser les épidémies, installer en bordure des bâtiments sociaux, des édifices culturels (théâtres), ponctuer l’axe de monuments commémoratifs, clore le déambulatoire par un vaste panorama sur la mer appelé le balcon de la Méditerranée. Dans l’entre-deux guerres, des immeubles modernistes (illustration 3) sont édifiés en bordure de la rambla. Elle comporte dans sa partie centrale des kiosques à journaux, des fontaines, sur les côtés des bancs publics, elle est conçue pour se trouver au débouché de l’espace privé, son encadrement par des immeubles étant censé lui conférer un aspect de salon.

19La nouvelle rambla est conçue comme un axe névralgique de communication, afin de décongestionner la Rambla Vella (De Ortueta, op. cit.). Son caractère hygiéniste réside dans ses équipements pour l’évacuation des eaux et dans son rôle de ventilation de la haute ville, le long de cet axe urbain. Il s’agit d’un paseo arboré, d’une avenue verte, témoignant de la modernité urbanistique représentative de la société bourgeoise. Ce modèle d’aération des villes par les nouveaux paseos est reproduit dans plusieurs cités : le paseo Colón à Barcelone, le paseo el Salón à Grenade, celui de Espolón à Burgos, enfin le paseo de la Concha à San Sébastien (De Ortueta, op. cit.). La façon de nommer le lieu s’accompagne de changements odonymiques fréquents, puisque son appellation ne cesse d’évoluer à partir de la moitié du XIXe siècle : Esplanada de 1854 à 1864, Rambla Nova de San Joan de 1865 à 1896, Rambla de Castelar de 1899 à 1931, Rambla del Generalisimo de 1940 à 1975, Rambla Nova depuis le retour de la démocratie en 1975 (De Ortueta, op. cit.).

Illustration 1 - Promenades urbaines et espaces publics à Tarragone

Illustration 1 - Promenades urbaines et espaces publics à Tarragone

Source : plan touristique de Tarragone ; conception : J. Rieucau ; réalisation : H. Parmentier, UMR 5600 EVS, ISIG, avril 2010.

Illustration 2 - La percée urbaine de la Rambla Nova et le balcon de la Méditerranée

Illustration 2 - La percée urbaine de la Rambla Nova et le balcon de la Méditerranée

Source : Mairie de Tarragone.

Illustration 3 - Immeuble d’architecture moderniste sur la partie haute de la promenade

Illustration 3 - Immeuble d’architecture moderniste sur la partie haute de la promenade

Auteur : J. Rieucau, mai 2006.

Illustration 4 - Essai de végétalisation (cyprès, oliviers) et artialisation sur la nouvelle rambla de l’avenue du Président Companys

Illustration 4 - Essai de végétalisation (cyprès, oliviers) et artialisation sur la nouvelle rambla de l’avenue du Président Companys

Auteur : J. Rieucau, mai 2006.

Illustration 5 - La terminaison occidentale de la Rambla Nova, bordée du balcon sur la Méditerranée

Illustration 5 - La terminaison occidentale de la Rambla Nova, bordée du balcon sur la Méditerranée

Auteur : J. Rieucau, avril 2007.

Les usages de la Rambla Nova

20Comme les autres espaces publics urbains, la promenade est à la fois un lieu de confrontation et d’intégration des individus qui s’y côtoient, s’y croisent, sans se connaître, sans forcément nouer de relations durables (Viellard-Baron, 2001). La promenade constitue d’abord un lieu de grégarité, d’ « affoulement ». Ce territoire de coprésence (juxtaposant classes d’âge, nationalités, minorités ethniques) du vivre ensemble, mobilise une majorité de personnes ne se connaissant pas. Environ 30% des déambulateurs effectuent une marche solitaire, anonyme. Marcher, suivre un itinéraire non imposé, refuser la vitesse, user de la liberté de ses mouvements (Nuvolati, op. cit.) permet l’observation, le côtoiement, le croisement sans se mélanger.

21Le marcheur hésite à se mêler, il observe à distance l’animation de la ville qui déambule, la rambla constitue un lieu de jaugeage de la vie sociétale de la cité. Environ 10% des personnes se placent en bordure de la promenade, assises sur les bancs publics (personnes âgées, jeunes buveurs de bière, retraités, touristes, immigrés solitaires) afin soit d’observer, soit de lire les journaux. Le touriste entretient une relation distanciée, détachée avec la promenade, sans faire corps avec elle. Plusieurs nationalités (Anglais, Allemands, Français) se côtoient, s’observent, sans se mélanger. Les codes vestimentaires séparent les nationalités et les classes d’âge.

22La rambla constitue un espace sécurisé en l’absence de bicyclettes, du faible nombre de rollers (peu de skates), peu anxiogène, ne nécessitant pas d’effort physique. Mais la forte densité humaine nécessite des capacités de réaction rapide pour s’éviter, se faufiler (Di Méo, op. cit.). La marche constitue une façon de s’exprimer, un langage. Le promenoir sert de support à la visibilité, à l’exposition, à l’ostentation, à l’affirmation d’une appartenance sociale, de génération, de genre, de sexe, ethnique, communautaire, au moyen de « groupes ostentatoires » (Di Méo, op. cit.). La promenade sert à afficher, à montrer une différence, une spécificité, une affirmation de soi, la libération d’une condition, un genre assumé, une appartenance, une condition sociale, professionnelle.

23Il est bon de se montrer, d’avoir été vu sur la rambla (« je l’ai vu à la rambla »). Cet espace public permet une prise de parole genrée, sert de lieu de visibilité aux nouveaux rôles de sexe. Chaque groupe se distingue par sa relation au corps, son vêtement, son allure, son apparence. Marcher, rouler, glisser, représentent des manières de s’exprimer qui participent d’une corpospatialité ou relation spécifique du corps à l’espace (Di Méo, op. cit.). Lorsque le groupe comporte plusieurs individus en mouvement, certains chercheurs évoquent le terme d’ « agora mobile » (Di Méo, op. cit.). Les jeunes femmes déambulent par groupe de quatre à cinq entre elles ou bien se déplacent en roller, le corps étant utilisé tel un langage. Les plus jeunes forment des groupes de filles. Les nouvelles formes de paternité débouchent sur la constitution de groupes de « nouveaux pères » issus de la ville gentrifiée proche, montrant ostensiblement qu’ils s’occupent de jeunes enfants. La promenade prend un sens différent selon l’âge et la situation professionnelle (Fleury, 2003). Les femmes âgées se regroupent entre elles en arborant des tenues habillées, bijoux et accessoires. La promenade assure également une fonction familiale. Des familles associant toutes les générations, des grands-parents aux petits enfants, montrent leur réussite, leur unité. Les familles bavardent, évoquent les questions familiales. L’enfant peut être mis en avant dans cette mise en scène, par des groupes de jeunes hommes, des couples, des familles.

24Les âges de la vie se mettent en scène, mais une classe d’âge est absente de ce lieu d’ostentation : les adolescents, ce qui entraine une faible présence des rollers. Par contre, pour d’autres groupes, il apparaît nécessaire de déambuler à « tout prix ». La bonne accessibilité du promenoir (parking souterrain, ascenseur) permet l’accompagnement des personnes physiquement diminuées (port de béquilles), des aveugles et des handicapés promenés sur des chaises. Les minorités ethniques (Afrique subsaharienne, Maghreb, Amérique latine) recherchent également une visibilité sur la promenade par une déambulation en groupe. La Rambla Nova est dépourvue des marques de la pauvreté urbaine de bien des villes (sans-abris, pauvres, marginaux).

Illustration 6 - Usages spontanés, fonctions et évènements programmés sur la Rambla Nova

Illustration 6 - Usages spontanés, fonctions et évènements programmés sur la Rambla Nova

Conception : J. Rieucau ; réalisation :H. Parmentier, avril 2010.

Illustration 7 - Le système déambulatoire de la rambla, interrompu par une sculpture de « château humain », bordé de parcs de stationnement souterrains et de kiosques à journaux

Illustration 7 - Le système déambulatoire de la rambla, interrompu par une sculpture de « château humain », bordé de parcs de stationnement souterrains et de kiosques à journaux

Auteur : J. Rieucau, juin 2005.

La promenade comme révélateur de l’identité, comme marqueur culturel de la mémoire locale

25La Rambla Nova constitue également un lieu de mémoire, de patrimonialisation, de célébration (Augustin, op. cit.). Plusieurs symboles identitaires catalans trouvent toute leur signification sur cette promenade, en particulier les temps festifs et les évènements patrimoniaux autour des «châteaux humains », des sardanes, de la fête de la Saint-Georges (San Jordi) et du feu. Les urbanistes de Tarragone, à la différence de ceux de Barcelone n’ont pas choisi une monumentalisation de l’espace public (Miaux, op. cit.) mais ils ont fait le choix d’œuvres d’art symbole de la mémoire, en particulier des sculptures représentant des danseurs de sardane et des tours humaines.

26A travers la Catalogne, la solidarité collective s’exprime au sein de fêtes, par deux évènements patrimoniaux : les tours humaines (torres humanas) ou « châteaux humains » (castells) et la sardane. Les tours humaines sont présentes dans toutes les fêtes estivales qui organisent des concours. Elles réunissent depuis le XIXe siècle, des groupes de personnes de tout âge et de tout milieu social. Ces échafaudages vivants, appuyés sur un groupe d’adultes mixtes peuvent s’élever sur neufs étages et sont couronnés dans la partie sommitale par le salut d’un enfant. La rambla accueille également à l’automne la semaine littéraire (Semana Litteraria). Durant dix jours en septembre, se déroule la principale fête de la ville Santa-Tecla qui met en scène les personnages du bestiaire médiéval. Sur cette promenade se déroulent également les principaux évènements du calendrier festif de la ville : carnaval, exhibition de géants, lutte de gladiateurs, exposition de crèches pour la feria de la nativité, mais également des expositions photographiques, des manifestations à caractère humanitaire et chaque jeudi matin le marché hebdomadaire. La rambla, s’intègre également dans les itinéraires des mouvements sociaux et syndicaux.

Illustration 8 - Sculpture d’un « château humain » (castell) sur la rambla médiane

Illustration 8 - Sculpture d’un « château humain » (castell) sur la rambla médiane

Auteur : J. Rieucau, juin 2005.

Illustration 9 - Sculpture de flutistes face à une représentation de castell

Illustration 9 - Sculpture de flutistes face à une représentation de castell

Auteur : J. Rieucau, juin 2005.

Illustration 10 - La promenade comme marqueur culturel de la catalanité : sculpture circulaire représentant une sardane

Illustration 10 - La promenade comme marqueur culturel de la catalanité : sculpture circulaire représentant une sardane

Auteur : J. Rieucau, juin 2005.

La promenade intermédiaire de la mondialisation

27La promenade sert d’intermédiaire à la mondialisation, par son entrée dans le temps réel, dans le cyberespace (Augustin, op. cit.). Ses bordures sont équipées d’écrans de lecture, de panneaux publicitaires défilant, qui vantent des ailleurs sous la forme de destinations touristiques exotiques. D’autre part, le promeneur devient fréquemment un cyberflâneur (Nuvolati, op. cit.) grâce aux écouteurs qui lui permettent de voir et d’entendre des mondes parallèles à celui où il se meut (Lavadino, Winkin, 2008). Nombre de promeneurs usent d’équipements embarqués (Di Méo, op. cit.) : baladeur, téléphone mobile, ordinateur portable qui le relient au monde (internet, GPS, musiques internationales) faisant d’eux des individus universels. Le téléphone portable et le baladeur globalisent l’individu, le connectent au monde.

Conclusion

28La promenade constitue un micro-espace ordinaire, un espace-temps de la vie quotidienne. Ce géotype correspond à une forme urbaine particulière, apparue à la fin du XVIIe siècle en Europe grâce à l’aristocratie, encouragée par la bourgeoisie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, qui avec le courant hygiéniste y voit un moyen d’aérer, d’assainir les villes, tout autant que de mettre en scène sa réussite économique. Elle revêt un fort caractère structurant dans les villes de la rive nord de la Méditerranée et représente un paysage, une valeur paysagère pour l’activité touristique, même au sein d’une ville (Tarragone) inscrite au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. La promenade urbaine forme un système déambulatoire (urbanité déambulatoire), un espace de passage, fondé sur le mouvement, dans lequel les corps se croisent, se frôlent, s’évitent, l’immobilité pouvant tuer la déambulation.

29Pour certains auteurs, elle constituerait un « non-lieu » (Fleury, op. cit.), soit un espace monofonctionnel, reconstruit en permanence, cloisonné, caractérisé par une circulation ininterrompue. A la différence de la rue, la territorialisation n’y est pas possible. Elle est peu privatisée à l’exception de kiosques à fleurs, à livres et journaux, l’activité commerciale (banques, restaurants, magasins de luxe, agences de voyages, cybercafés) étant repoussée au delà des deux voies de circulation automobile qui bordent la rambla. Ce type de promenade urbaine fonctionne tel un lieu de socialisation ouvert, inclusif (inclusion sociale). Cet espace actif se reconstruit en permanence, avec de fortes vitesses de remplissage et d’évacuation. Le paseo constitue à la fois un objet spatial et un objet social fonctionnant comme une scène sociétale, tel un territoire de mise en scène pour certains groupes sociaux, dans lequel on s’affiche, on se distingue, on se montre. Pour certains groupes humains, la promenade constitue un espace public alternatif de prise de parole. Depuis quelques années, ce lieu de déambulation se corporise, devient genré, se mondialise (usage des équipements embarqués : baladeur, téléphone portable).

Haut de page

Bibliographie

Augustin J.-P., 2008. Aperçus sur l’urbanité des rues et des ponts, in Augustin J.P. (dir.), Sites publics, lieux communs, Urbanité et aménagements des rues et des ponts au Québec et au Canada, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p10-32.

Benjamin W., 1997. Paris, capitale du XIXe siècle. Le livre des passages. Paris, Editions du Cerf.

Berdoulay V., Morales M., 1999. Espace public et culture : stratégies barcelonaises. Géographie et cultures, l’Harmattan, n° 29, p 79-94.

Brunet R., Ferras R., Théry H., 2005. Les mots de la géographie. Reclus-La Documentation Française, Montpellier-Paris, 518 p.

Charmes E., 2006. La rue, Village ou décor ? Parcours dans deux rues de Belleville. Creaphis Editions, 157 p.

Claval P., 1981. La logique des villes. Librairies Techniques, 633 p.

Debié F., 1993. Une forme urbaine du premier âge touristique : les promenades littorales. Mappemonde, n° 3, p 32-37.

Di Méo G., 2009, L’individu, le corps et la rue globale. Géographie et cultures, n° 71, p 10-23.

Equipe Mit, 2002. Tourismes, Lieux communs. Belin, 320 p.

Equipe Mit, 2005. Tourismes 2, Moments de lieux. Belin, 349 p.

Ferras R., 1977. Barcelone. Editions Anthropos, 616 p.

Fleury A., 2003. De la rue-faubourg à la rue « branchée » : Oberkampf ou l’émergence d’une centralité des loisirs à Paris. L’Espace Géographique, n° 3, p 239-252.

Fumey G., 2010. Etre humains et grégaires ? http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1872

Ghorra-Gobin C., 2001. Réinvestir la dimension symbolique des espaces publics, in Ghorra-Gobin C. (dir), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, l’Harmattan, p 5-15.

Ghorra-Gobin C., 2001. Les espaces publics, capital social. Géocarrefour, n° 1, p 5-11.

Lévy J., Lussault M., (dir.), 2003. Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés. Belin, 1034 p.

(2007). La rue entre réseaux et territoires. Flux Cahiers scientifiques internationaux réseaux et Territoires, n° 184, p 66-67.

Lavadinho S., Winkin Y., 2008. Du marcheur urbain. Urbanisme, n° 35, p 44-49.

Mari Oiry-Varacca, Gauthier L., 2011, La place Jemaa-el-Fna au « printemps arabe marocain ». EchoGéo, htp://echogeo.revues.org/12720

Merlin P., Choay F., 1996. Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement. PUF, 863 p.

Miaux S., 2008. Le piéton : un acteur privilégié de l’espace public barcelonais. Cahiers de géographie du Québec, n° 146, p 175-190.

Miaux S., 2009. Corps urbains, mouvement et mise en scène. Géographie et cultures, n° 70, p 3-6.

Nuvaloti G., 2009. Le flâneur dans l’espace urbain, in Miaux S. (dir.), Corps urbains, mouvement et mise en scène. Géographie et cultures, n° 70, p 7-20.

Ortueta E., 2006. Tarragona, Urbanismo i arquitectura. Lunwerg Editores, Barcelone, 249 p.

Paquot T., 2006. Espace (s) public (s). Urbanisme, n° 346, p 1-2.

Quirós Linares F., 1991. Las ciudades españolas a mediados del siglo XIX. Ámbito Ediciones, 315 p.

Raibaud Y., 2008. Le genre et le sexe comme objets géographiques, Sexe de l’espace, sexe dans l’espace. Cahiers ADES, p 97-104.

Rieucau J., 2002. Invention et création de lieux touristiques dans la dynamique de la diffusion urbaine littorale au XXe siècle, au nord de la Costa del Azahar. Cahiers de Géographie du Québec, n° 127, p 25-48.

Rieucau J., 2004. Dualisme urbain et glissement du centre décisionnel, de la cité prétouristique à la ville touristique, dans l’Espagne méditerranéenne du début du XXIe siècle. Cahiers de Géographie du Québec, n° 133, p 47-70.

Rieucau J., 2006. La promenade maritime, de la station aristocratique à la ville de l’âge postouristique. L’urbanité d’un espace public aux marges de l’écoumène, in Rieucau J, Lageiste J. (dir.), l’Empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, l’Harmattan, p 121-175.

Rieucau J., Lageiste J., 2008. La plage un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde, La plage : un territoire atypique, Géographie et cultures, n° 67, Lageiste J., Rieucau J. (dir.), p 3-6.

Rieucau J., 2009, De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début du XXIe siècle. Géocarrefour, n° 3, p 172-173.

Trapero J. J., 1988. El paseo marítimo, elemento urbano y de defensa del litoral. Ciudad y territorio, n° 76, p 79-104.

Trapero J. J., 1998, Los paseos marítimos españoles. Su diseño como espacio público. Akal Ediciónes, 330 p.

Trapero J. J., 1990. El paseo marítimo, experiencias recientes y idea sobre su trazado y diseño. Dirección general de puertos y costas, Ministerio de Obras Públicas y Urbanismo, 197 p.

Zeneidi D., 2009. Où en est la rue face à la globalisation ? Géographie et cultures, n° 71, p 3-7.

Viellard-Baron H., 2001. Les banlieues. Des singularités françaises aux réalités mondiales. Hachette, Paris, 287 p.

Haut de page

Notes

1 La géographie s’ouvre progressivement à l’étude des questions relatives au corps. Si le corps se spatialise, l’espace acquiert une corporéité (Di Méo, 2009). Plusieurs études s’intéressent aux mouvements des corps dans la ville par le biais de la marche à pied, en analysant les figures du corps en mouvement dans l’espace urbain (promeneur, flâneur, piéton, touriste...) (Miaux, op. cit.).

2 Dans le monde méditerranéen, la place constitue également un lieu d’urbanité, marqué par une forte complexité, par une multitude de conflits (symboliques, usages, acteurs) (Oiry-Varraca, Gauthier, op. cité). La place représente un lieu clé pour comprendre les enjeux socio-économiques, politiques. La place Djemaa-el-Fna sert de lieu de rencontre, de divertissement, de consommation, de point de repère pour les habitants de Marrakech (Oiry-Varraca, Gauthier, op. cit.). Mais, la place se différencie principalement de la promenade par les multiples logiques d’appropriation qui la parcourent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Promenades urbaines et espaces publics à Tarragone
Crédits Source : plan touristique de Tarragone ; conception : J. Rieucau ; réalisation : H. Parmentier, UMR 5600 EVS, ISIG, avril 2010.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Illustration 2 - La percée urbaine de la Rambla Nova et le balcon de la Méditerranée
Crédits Source : Mairie de Tarragone.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Illustration 3 - Immeuble d’architecture moderniste sur la partie haute de la promenade
Crédits Auteur : J. Rieucau, mai 2006.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Illustration 4 - Essai de végétalisation (cyprès, oliviers) et artialisation sur la nouvelle rambla de l’avenue du Président Companys
Crédits Auteur : J. Rieucau, mai 2006.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Illustration 5 - La terminaison occidentale de la Rambla Nova, bordée du balcon sur la Méditerranée
Crédits Auteur : J. Rieucau, avril 2007.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Illustration 6 - Usages spontanés, fonctions et évènements programmés sur la Rambla Nova
Crédits Conception : J. Rieucau ; réalisation :H. Parmentier, avril 2010.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Illustration 7 - Le système déambulatoire de la rambla, interrompu par une sculpture de « château humain », bordé de parcs de stationnement souterrains et de kiosques à journaux
Crédits Auteur : J. Rieucau, juin 2005.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Illustration 8 - Sculpture d’un « château humain » (castell) sur la rambla médiane
Crédits Auteur : J. Rieucau, juin 2005.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Illustration 9 - Sculpture de flutistes face à une représentation de castell
Crédits Auteur : J. Rieucau, juin 2005.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Illustration 10 - La promenade comme marqueur culturel de la catalanité : sculpture circulaire représentant une sardane
Crédits Auteur : J. Rieucau, juin 2005.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Rieucau, « La promenade publique géosymbole de l’urbanité espagnole.
La Rambla Nova de Tarragone
 », EchoGéo [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://echogeo.revues.org/13252 ; DOI : 10.4000/echogeo.13252

Haut de page

Auteur

Jean Rieucau

Jean Rieucau, jean.rieucau@wanadoo.fr, est professeur des Universités, membre de l’UMR 5600 Environnement, ville, société CNRS/Université Lumière Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org