Navigation – Plan du site
Sur le Champ/Sur le Terrain
Entre l'ancien et le nouveau monde. La transcendance du lieu et de l'espace en géographie vinicole contemporaine

Entre Anciens Mondes et Nouveau Monde ? Transcender le lieu et l’espace dans la géographie contemporaine du vin

Introduction
Glenn Banks
Cet article est une traduction de :
Between Old Worlds and the New? Transcending place and space in the contemporary Geography of Wine.
Introduction

Texte intégral

1L’industrie mondiale du vin s’est transformée radicalement au cours des deux dernières décennies. Une surproduction systématique dans certaines régions de l’ « Ancien » et du « Nouveau » monde, l’arrivée de nouveaux producteurs et une extension de la viniculture à de nouvelles régions, le changement climatique, l’évolution des pratiques de consommation et de commerce, l’apparition de nouveaux régimes de circulation du capital et de régulation : tous ces facteurs ont profondément remodelé la nature et la géographie de l’industrie vinicole. On voit cohabiter des tendances en apparence contradictoires : d’une part, la mise en culture de zones très étendues et des restructurations d’entreprises, et de l’autre la prolifération rapide des petits producteurs, avec une gamme de produits toujours plus différenciée. Ces tendances et ces processus en pleine transformation (comme le montre dans ce numéro spécial le tableau 1 de l’article de Banks et al. ; voir également Overton et al., 2012) sont par essence géographiques : ils sont influencés par les territoires, les économies, les paysages et les communautés, qu’ils transforment en retour. Le lieu demeure dans ces transformations une constante essentielle, autour de laquelle s’articulent la reconstruction de l’ancien et du nouveau, l’évolution des traditions et le déplacement des modernités : on assiste ainsi à une transformation des rapports entre les différents acteurs, réseaux et pratiques dans les différents sites vinicoles.

2L’industrie et les gouvernements nationaux ont réagi très diversement à ces nouvelles réalités, ce qui a donné lieu à une géographie du vin elle aussi caractérisée par la diversité et la distinction - que cela soit en termes de technologies et de configurations de production, de significations culturelles ou de paysages et de communautés. Des lieux aussi éloignés que le Bordelais ou la Bourgogne en France, la Riverina en Australie, Mendoza en Argentine et Khao Yai en Thaïlande ont été affectés de différentes manières par ces processus. Si l’on examine ces tendances et ces processus à l’échelle mondiale, on risque donc d’éluder des transformations significatives, de nature nationale comme locale, qui ont pour effet d’inscrire les caractéristiques physiques des lieux et des paysages dans des préférences et des marchés locaux toujours plus différenciés (Hayward and Lewis, 2008).

3Sur certains marchés-clés, le Nouveau Monde s’est taillé une part d’importance dans un domaine traditionnellement réservé à l’Ancien Monde. Ce phénomène, qui s’accompagne d’une réduction de la consommation de vin parmi la population locale, fait peser une pression croissante sur les régions vinicoles traditionnelles de France et d’Italie : les zones de viticulture diminuent, et les conséquences économiques et sociales de ces changements se font sentir sur les régions et les communautés. Le « Nouveau Monde » n’est pas lui non plus à l’abri du changement : on observe dans de nombreuses régions une importante surproduction (provoquée par la mise en culture de vastes étendues dans les deux dernières décennies) qui fait baisser les prix et met en danger la viabilité de l’industrie vinicole en Nouvelle Zélande, en Australie et en Afrique du Sud. Dans la dernière décennie, on a également observé une croissance rapide de la production dans de nouveaux pays vinicoles émergents (la Chine, l’Inde, la Thaïlande et le Brésil par exemple). La globalisation du marché vinicole a ainsi contribué de différentes manières aux cycles réguliers de croissance et de crise traversés par l’industrie, fournissant dans certains lieux (et à certains moments) de nouveaux débouchés pour la surproduction, atténuant ailleurs les effets de la crise. On trouvera un exemple de ces influences internationales dans le conflit entre cépage et formes de protection du lieu de production (« appellation d’origine contrôlée » : en France, voir Barham, 2003; Kelly, 2007, ou pour le « Nouveau Monde » voir Banks & Sharpe, 2006 ; Overton & Heitger, 2008). Cette bataille est souvent ramenée à un conflit entre l’Ancien et le Nouveau Monde du vin, mais elle se produit en fait également au sein même de ces deux « mondes » (voir Banks & Overton, 2010 ; Barker, 2004 ; Lewis et al., 2002 ; et Moran, 1993 pour des études comparatives entre les deux « mondes »).

4La géographie offre un vaste champ d’enquête, depuis les influences et les appartenances culturelles ou les changements économiques et sociaux jusqu’à la dynamique des sols et des reliefs. Elle apporte également un regard particulièrement attentif aux processus et aux activités se produisant sur différentes échelles – depuis l’étude territoriale de lieux particuliers jusqu’à la compréhension des frontières régionales et nationales qui affectent les processus et les forces à l’œuvre : la discipline a un rôle unique à jouer dans la production d’une compréhension intégrative de l’industrie du vin, de ses évolutions et de ses changements (Dougherty, 2012).

5Les articles contenus dans cette édition spéciale traitent certains de ces thèmes, et soulignent la diversité géographique des réponses à ces processus sociaux, économiques, physiques et culturels, ainsi que des facteurs qui les font naître. Nous ouvrons cette édition avec un récit en provenance de l’ « Ancien Monde », et mieux encore de l’origine même de toute la réputation et de la mystique de l’industrie vinicole : Célerier étudie les premiers pas de la production réglementée de vins bio dans le Bordelais, et note les difficultés rencontrées par l’introduction de nouvelles techniques et de nouvelles philosophies dans une filière et un complexe territorial où les modèles de production sont profondément ancrés, à la suite d’une longue évolution. Tandis que des modèles organiques et biodynamiques ont été développés dans d’autres régions du monde (et même de France) où ils sont considérés comme un marqueur de qualité, dans le Bordelais où existe une tradition de qualité de longue date, on voit peu d’utilité à rendre les produits plus attractifs en se rattachant au mouvement de la culture biologique : le lieu a son importance lorsqu’il s’agit des différents modes d’adoption des modèles de qualité.

6La qualité est un thème qui traverse également les autres articles de cette édition. Prince et Lewis, par exemple, examinent la manière dont un nouveau champ discursif s’est développé dans l’industrie vinicole néo-zélandaise autour de la notion de qualité. Les vins de Nouvelle Zélande offrent en moyenne le meilleur rapport qualité-prix sur le marché britannique, qui est un marché de taille conséquente. Bien que cette notion n’aille pas sans être contestée au sein de l’industrie, la « qualité » a fini par acquérir une forme de gouvernementalité, qui alimente tout en la protégeant la rente que l’industrie est parvenue à générer de par son attachement à cette appellation.

7Le rapport dans l’industrie mondiale du vin entre la notion de qualité et la transformation des conditions locales est également l’un des thèmes principaux de l’article de Dellier et al. sur les changements advenus dans l’industrie vinicole sud-africaine après la fin de l’apartheid. Les transformations profondes des conditions sociales et politiques connues par l’Afrique du Sud avec les politiques d’égalitarisme et de redistribution de l’après-apartheid ont coïncidé avec une croissance mondiale et internationale de l’intérêt pour les vins de qualité, et avec l’expansion de cette activité dans de nouvelles régions viticoles.

8Banks et al. mettent en lumière des problématiques semblables dans le cas de l’industrie vinicole naissante en Thaïlande. Dans ce pays, malgré des conditions environnementales défavorables et l’action quasi-prédatrice de l’État, la naissance d’une industrie vinicole minuscule mais très prestigieuse marque à la fois l’émergence d’une classe moyenne Thaï aux goûts changeants, et l’aspiration d’un petit nombre de Thaï richissimes à produire un produit mondialement connu et respecté. On observe au sein de l’industrie vinicole thaï des tensions entre le mondial et le local (voir Murray & Overton, 2012) qui se manifestent à différentes échelles : celles-ci montrent comment une industrie profondément mondialisée peut s’exprimer dans différents lieux à travers des filtres sociaux, économiques et culturels spécifiques – où d’autre qu’en Thaïlande pourrait-on voir sans s’étonner des images d’éléphants dans les vignes ?

9Le contexte a également une influence déterminante, bien que différente, dans la description de la vulnérabilité et de la capacité de s’adapter à de futurs changements climatiques que présentent Lereboullet, Bardsley et Beltando dans le Roussillon en France, et dans McLaren Vale en Australie du Sud. Bien que les transformations physiques du climat attendues dans les prochaines décennies soient les mêmes dans ces deux régions, des contextes socio-économiques et environnementaux différents font que les producteurs examinés en McLaren Vale auront de meilleures chances de s’adapter efficacement à ces changements. La présence de plus grandes quantités de capital financier, l’accès aux ressources hydrauliques ainsi qu’une meilleure gestion de ces dernières, et la présence de cadres régulatoires plus flexibles conditionnent l’avenir de la viticulture face au changement climatique.

10La place importante occupée dans la production actuelle par la production de vin est reflétée par la croissance des formes « territorialisées » de marketing. Tiefenbacher examine le rôle joué par le lieu dans le marketing contemporain du vin, à travers 475 publicités publiées dans le magazine Wine Spectator sur une période de deux ans. Il montre que la signifiance accordée aux marqueurs de la géographie, du lieu ou du terroir varie considérablement selon le pays d’origine – ceux-ci sont beaucoup plus présents en France qu’aux États-Unis, en Espagne et en Italie – bien que la forme qu’ils revêtent ne soit pas uniforme (voir aussi Banks et al., 2006 et Barham, 2003).

11Le vin est un produit qui permet, et même qui exige, une approche géographique afin d’apprécier la complexité de son industrie (voir aussi Unwin, 1991 et Dougherty, 2012). En effet, bien plus que pour aucun autre produit agricole ou manufacturé, le lieu est essentiel (« place matters », lit-on sur l’une des publicités recensées par Tiefenbacher). L’échelle, l’un des cadres discursifs principaux de la géographie, est utile pour mieux comprendre les manières diverses et dynamiques dont naissent des liens entre lieux, régions et nations, au sein des manifestations mondiales de l’industrie vinicole (Hayward & Lewis, 2008 ; Vaudour, 2002 ; Overton & Murray, 2011). La géographie a donc beaucoup à offrir en tant que discipline à l’analyse de l’industrie vinicole, mais réciproquement ceux qui ont étudié cette industrie ont beaucoup apporté à la pensée géographique, comme en attestent les articles présentés ici ainsi que la bibliographie qui les accompagne.

Haut de page

Bibliographie

Banks G., Sharpe S., 2006. Wines, regions and geographic imperative: The Coonawarra example. New Zealand Geographer, n° 62 (3), p. 173-184.

Banks G., Overton J., 2010. Old world, new world, Third World? Reconceptualising the worlds of wine. Journal of Wine Research, n° 21 (1), p. 57–75.

Banks G., Kelly S., Lewis N., Sharpe, S., 2007. Place ‘From One Glance’: the use of place in the marketing of New Zealand and Australian wines. Australian Geographer, n° 38 (1), p. 15-35.

Barham E., 2003. Translating terroir: the global challenge of French AOC labeling. Journal of Rural Studies, n° 19 (1), p. 127-138.

Barker J.P.H., 2004. Different worlds: law and the changing geographies of wine in France and New Zealand. Thèse de doctorat non-publiée, Université d’Auckland (Nouvelle Zélande).

Dougherty P. H. (dir.), 2012. The Geography of Wine: Regions, Terroir and Techniques, Pays-Bas, Springer.

Hayward D., Lewis N., 2008. Regional dynamics in the globalising wine industry: the case of Marlborough, New Zealand. The Geographical Journal, n° 174 (2), p. 124-137.

Kelly S.C., 2007. Constructing and mediating spatial relationships in French winegrowing: the Burgundian example. Thèse de doctorat non-publiée, Université d’Auckland (Nouvelle Zélande).

Lewis N., Moran W., Perrier-Cornet P., Barker J., 2002. Territoriality, reglementation in industry governance. Progress in Human Geography, n° 26 (4), p. 433-462.

Moran W., 1993. The wine appellation as territory in France and California. Annals of the Association of American Geographers, p. 83 (4), p. 694-717.

Overton J., Heitger J., 2008. Maps, markets and merlot: The making of an Antipodean regional wine appellation. Journal of Rural Studies, n° 24 (4), p. 440-449.

Overton J., Murray W. E., 2011. Playing the scales: regional transformations and the differentiation of rural space in the Chilean wine industry. Journal of Rural Studies, n° 27 (1), p. 63-72.

Overton J., Murray W.E., Banks G., 2012. Race to the bottom of the glass? Wine, geography and globalization. Globalizations, n° 9 (2), p. 273-287.

Unwin T., 1991. Wine and the Vine: An Historical Geography of Viticulture and the Wine Trade, London & New York, Routledge.

Vaudour E., 2002. The quality of grapes and wine in relation to geography: notions of terroir at various scales. Journal of Wine Research, n° 13 (2), p. 117–141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Glenn Banks, « Entre Anciens Mondes et Nouveau Monde ? Transcender le lieu et l’espace dans la géographie contemporaine du vin », EchoGéo [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://echogeo.revues.org/13434 ; DOI : 10.4000/echogeo.13434

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org