Navigation – Plan du site
Sur le Métier

Archéologues et Géographes : quel Métier !!!!

Joelle Burnouf

Texte intégral

1Pendant longtemps la double formation en histoire et en géographie fut le passage obligé des formations académiques en France spécialement dans les filières universitaires qui préparaient aux concours de l’enseignement. L’enseignement du binôme histoire-géographie est alors la règle mais l’archéologie émargeait plus souvent aux formations en histoire de l’art. Cette remarque vaut pour l’archéologie des périodes historiques (au sens large) puisque l’archéologie de la préhistoire avait une histoire commune depuis l’origine avec les sciences de la vie et de la terre. Les choses vont bouger dans les années 1970 : désormais les jeunes chercheurs vont pouvoir s’orienter vers un travail de thèse sans passer par la formation académique et faire de l’archéologie quelle que soit leur formation initiale. C’est aussi dans ces années-là que commence ce qui était alors nommé « l’archéologie de sauvetage ». Comme il n’y avait pas de loi sur l’archéologie (elle date de 2001) il fallait intervenir au coup par coup dans un contexte tendu d’arrêt de chantier et de scandale pour « sauver » les archives du sol de la destruction irrémédiable. C’est le cas du vieux port de Marseille, du « trou » des Halles à Paris, du Campo Santo à Orléans et bien d’autres. Il a fallu une bonne vingtaine d’années pour que les modalités de la relation avec la géographie changent complètement.

Géographicité de l’archéologie 

2Pour simplifier, on peut dire qu’archéologues et historiens ont ainsi, pour les périodes historiques, découvert la « géographicité » de l’archéologie. Ils ont aussi bénéficié des acquis scientifiques des études sur la préhistoire qu’ils ont revisités. Les monuments étaient connus car en élévation voire conservés et protégés au contraire des « vestiges enfouis » y compris les structures bâties. C’est pourquoi passant du « monument » aux « structures » ils se sont intéressés aux sédiments qui « emballaient » ces structures. Non que les sédiments soient jusque-là ignorés : la stratification était étudiée mais plus sous l’angle de la stratigraphie que de l’étude des sédiments en eux-mêmes et pour eux-mêmes. Quant à l’analyse spatiale elle était encore pratiquée selon les canons de la « géographie historique » dont le succès dans chacune des familles ne se démentait pas depuis plus d’un siècle.

Le sédiment matière d’histoire 

  • 1 Les statistiques réalisées depuis la fin des années 1980 montrent qu’il y a des vestiges partout –t (...)

3Il a fallu que quelques courageux réussissent à convaincre chercheurs et laboratoires, qui travaillaient surtout sur la préhistoire, que les périodes historiques étaient dignes d’intérêt même si plus complexes à démêler en raison de l’imbrication des actions et rétroactions respectives des sociétés et des milieux. Il a fallu que l’archéologie (désormais nommée « préventive ») apporte la preuve par l’espace fouillé que ce que l’on appelait alors « les grands décapages » nécessitaient une autre approche des sédiments que la simple observation verticale (stratigraphique). « L’emballage » sédimentaire et le « hors site », c’est-à-dire l’espace autour des vestiges archéologiques construits, portaient plus d’informations sur les relations des sociétés avec les milieux que le site lui-même, comme l’ont démontré les fouilles en milieu rural sur des dizaines d’hectares à Châteaugiron en Ile et Vilaine, à Saleux dans la Somme. Il a fallu encore que soit statistiquement démontré qu’il y avait des vestiges archéologiques partout1 pour que soit admis que l’espace et surtout l’échelle d’observation (la bonne échelle) de l’espace soit matière d’histoire.

4Les archéologues, ces « travailleurs de la terre », se sont alors associés aux quelques volontaires, géographes et géologues, pour construire un dialogue interdisciplinaire sur le même objet d’étude : les invisibles de l’histoire. Ce ne fut pas simple car le moule disciplinaire et l’épistémologie des disciplines conduisaient soit à l’indifférence mutuelle, soit à des échecs dans les tentatives de collaboration. Il fallait accepter de connaître a minima la discipline sollicitée (donc de s’y former), accepter les limites de chacun, créer les procédures, les protocoles puis les outils de la recherche, apprendre à poser les bonnes questions à la bonne échelle. C’est dans cette ambiance d’effervescence intellectuelle que sont nées la géo-archéologie, l’archéo-géographie et l’archéologie environnementale. Il faut dire aussi que les uns comme les autres devaient se déprendre des « grands récits » comme ceux par exemple « du mythe » braudélien qui a enchanté des générations de chercheurs avec sa vision romanesque et ternaire de l’histoire des sociétés, vision stratigraphique, confortable et rassurante pour toutes les disciplines mais on le sait aujourd’hui fausse, des temporalités.

L’espace dans le temps et le temps dans l’espace 

5Les deux « géo » (géographie et géologie) ont introduit dans l’archéologie des notions qui ont fait l’objet de nombreuses réflexions depuis. Il s’agit de :

  • le temps profond (des sciences de la terre),

  • la longue durée de la biodiversité (dont celle des hommes et des sociétés),

  • la résilience (des formes mais aussi des pratiques sociales),

  • les héritages (des sociétés comme des milieux).

6Tout est allé très vite car d’aucuns ont vu rapidement que l’archéologie pouvait devenir un excellent chronomètre et ont tenté (tentent encore parfois) de l’instrumentaliser comme telle. En effet, l’archéologue est supposé « dater » par différentes méthodes, de l’étude de la céramique aux archéosciences. Or la question est ailleurs : les échelles des temporalités font rarement bon ménage avec les échelles spatiales car ce qui peut être mis en évidence à un endroit donné en terme de datation peut être contredit à une autre échelle (spatiale). Chaque choix doit être argumenté et critiqué sous peine d’être renvoyé aux pratiques anciennes obsolètes de la « géographie historique ». Les pas de temps ne sont pas les mêmes et ce qui change, quand quelque chose change, ne laisse pas toujours de trace observable. L’archéologie est la discipline du plausible et le travail de l’archéologue est de raconter à partir des observations et des interprétations quels sont les scenarios plausibles et pour quelles raisons il en privilégie un plutôt qu’un autre. Le caractère concret et matériel des vestiges est un leurre comme peut l’être l’écrit pour ceux qui travaillent sur cette documentation. Si les procédures (quelle est la question posée) n’ont pas été élaborées en commun (interdisciplinaire et non multi ou pluri), les protocoles (quelle stratégie est la mieux adaptée pour répondre à la question) définis en fonction des limites de chacun, les méthodes et enfin les outils (la tactique) retenus précisément, alors l’expérimentation est vouée à l’échec.

7La « géographisation » de l’archéologie est un défi à relever à chaque instant, beaucoup de temps a été gaspillé dans des querelles de clocher qui ont retardé l’exercice de nouvelles pratiques mais la quantité et la qualité des travaux depuis une dizaine d’années et les premières tentatives de synthèse montrent que le pari des pionniers des années 1970-1980 est gagné.

Haut de page

Notes

1 Les statistiques réalisées depuis la fin des années 1980 montrent qu’il y a des vestiges partout –toutes périodes confondues- un site tous les 500 m et un site majeur tous les kilomètres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joelle Burnouf, « Archéologues et Géographes : quel Métier !!!! », EchoGéo [En ligne], 36 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14632 ; DOI : 10.4000/echogeo.14632

Haut de page

Auteur

Joelle Burnouf

Joëlle Burnouf, joelleburnouf@orange.fr, est Professeure d'archéologie médiévale à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, membre de l’UMR 7041 ArScAn équipe Archéologies Environnementales.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org