Navigation – Plan du site
Sur le Champ
Femmes et migrations : celles qui restent

Genre, migrations et sédentarités

Le cas de Mauriciennes employées de maison en France de retour au pays
Colette Le Petitcorps

Résumés

Après quarante années passées en France comme employée de maison, des femmes mauriciennes retournent à l’Ile Maurice pour y passer leur retraite. Leur situation, leurs pratiques spatiales et les représentations à leur égard au retour sont analysées par une approche qui revient sur l’histoire de leur migration et qui interroge le rapport entre migrations et sédentarités sous plusieurs facettes. En partant des récits de femmes et des discours de personnes du voisinage qui assistent à leur réinstallation à l’Ile Maurice, il s’agit de comprendre le sens qui est donné à la migration et à la sédentarité du point de vue des sujets, tout en explorant la forme particulière que prennent les normes de genre en relation aux migrations de femmes dans l’emploi domestique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les formes nouvelles, multiples et complexes des mobilités internationales contemporaines qui émergent des mutations socio-économiques et communicationnelles en cours requièrent le renouvellement des outils théoriques et méthodologiques pour penser les migrations. Plutôt que d’appréhender les migrations comme des mondes autonomes et coupés des mondes sédentaires, plusieurs recherches interrogent aujourd’hui les relations entre migrations et sédentarités, ainsi que les rapports entre groupes mobiles et groupes fixes, reprenant ainsi une question sociologique autrefois posée par Georg Simmel (Dureau, Hily, 2009).

2Une telle dichotomie mérite toutefois d’être abordée avec précaution. Dans les usages politiques, médiatiques et parfois scientifiques, les termes de « sédentaires » et de « migrants » établissent implicitement une frontière identitaire entre ceux qui restent dans l’espace de l’État-nation où ils sont nés et ceux qui en partent. L’État-nation « d’origine », délimité par une frontière physique et marqué par l’ordre symbolique de la nation (Fassin, 2012), constitue la référence qui distingue les groupes sédentaires des groupes migrants. Cette distinction n’exprime pas tant des pratiques spatiales différenciées, que la production des identités et des altérités définies à partir des frontières nationales, que ce soit dans les pays de départ ou d’arrivée des migrants. Des notions alternatives ont donc été conçues pour rendre compte des pratiques spatiales de mobilité et de fixité. Celles-ci placent ailleurs l’interface entre la mobilité et la sédentarité, en différenciant notamment les « transmigrants » qui s’installent dans la circulation, des « immigrants » ou des « migrants sédentarisés » qui restent dans le pays de leur première émigration (Tarrius, 2014).

3Le rapport entre migrations et sédentarités peut être interrogé de diverses manières et ne pas renvoyer aux mêmes processus sociaux. L’analyse des pratiques spatiales de mobilité et de fixité diffère ainsi de l’étude des productions identitaires qui créent une frontière entre les sédentaires et les migrants à partir du référentiel de l’État-nation. On peut aussi prendre pour objet les imaginaires que les individus et les sociétés élaborent à propos de la migration et de la sédentarité. De quelles manières ceux qui partent et ceux qui restent se représentent-ils l’expérience de la migration et du « rester chez soi » ? Et comment ces imaginaires alimentent-ils de nouveaux projets de vie ?

  • 1 Le terme d’ « employée de maison » est celui que les femmes migrantes rencontrées utilisent pour dé (...)
  • 2 L’enquête de terrain a été menée dans le cadre de ma thèse intitulée « Service à domicile, femmes e (...)

4Nous proposons d’articuler ces trois formes d’analyse du rapport entre migrations et sédentarités pour traiter des cas de femmes mauriciennes qui sont parties en France travailler comme « employée de maison »1 dans les années 1960 et 1970 et qui sont définitivement retournées à l’Ile Maurice pour y passer leur retraite depuis les années 2000 et principalement 2010. Les données empiriques que nous présentons sont issues d’une enquête de terrain réalisée à Paris et à l’Ile Maurice entre octobre 2012 et mai  2014. Elle réunit des récits de vie recueillis auprès d’une trentaine de migrant-e-s (principalement des femmes), des entretiens biographiques approfondis avec six femmes retournées à l’Ile Maurice pour leur retraite et une ethnographie des relations de ces femmes avec leur entourage familial et social au pays2. À partir des données de l’enquête, nous cherchons à comprendre les modalités du retour au pays des six femmes rencontrées, le sens qu’elles lui donnent, ainsi que les représentations que leur entourage familial et social au pays a de leur réinstallation à l’Ile Maurice. Dans cet objectif, il convient de revenir au préalable sur l’histoire de leur migration et sur leurs conditions de vie en France durant près de quarante ans en tant qu’employée à domicile. Or les formes de leur migration et de leur installation en France enjoignent à associer la perspective du genre à l’analyse du rapport entre migrations et sédentarités, car les raisons de leur mobilité et leur affectation durable dans les emplois à domicile sont liées aux normes sexuées qui régissent la division du travail, les pratiques de l’espace, ainsi que les rapports conjugaux et familiaux entre les hommes et les femmes à l’Ile Maurice et en France.

  • 3 Par emplois à domicile nous désignons l’ensemble des activités réalisées à domicile telles que : em (...)

5En analysant les parcours, l’imaginaire et la situation de femmes mauriciennes de retour au pays après une carrière longue passée dans les emplois à domicile3 en France, il s’agit aussi de combler en partie l’un des « trous noirs » de la recherche qui a trait au devenir des employées à domicile (Destremau, Lautier, 2002). En effet, une littérature importante qui s’est développée depuis les années 2000 porte sur les migrations de femmes qui s’insèrent sur le marché des services domestiques dans des pays du Nord et du Sud (Scrinzi, 2013). Mais les travaux sur ce que font les femmes migrantes après ce premier emploi ou sur ce qu’elles deviennent à la retraite après une vie passée à servir à domicile demeurent rares.

6Pour interroger le devenir de femmes mauriciennes employées de maison et pour comprendre les modalités de leur retour au pays à la retraite, nous reviendrons dans un premier temps sur l’organisation des migrations mauriciennes dans les emplois de maison en France selon un ordre genré. Nous porterons ensuite l’analyse sur les cas de six femmes enquêtées et montrerons de quelle manière la forme que prend leur travail au cours de leur parcours professionnel dans les emplois à domicile influe sur leurs pratiques spatiales en France, sur leurs relations familiales et sur leur projection du retour à l’Ile Maurice. Nous décrirons enfin le « chez soi » que ces femmes se constituent au retour à l’Ile Maurice, en convoquant aussi le point de vue que leur entourage social et familial adopte sur leur réinstallation.

Les migrations mauriciennes dans les emplois de maison en France

Origines politique, économique et sociale de l’émigration

7Les premières émigrations importantes de résidants mauriciens vers des pays étrangers (Australie, Afrique du Sud, Angleterre et France principalement) remontent aux années 1960. On compte à l’époque une émigration nette annuelle moyenne de résidants de 3 273 individus pour une population de 784 145 habitants (Dinan, 1985). Ces départs sont favorisés par une politique migratoire active de l’État mauricien qui, dans le contexte du processus d’accession à l’indépendance (12 mars 1968), voit dans l’émigration une soupape de sécurité face à la croissance démographique soutenue de la population et à l’important et persistant chômage (Meade, 1968 ; Lehembre, 1984 ; Vuddamalay, 1993).

  • 4 Une littérature importante porte sur la production des catégories ethniques à l’Ile Maurice. Pour u (...)

8Le contexte politique particulier de l’indépendance influe également sur les groupes ethniques incités à l’émigration et sur leur destination. Un gouvernement de coalition émerge à la suite des élections législatives de 1967 : le Parti Travailliste (PT), représentant pour une large part le groupe ethnique indo-mauricien, gouverne avec le Parti Mauricien Social-Démocrate (PMSD) associé aux groupes ethniques créole et franco-mauricien4. Gaëtan Duval, ministre de l’Industrie, du Tourisme et des Affaires étrangères et leader du PMSD, est à l’origine défavorable à l’indépendance. Elle annonce à ses yeux la prise du pouvoir politique par les Indo-mauriciens, démographiquement majoritaires. Le ministre engage alors une politique d’incitation à l’émigration des Créoles vers la France, où il entretient des relations personnelles avec ses homologues de même tendance politique (Vuddamalay, 1993). Toutefois, aucun accord bilatéral n’est signé avec la France. L’émigration de travailleurs peu qualifiés prévue et voulue par l’État va se développer de manière informelle et clandestine : elle représente un moindre coût pour les États d’émigration et d’immigration (Lehembre, 1984).

9Des années 1960 au début des années 1970, une filière migratoire organisée autour d’une profession spécifique se met en place entre l’Ile Maurice et la France : elle concerne des femmes, principalement créoles, qui partent travailler comme employée de maison (Halajkann, 1994 ; Perrot, 1983 ; Vuddamalay, 1993). Outre le plan Rima (du nom du ministre d’État aux Affaires étrangères en 1970 à l’Ile Maurice) qui favorise l’émigration des Mauriciennes comme employées de maison (Lehembre, 1984), de nombreuses annonces d’emplois de maison en France, publiées par des agences de placement mauriciennes, apparaissent dans les journaux (L’Advance, L’Express, La Vie Catholique) et ciblent principalement les femmes, en réponse à une demande existante en France de la part de familles qui recherchent des employées domestiques.

  • 5 « Patrons » est le terme utilisé par les femmes rencontrées pour désigner les employeurs de service (...)

10La politique migratoire mauricienne incite donc à une émigration vers la France qui s’avère sélective du point de vue ethnique et sexué. Les premières candidates à la mobilité sont également familières à la France, et ce par plusieurs biais. Les femmes qui partent dans les années 1960 et au début des années 1970 appartiennent principalement à des familles créoles déjà employées dans la domesticité à l’Ile Maurice (Vuddamalay, 1990). Du fait de leur proximité avec les Franco-Mauriciens (descendants des anciens colons français) qui sont à l’époque les principaux employeurs de domestiques, ces premières migrantes ont été socialisées à certaines pratiques culturelles françaises. Elles ou des membres de leur famille ont parfois déjà voyagé en France avec leurs « patrons5 ». Cet héritage familial et culturel leur donne le courage pour partir dans ce pays lointain ainsi que les contacts nécessaires pour y trouver une première place d’employée de maison en France.

L’ordre genré de la migration

11D’après les discours des migrant-e-s et des Mauriciens restés au pays rencontrés lors de notre enquête, les femmes font figure de pionnières de la migration vers la France. Comme nos interlocuteurs l’ont souligné à plusieurs reprises, « Dans toute famille mauricienne au moins une femme est partie en France comme employée de maison ». La migration de femmes a été particulièrement favorisée par la demande en main-d’œuvre mauricienne ciblée dans les services domestiques en France. Les premières migrantes ont ensuite fait venir des hommes de leur famille, qu’elles ont aidés à trouver un emploi de maison à leur arrivée grâce à leurs connaissances. L’organisation du mouvement migratoire mauricien à ses débuts contraste donc avec le processus migratoire algérien, amplement étudié à l’époque, qui se caractérise plutôt par la venue d’hommes seuls en tant que travailleurs ouvriers, dont l’épouse reste au pays et ne les rejoint que plus tard (Sayad, 1977). Au contraire, rares sont les femmes mauriciennes qui rejoignent leur époux en France dans les années 1960 et 1970. Les situations matrimoniales et familiales des premières migrantes sont de plus marquées par leur diversité. Des femmes sont célibataires et sans enfants, tandis que d’autres sont en couple et suivies de leur époux après quelques années d’installation en France, d’autres encore ont laissé leur(s) enfant(s) à l’Ile Maurice et les font venir après quelques années lorsque leurs conditions de travail, de logement et leurs moyens le rendent possible. Plusieurs des femmes rencontrées se sont séparées de leur époux par la migration et s’arrangent pour ne faire venir que leurs enfants en France.

12Outre la diversité des situations matrimoniales et familiales des pionnières de la mobilité vers la France, le point commun de leur parcours a trait aux caractéristiques sexuées qui sont attribuées à l’emploi pour lequel leur départ est sollicité. Les emplois de maison, réservés principalement à des femmes, configurent l’ordre genré des premières migrations mauriciennes vers la France et des réseaux migratoires qui se mettent ensuite en place, au sein desquels la première génération migrante joue un rôle d’accueil et d’insertion professionnelle important. Celles qui partent de l’Ile Maurice à cette époque sont représentées par les membres de leur famille et de leur entourage social qui restent au pays comme des femmes particulières : ce ne sont en premier lieu pas des épouses ou des mères, mais plutôt des employées de maison émigrées. L’emploi pour lequel elles sont affectées en migration génère une identité professionnelle sexuée par laquelle les femmes migrantes sont perçues et continuent d’être perçues lorsqu’elles rentrent à l’Ile Maurice pour y passer leur retraite. Plutôt que leur place dans le couple et dans la famille, ce sont leur insertion sur le marché du travail français et la profession exercée qui confèrent leur identité sexuée et qui inscrivent leur migration au sein des normes de genre. Cette configuration migratoire invite à considérer la manière dont la catégorie femmes est elle-même travaillée par la migration et par les politiques migratoires qui organisent la main-d’œuvre migrante à partir des présupposés de la différence naturelle des sexes.

Rester en France et retourner à l’Ile Maurice

Autonomie et immobilité d’employées de maison en France

13Si l’approche macrosociologique des politiques migratoires met l’accent sur l’aspect contraignant de l’organisation des migrations mauriciennes, l’analyse des discours de six femmes mauriciennes émigrées dans les années 1960 ou 1970 révèle les opportunités qu’offre la perspective d’un emploi de maison en France. Ces narratrices de leur histoire de vie insistent sur le nouvel horizon ouvert par la possibilité de partir de l’Ile Maurice, grâce à l’existence de places d’employée de maison qui permettent d’obtenir un emploi et d’accéder à une rémunération rapide en étant une femme seule, en instance de divorce, célibataire ou veuve. En effet, le point commun qui réunit ces six femmes qui vont passer leur retraite à l’Ile Maurice, et qui les distingue des autres femmes parties à cette époque qui vont passer leur retraite en France, est qu’elles ne sont pas ou plus en couple. Quatre des femmes étaient mariées à l’Ile Maurice. Pour trois d’entre elles, la migration comme employée de maison fournit le moyen de mettre un terme aux violences conjugales et de quitter leur époux. Celles-ci font venir leur(s) enfant(s) quatre ou cinq années après leur départ, sans la compagnie de l’époux. L’une des femmes est veuve et part huit ans après le décès de son mari afin de gagner en France l’argent nécessaire pour aider ses enfants adultes dans la constitution de leur vie de famille. Les deux autres femmes sont célibataires et sans enfants. Toutes les six émigrent à plus de trente ans, ce qui les différencie d’autres femmes qui partent à la même époque entre 17 et 25 ans. La migration est présentée dans leur discours comme leur ouvrant un horizon d’autonomie à un âge tardif, vis-à-vis du devoir de fille à s’occuper de ses parents, de ses frères et de ses sœurs et vis-à-vis des pressions familiales voulant les conformer à la norme du mariage et du devoir conjugal.

14Les caractéristiques de ces femmes candidates au départ et les enjeux de leur migration, notamment d’échapper aux contraintes conjugales et familiales, influent sur leur rapport au travail dans l’emploi de maison en France et sur le temps passé dans l’emploi logé et nourri chez l’employeur. Comme beaucoup d’autres femmes migrantes, lorsqu’elles arrivent en France, elles sont placées chez un unique couple employeur qui les rémunère en partie en nature par l’offre du gîte et du couvert. Dans ce mode d’emploi, la mobilité que représente leur voyage de l’Ile Maurice à la France cède vite la place à l’immobilité, car l’emploi logé et nourri les soumet à de nombreuses restrictions dans leurs déplacements. Les femmes n’ont souvent des congés que le dimanche ou le dimanche après-midi et l’amplitude horaire de leurs journées de travail ne leur permet guère de sortir en semaine pour leurs propres affaires. La proximité de leur lieu de vie avec celui de leurs « patrons » les enjoint à une disponibilité permanente à leur service. C’est bien souvent lors de la mise en couple ou à l’arrivée d’un enfant que la période de l’emploi à demeure chez des employeurs dans le pays d’émigration prend fin. Or ces femmes tardent à se mettre ou à se remettre en couple stable et certaines parviennent à conserver leur emploi quelques années supplémentaires après la venue de leur enfant resté au pays. Elles passent alors près de dix ans comme employée de maison logée et nourrie. On constate aussi que jusqu’à aujourd’hui, seule l’une des femmes est remariée, alors que les autres font de brèves rencontres sans reconstruire une vie de couple. Ces parcours conjugaux influent sur le temps passé et consacré au travail de service à domicile.

15Si l’on considère leurs pratiques spatiales, ces femmes font partie du groupe qu’Alain Tarrius nomme les « migrants sédentarisés » (Tarrius, 2014). Après avoir quitté l’emploi à demeure des premiers temps de leur arrivée en France, les employées de maison enquêtées continuent à travailler dans le secteur des services à domicile, et ce jusqu’à l’âge de la retraite. Leur lieu de vie est déterminé par leur activité professionnelle qu’elles réalisent dans les mêmes espaces résidentiels, à Boulogne-Billancourt et dans les arrondissements de l’Ouest-parisien notamment, où elles y ont fidélisé une clientèle d’employeurs, le plus souvent des particuliers, pour lesquels elles effectuent des ménages, de la garde d’enfants ou de l’aide à domicile pour personnes âgées. Elles habitent ces espaces, soit en ayant leur propre appartement, soit en étant devenue gardienne d’immeuble résidant dans la loge prévue à cet effet, y compris lorsque leurs enfants les ont rejointes. La place de gardienne d’immeuble s’inscrit dans la continuité de l’emploi de maison, dans la mesure où les femmes rencontrées, outre l’entretien ménager dont elles se chargent dans les parties communes, continuent d’effectuer des ménages chez des copropriétaires ou diverses activités de service comme de l’aide à domicile aux personnes âgées, des préparations de repas ou du repassage. En tant que gardiennes d’immeuble, elles restent employées dans les services domestiques.

  • 6 Les enfants de ces femmes ont poursuivi leur études jusqu’au CAP. Filles et garçons suivent des fil (...)
  • 7 Leurs loisirs au moment de l’enquête sont divers et ont pu changer avec l’âge : elles sortent à des (...)

16C’est ainsi à proximité de leurs employeurs que ces femmes construisent leur vie avec leur(s) enfant(s) et développent leur réseau de sociabilités. Les quelques années de séparation avec les enfants laissés au pays, puis la disponibilité temporelle et affective qu’exige le travail de service à domicile effectué à plein temps, parfois le week end et au-delà des heures prévues sur les contrats avec les divers employeurs, rendent difficiles les relations entre mère et enfants, nés à l’Ile Maurice ou en France. Les femmes expriment l’insatisfaction à ne pas consacrer autant de temps à leurs enfants et à leur scolarité qu’elles ne le voudraient à cause de leur travail6. Également, généralement peu enclines à fréquenter leurs compatriotes en concurrence sur le même secteur d’emploi, elles nouent quelques relations amicales avec des personnes de diverses origines, y compris françaises, en s’accordant de rares sorties le week-end et en soirée. Les sorties deviennent plus fréquentes avec l’avancée en âge7. En raison du prix élevé du billet d’avion et d’une forme de rupture avec la famille élargie dans certains cas, les voyages à l’Ile Maurice sont rares. On peut donc constater que le travail dans les services à domicile concourt à réduire le temps et l’espace de leur vie privée, tout comme l’occasion de renforcer les liens familiaux et amicaux en-dehors de la sphère professionnelle, ce qui peut conduire à un certain isolement en France qui influe sur la décision du retour.

Le sens donné à la migration en France et au retour à l’Ile Maurice

17On pourrait penser que l’immobilisation des femmes dans des espaces, restreints à leur environnement de travail et occupés depuis leur arrivée en France, alimenterait le sentiment d’habiter le lieu de leur immigration. Or d’après les récits, l’espace traversé par leur migration a toujours constitué une étape provisoire à leur sédentarisation projetée à l’Ile Maurice. Par sédentarisation, il faut ici entendre le processus de fabrication d’un « chez soi » définitif, matérialisé par la possession d’une maison, que les migrantes acquièrent grâce à leur épargne : parfois elles rachètent les parts d’une maison de famille à leurs divers parents, ou encore elles choisissent la localisation d’un site dans lequel elles achètent une maison ou un appartement, enfin certaines construisent leur maison. Tout se passe comme si symboliquement le temps de la migration et l’espace ainsi traversé représentaient l’espace-temps de leur vie d’employée de maison, tandis que l’espace-temps de la sédentarité imaginé au cours de l’expérience en migration était le retour à l’Ile Maurice, en tant que femme affranchie du travail de service domestique et propriétaire. Ainsi, lors d’un premier entretien en France avant d’atteindre l’âge légal de sa retraite à taux plein, Christiane raconte :

« Tu sais je travaille je fais des ménages de 9h à 18h, et puis après en rentrant le soir j’ai du repassage… ben voilà comment est la vie ici. Tu vois tu viens aujourd’hui dimanche, je travaille toujours ! Et ça va pas terminer en plus ça va continuer demain. Je suis tellement cassée tu vois, je crois j’aurais besoin la paix, reposer à l’Ile Maurice, m’installer, et après me trouver troisième âge, j’ai plus envie d’entendre parler de travail. Au bord de la mer je m’ennuierai jamais. Au bord de la mer il fait beau, on peut toujours se baigner, toujours se tremper les pieds dans l’eau… ».

18Également, durant une première entrevue à Paris, Christelle tient à me montrer après quinze minutes de discussion dans sa loge de gardienne d’immeuble où elle vit, les photos de sa maison située en bord de mer sur la côte nord de l’Ile Maurice, en construction depuis 1985. L’album photo retrace l’agrandissement de la maison au fil des années, d’un deux-pièces à une villa à étage.

19Le projet du retour se comprend au regard des conditions de vie des femmes en France et du sens qu’elles donnent à leur migration : elles sont parties pour travailler et ont été recrutées en tant que main-d’œuvre domestique. Comme l’a décrit Abdelmalek Sayad, l’immigré éprouve subjectivement le fait qu’il soit réduit à sa force de travail (Sayad, 1999). Les conditions de travail dans les emplois à domicile sont telles que l’espace-temps pour habiter le lieu de vie est limité. Les femmes migrantes mauriciennes employées de maison n’ont pas le sentiment d’être « chez elles » en France. Le retour à l’Ile Maurice représente la fin de l’incarnation de l’employée à domicile sans habitat propre et l’accession à un espace de vie à soi. Après s’être consacrées au travail de service au domicile d’autrui durant près de quarante ans en France et avoir vécu dans la proximité du monde des employeurs, avoir son « chez soi » recouvre un sens particulier pour les employées de maison à la retraite. Le projet du retour, envisagé à l’âge de la retraite à taux plein, est également le résultat d’un calcul qui compare ce que l’épargne et les cotisations accumulées pour la retraite en France garantissent comme qualité de vie ici et là-bas. Alors que le retour est préparé pour acquérir une situation confortable et un statut social différent à la retraite, l’entourage social et familial voit autrement la réinstallation de ces femmes migrantes au pays.

L’épreuve d’un nouveau « chez soi »

L’acquisition d’une maison dans les espaces « riches »

20Les femmes migrantes enquêtées ont imaginé leur sédentarité à l’Ile Maurice à l’opposé de ce qu’elles étaient en migration, à savoir des employées de maison au service d’autrui. D’abord, elles ont aspiré à acquérir une maison ou un autre bien immobilier. L’accession à la propriété souhaitée contraste avec leur situation de locataire en France ou d’occupante d’une loge de gardienne d’immeuble, comme en témoigne l’échange avec Nathalie, ancienne gardienne d’immeuble à Paris :

- Nathalie : « Ici c’est chez moi ».
- Colette : « À Paris vous ne vous sentiez pas chez vous ? ».
- Nathalie : « Non, j’avais un logement pour mon travail. Mais c’est pas vraiment chez moi. Ici c’est chez moi. C’est pas chez moi, j’étais en France oui, mais là je me sens chez moi ».

21Comme le constate Delia Dutra à propos des travailleuses domestiques péruviennes au Brésil, la situation des migrantes employées comme domestiques se caractérise par l’absence totale de la propriété de biens (Dutra, 2015). On comprend alors l’importance symbolique pour ces femmes mauriciennes, parmi lesquelles cinq d’entre elles reviennent d’abord seules à l’Ile Maurice, sans conjoint ni enfants, d’épargner pendant des années pour être propriétaire de leur maison et de leur espace domestique. Seule l’une des femmes rencontrées construit sa maison avec l’aide de l’épargne de son mari. Les cinq autres achètent seules un terrain, un logement de deux pièces ou reprennent la maison de famille, qu’elles agrandissent petit à petit grâce à leurs économies : elles ajoutent au fil des années une pièce, une véranda, une terrasse ou un étage qui rendent parfois la demeure de plus en plus imposante.

  • 8 La bourgeoisie de couleur est encore difficile à définir en raison de l’absence d’enquête nationale (...)

22Les migrantes de retour choisissent aussi la localisation de leur maison et accordent de l’importance aux espaces « riches », aux lieux marqués par une forte concentration de propriétés positives (Bourdieu, 1993). Elles apprécient d’habiter les quartiers de villes (telles que Curepipe ou Beau-Bassin) occupés par la petite bourgeoisie de couleur8 qui se composent de maisons individuelles accompagnées d’une cour. Leur pension de retraite acquise en France, bien que faible puisque l’emploi de service à domicile est peu rémunérateur et souvent en partie réalisé de manière informelle, à laquelle s’ajoute l’épargne accumulée durant leurs années d’activité, leur permettent de vivre à l’Ile Maurice dans le milieu petit bourgeois propriétaire. Avec une retraite moyenne de 800 € par mois, au-dessus du salaire moyen d’un Mauricien qui est de 450 € par mois environ, elles vivent même mieux que d’autres foyers petits bourgeois, alors qu’elles seraient dans une situation économique plus difficile en France. Ces femmes accèdent à la retraite à une position sociale qu’elles n’avaient jamais occupée ni à l’Ile Maurice, ni en France. Le « chez soi » constitué à partir de leur épargne de travailleuse migrante n’est plus celui de leur enfance et de leur jeunesse passées, dans les dépendances allouées aux domestiques des propriétés des Franco-mauriciens ou dans les villages pauvres du centre de l’île. Christiane exprime ce contraste :

« On a grandi à la campagne on va pas acheter quelque chose à la campagne, il vaut mieux trouver autre chose au bord de la mer qu’à la campagne ».

23En tant que migrantes de retour, elles estiment être à leur place dans les quartiers de la petite bourgeoisie de couleur et partager leur style de vie. Mme C. et Cécile décrivent ainsi le voisinage dont elles apprécient de faire partie :

« Parce qu’ici on a des gens convenables. Tous les gens qui travaillent par ici sont des gens qui ont des bonnes places. Y a des professeurs, des infirmiers, des policiers, des gens qui travaillent à la banque… » (Mme C.).

« Je suis dans un quartier bourgeois. On se dit bonjour mais c’est tout. Chacun chez soi, comme en France, tout le monde prend sa voiture, on ne se parle pas, moi j’aime comme ça » (Cécile).

24Outre les espaces urbains, le bord de mer qui est associé dans les représentations de ces femmes au territoire des Blancs propriétaires de campements est aussi prisé pour leur projet d’installation.

25Pour quatre de ces femmes retournées au pays, la sédentarisation consacrée par l’accès à la propriété s’accompagne du recours aux services d’une femme de ménage qui intervient pour des durées variables : de six heures par semaine réparties en trois fois à une venue quotidienne pour la mi-journée. Etrangères à leur famille, ces femmes de ménage viennent des milieux pauvres du groupe ethnique d’origine des femmes migrantes et habitent les quartiers populaires ou la campagne. Par l’usage des services d’une femme de ménage, l’employée de maison à la retraite devient l’employeuse qui réduit ainsi le temps qu’elle consacre au travail domestique.

Le point de vue de l’entourage sur les migrantes de retour

26Bien que ces femmes migrantes mauriciennes de retour au pays s’estiment faire partie du quartier, du style de vie et du milieu bourgeois qu’elles habitent, on observe qu’elles demeurent assez isolées et ont peu d’interactions avec leurs voisins. A propos de Nathalie par exemple, installée dans un quartier bourgeois de Curepipe, des membres de sa famille confient qu’elle n’a pas beaucoup d’amis et qu’elle est mise à l’écart dans le quartier parce que les gens la trouvent hautaine. Tandis que les femmes de retour perçoivent de la jalousie dans le traitement qui leur est réservé par leur famille étendue et par leur voisinage, ceux et celles qui sont restés à l’Ile Maurice et assistent à leur retour perçoivent du mépris et de la condescendance de la part de ces femmes venues de France. Les voisins de Mme C. la surnomment par exemple « Madame France ». Ce sont leurs gestes, leurs manières, leurs habitudes, leurs sorties, leurs habits et leur accent français lorsqu’elles parlent kreol qui sont identifiés par les voisins comme autant de marques de distinction sociale voulue vis-à-vis de l’appartenance mauricienne, y compris vis-à-vis de l’appartenance à la classe de la petite bourgeoisie. Les membres de la famille élargie de ces femmes qui sont restés au pays, frères, sœurs, oncles, tantes, cousins et cousines, ressentent particulièrement la mise à distance du milieu social d’origine qu’opèrent les migrantes de retour par leurs choix résidentiels et l’embauche d’une femme de ménage notamment. Le délitement des relations familiales se repère surtout lorsque la famille restée au pays n’a pas vécu d’ascension sociale et lorsque les femmes sont encore employées comme bonnes.

27De plus, bien que la « richesse » des femmes migrantes de retour soit affichée par leur acquisition immobilière, leur nouvelle position sociale à la retraite et leur sédentarisation ne sont pas pleinement reconnues par leur entourage, voisins et membres de la famille élargie à l’Ile Maurice. Elles sont d’abord représentées comme des étrangères. L’expression « les expats de chez nous », utilisée par les habitants de leur quartier, désigne ces femmes de retour qui demeurent les émigrées dans l’espace de leur sédentarité pourtant tant convoitée. Ensuite, en tant que femmes seules rentrant de France, sans époux et sans enfants à leur retraite, elles sont identifiées comme les anciennes employées de maison qui ont quitté le pays quarante ans auparavant. La réalité sociale des interactions entre celles qui sont parties et ceux qui sont restés se comprend au regard des identités de genre produites dans le contexte de la migration mauricienne vers les emplois de maison en France. Malgré leurs efforts faits pour masquer leur passé, ces femmes seules de retour sont perçues d’après la profession qui leur a été affectée dans l’émigration.

28L’isolement de ces femmes par rapport aux réseaux de sociabilités pourrait néanmoins évoluer : deux d’entre elles ont notamment construit une maison ou un étage au-dessus du leur pour accueillir leurs enfants en vacances et à leur retraite. Mais d’autres doutent du choix de leur retour face au regard qu’autrui renvoie sur elles-mêmes et hésitent à reprendre la route pour la France, afin d’y retrouver leurs enfants, leurs petits-enfants et leurs amis. Pour celles-ci, le lieu du « chez soi » est incertain et la sédentarité imaginée à l’Ile Maurice s’avère compliquée par les représentations de ceux qui sont restés, qui les assimilent à des étrangères.

Conclusion

29L’analyse des cas singuliers de six femmes migrantes qui retournent à l’Ile Maurice après quarante ans passés en France, pour la plupart sans être accompagnées d’un homme, offre des perspectives de recherche intéressantes sur le rapport entre migrations et sédentarités traité à l’aune de l’approche du genre. Nous avons choisi de confronter le sens que les sujets donnent à la migration et à la sédentarité aux pratiques spatiales des migrantes, relatées par elles-mêmes et observées. L’étude de la migration du point de vue de l’État d’émigration et de « ceux qui restent au pays » a également permis de développer une analyse originale.

30À l’écoute des récits des femmes rencontrées, on a pu constater que l’espace-temps de la migration était subjectivement distingué de celui du retour à l’Ile Maurice, considéré comme le moment de la sédentarité. Bien qu’en termes de pratiques spatiales on ait observé une égale immobilité dans les deux espaces, cette immobilité ne recouvre pas le même sens pour les femmes. En France, l’installation des migrantes obéit à la fonction de main-d’œuvre domestique qui leur est assignée et qu’elles intériorisent. À l’Ile Maurice, les femmes migrantes de retour construisent leur « chez soi » personnel, approprié et possédé. Le sens subjectif donné à leur retour se distingue lui-même des représentations véhiculées par leur entourage social à l’Ile Maurice qui reproduit la frontière identitaire entre celles qui sont parties et ceux qui sont restés. La sédentarité attachée au territoire de l’État-nation « d’origine » des individus reste dans ce cas la norme à partir de laquelle les individus sont perçus dans la société.

31Ces représentations et l’aspiration de femmes migrantes à s’installer dans l’espace « d’origine » ne peuvent être comprises sans rendre compte des formes de leur migration comme employée de maison en France. Alors que nous avons vu que celle-ci était le gage d’une autonomie vis-à-vis des contraintes familiales et conjugales, les normes de genre rattrapent le devenir des migrantes par le biais de l’emploi aux attributs sexués qu’elles occupent. Ce n’est pas leur qualité d’épouse ou de mère, mais plutôt celle d’employée de maison qui concourt à la reproduction des normes de genre au cours de leur expérience en migration et au retour à l’Ile Maurice, où le regard des autres leur renvoie l’identité de migrante et d’employée de maison. L’étude du cas de ces femmes donne ainsi matière à réfléchir sur les diverses manières d’appréhender les rapports de genre à partir de la relation complexe entre migrations et sédentarités.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (dir.), 1993. La misère du monde, Paris, Seuil, « Libre examen », 954 p.

Chazan-Gillig S., Ramhota P., 2009. Genèse de la société multiculturelle mauricienne. In Chazan-Gillig S., Ramhota P., L’hindouisme mauricien dans la mondialisation. Paris, Karthala, p. 19-56.

Destremau B., Lautier B., 2002. Introduction : femmes en domesticité. Les domestiques du Sud, au Nord et au Sud. Revue Tiers Monde, tome 43, n° 170, p. 249-264.

Dinan M., 1985. Une île éclatée : analyse de l’émigration mauricienne, 1960-1982. Port-Louis, Best Graphics, 239 p.

Dureau F., Hily M-A., 2009. Introduction. In Dureau F., Hily M-A., Les mondes de la mobilité. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 13-21.

Dutra D., 2015. Marcas de uma origem e uma profissão : trabalhadoras domésticas peruanas em Brasília. Caderno CRH, vol 28, n° 73, p. 181-197.

Fassin D., 2012. Les nouvelles frontières de la société française. Paris, Éditions La Découverte, 600 p.

Halajkann M., 1994. Migration des femmes mauriciennes vers la France. Migrations Société, vol 6, n° 35, p. 18-25.

Lehembre B., 1984. La nouvelle politique d’émigration. In Lehembre B., L’île Maurice. Paris, Karthala, p. 173-195.

Le Petitcorps C., 2015. Service à domicile, femmes et migrations en France. Le rapport de domesticité en question. Thèse de sociologie, Université de Poitiers, 341 p.

Meade J. E., 1968. The Economic and Social Structure of Mauritius. Report to the Governor of Mauritius. London, Frank Cass and Co. LTD, 246 p.

Perrot M., 1983. Les mariées de l’Île Maurice. Paris, Grasset, 260 p.

Sayad A., 1977. Les trois âges de l’émigration algérienne en France. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 15, p. 59-81.

Sayad A., 1999. La maladie, la souffrance et le corps. In Sayad A., La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris, Le Seuil, p. 255-303.

Scrinzi F., 2013. Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie. Construction de la non-qualification et de l’altérité ethnique. Paris, Éditions PETRA, 212 p.

Tarrius A., 2014. Quand les territoires circulatoires des transmigrants traversent des quartiers enclavés de villes moyennes françaises. Revue Européenne des Migrations Internationales. Vol. 30, n° 2, p. 169-192.

Vuddamalay V., 1990. L'insertion socio-professionnelle chez les nouveaux immigrés. Le cas des Mauriciens en France. Espace, populations, sociétés, vol. 8, n°2, p. 231-239.

Vuddamalay V., 1993. Les mécanismes de structuration du mouvement migratoire mauricien en France. Thèse de Doctorat de Géographie, Paris, EHESS, 890 p.

Haut de page

Notes

1 Le terme d’ « employée de maison » est celui que les femmes migrantes rencontrées utilisent pour désigner leur profession en France à l’époque où elles arrivent. En tant qu’employées de maison, elles sont chargées d’effectuer diverses tâches domestiques dans l’espace privé des familles qui les recrutent.

2 L’enquête de terrain a été menée dans le cadre de ma thèse intitulée « Service à domicile, femmes et migrations en France. Le rapport de domesticité en question » (Le Petitcorps, 2015, Université de Poitiers). Trois va-et-vient entre Paris et l’Ile Maurice de 2012 à 2014 ont permis de faire dialoguer les données recueillies sur les deux sites de terrain et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche en mettant en regard les informations obtenues sur chaque site. Aux entretiens biographiques avec les migrant-e-s et à l’ethnographie à l’Ile Maurice s’ajoute une dizaine d’entretiens réalisés avec des acteurs de la filière migratoire des employées de maison mauriciennes vers la France qui permettent de retracer l’histoire cette migration.

3 Par emplois à domicile nous désignons l’ensemble des activités réalisées à domicile telles que : employée de maison, femme de ménage, garde d’enfants, aide aux personnes âgées.

4 Une littérature importante porte sur la production des catégories ethniques à l’Ile Maurice. Pour un premier aperçu sur la question, voir Chazan-Gillig S., Ramhota P., 2009.

5 « Patrons » est le terme utilisé par les femmes rencontrées pour désigner les employeurs de services domestiques à l’Ile Maurice.

6 Les enfants de ces femmes ont poursuivi leur études jusqu’au CAP. Filles et garçons suivent des filières professionnelles à connotation sexuée (secrétariat pour les filles, maçonnerie pour les garçons). Leur parcours professionnel se caractérise par l’enchaînement de contrats précaires de courte durée et par plusieurs périodes sans emploi.

7 Leurs loisirs au moment de l’enquête sont divers et ont pu changer avec l’âge : elles sortent à des soirées dansantes, font les boutiques entre copines, vont à la messe de manière irrégulière et certaines voyagent en-dehors de Paris, en France ou à l’étranger.

8 La bourgeoisie de couleur est encore difficile à définir en raison de l’absence d’enquête nationale sur l’emploi et sur les classes sociales à l’Ile Maurice. Elle se compose de familles des groupes créole et indo-mauricien, propriétaires d’un logement, possédant un compte d’épargne et insérées dans diverses catégories socio-professionnelles (comme artisans-commerçants, professions intermédiaires, employés et cadres).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Le Petitcorps, « Genre, migrations et sédentarités », EchoGéo [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14664 ; DOI : 10.4000/echogeo.14664

Haut de page

Auteur

Colette Le Petitcorps

Colette Le Petitcorps, lepetit.colette@wanadoo.fr, docteure en sociologie, est membre de l’UMR Migrinter.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org