Navigation – Plan du site
Sur le Champ
Femmes et migrations : celles qui restent

Les mobilités spatiales féminines entre logiques individuelle et familiale

L’exemple des migrantes burkinabè entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire
Sihé Néya

Résumés

Les espaces de mobilité des migrantes burkinabè, entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, ne se limitent pas seulement aux lieux et espaces liés à la résidence familiale. Cet article, qui s’appuie sur des données collectées au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, questionne, à travers les retours au pays d’origine, le rapport à la mobilité des femmes burkinabè issues de l’émigration vers la Côte d’Ivoire. Il postule que les retours au Burkina Faso des femmes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire vus comme stratégie familiale ne sauraient suffire pour expliquer leurs rapports à l’espace. Elles pratiquent des mobilités plurielles, lesquelles sont des réponses à des situations de précarité de leur existence mais aussi à un désir et une nécessité d’autonomie matérielle et financière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1C’est surtout à partir des décennies 1970 et 1980 que la migration internationale féminine prend de l’importance à l’échelle mondiale et, désormais, nombre de femmes migrent seules (Morokvasic, 1984). En 2015, les femmes représentaient environ la moitié des migrants internationaux dans le monde : 48,2 % des 243 700 230 migrants internationaux, c’est-à-dire les personnes qui résident hors de leur pays de naissance, sont des femmes (Nations Unies, 2015). Cette proportion est comparable à celle des années 1990 (49 % sur un total de 152 563 212 migrants). La tendance est similaire en Afrique puisque les femmes représentaient respectivement 47,2 % et 46,1 % des 15 690 623 et 20 649 557 migrants internationaux. En revanche, la féminisation des migrations est plus lisible si l’on considère la situation en 1960 puisque 42 % des 9 millions de migrants internationaux en Afrique étaient des femmes (Zlotnik, 2004).

2Mariées ou célibataires, les femmes participent aujourd’hui à la migration de travail et sont autonomes dans la migration (Adepoju, 2002). La travailleuse domestique, la divorcée reconvertie dans le commerce, l’accompagnatrice de l’époux migrant, l’élève ou l’étudiante, la commerçante itinérante sont autant de figures de migrantes qui caractérisent l’accroissement de la migration féminine en Afrique subsaharienne (Findlay, 1989). Elles sont actrices de la mobilité commerciale à une échelle transnationale (Lambert, 1993 ; Bredeloup, 2012). Malgré ces mobilités spatiales plurielles féminines, on constate qu’en situation de migration internationale, le rapport des femmes africaines à la mobilité spatiale reste ambivalent. D’une part, les chefs de ménage astreignent à résidence leurs épouses restées au pays d’origine ou celles qui les rejoignent en migration (Bredeloup, 2007). D’autre part, la migration place les femmes dans un environnement qui leur permet de s’émanciper de l’ordre traditionnel et même d’inverser en leur faveur les rapports de pouvoir dans le couple (Dia, 2014). La mobilité des femmes burkinabè entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire n’échappe pas à cette ambivalence.

3La migration féminine burkinabè vers la Côte d’Ivoire, essentiellement familiale et matrimoniale, est un marqueur de la volonté des émigrés de s’établir durablement en Côte d’Ivoire (Coulibaly et al., 1980 ; Boutillier et al., 1985 ; Gregory et al., 1996). Cependant, depuis la fin des années 1970, la migration de retour se développe et est animée essentiellement par des femmes et des enfants (Blion, 1992 ; Ouédraogo, 1993 ; Kabbanji et al., 2007 ; Kabbanji, 2011). Celle-ci révèle une « stratégie démo-économique, adaptée aux nouveaux contextes ivoirien et burkinabè, développée par les ménages des migrants mais indiquant le choix de ceux-ci pour la multirésidence » (Ouédraogo, 1993, p. 340). Certes, pour réaliser leur projet migratoire selon des logiques de vie monorésidentielle ou multirésidentielle, les chefs de ménage sédentarisent les femmes. Cependant, des migrantes « sortent [davantage] des sentiers battus d’itinéraires tracés d’avance par leur place dans la famille » (Cordell et Piché, 2003, p. 236). Cette dynamique pose la question du rapport des femmes à la mobilité dans un contexte où la tradition les assigne à résidence.

4Nous postulons ainsi que les retours au Burkina Faso des femmes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire vus comme stratégie familiale ne sauraient suffire pour expliquer leurs spatialités, c’est-à-dire leurs rapports à l’espace. Celles-ci ne se contentent pas de suivre leur époux ou les membres de leur famille. Bien qu’elles retournent au Burkina Faso pour y rester, les migrantes de retour pratiquent des mobilités plurielles, lesquelles sont des réponses à des situations de précarité existentielle mais aussi à un désir et une nécessité d’autonomie matérielle et financière, pour leurs propres besoins et ceux de leurs proches. En focalisant l’attention sur le retour au Burkina Faso des femmes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire, il s’agit de montrer que dans un espace migratoire, « celles qui restent », migrantes ou non migrantes, ne demeurent pas toujours des immobiles. Qu’il soit choisi par les chefs de ménage (époux ou père) ou par les femmes elles-mêmes, le retour sous-tend pour nombre de migrantes de retour un projet de sédentarisation au pays d’origine, sans que cela ne signifie la fin de la mobilité. Qui sont ces femmes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire qui retournent dans leur pays d’origine, le Burkina Faso ? Pourquoi certaines femmes sont-elles invitées par les chefs de ménage à rejoindre le pays d’origine pour s’y sédentariser tandis que d’autres construisent elles-mêmes leur projet de retour ? Comment les migrantes de retour, en l’absence ou en présence de leur conjoint, vivent-elles leur nouvelle sédentarité au pays d’origine ? Comment deviennent-elles des actrices de leur mobilité spatiale ?

5Le présent article questionne le rapport à la mobilité des femmes burkinabè issues de l’émigration burkinabè vers la Côte d’Ivoire, qui retournent dans leur pays d’origine, le Burkina Faso. Il s’agit donc à la fois des femmes émigrées et de leurs descendantes nées en Côte d’Ivoire. Nous considérons leur migration vers le Burkina Faso comme un retour parce que le choix de cette destination est essentiellement motivé par leur origine burkinabè (Beauchemin et al., 2007 ; Dabiré et al., 2009). Nombre des enfants d’émigrés, nés en Côte d’Ivoire, « migrent [pour la première fois] vers un pays dans lequel ils n’ont jamais vécu, et auquel ils sont (…) affiliés par l’ethnicité, l’identité, l’ascendance » (Michalon, 2003, p. 3). Cet attachement au Burkina Faso est renforcé par le fait qu’en Côte d’Ivoire les Burkinabè, indépendamment de leurs lieux de naissance, sont considérés comme des étrangers même quand ils arrivent à s’y faire naturaliser (Bredeloup, 2003 ; Zongo, 2003 ; Néya, 2016).

6Dans un premier temps, cet article présente le contexte de la collecte des données que nous avons mobilisées pour analyser ensuite les motifs de la migration de retour des femmes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire et du choix des destinations de résidence au Burkina Faso. Dans un deuxième temps, il interroge la manière dont ces migrantes, une fois arrivées au Burkina Faso, assument leur nouvelle sédentarité ou se remettent en mouvement. Certes, les femmes burkinabè en Côte d’Ivoire migrent vers le Burkina Faso pour y rester, mais ce changement de résidence principale ne signifie pas nécessairement la fin de la mobilité. Elles élargissent ainsi leur espace de vie – celui-ci étant considéré comme l’ensemble de lieux avec lesquels un individu est en relation (Courgeau, 1988) – grâce aux activités économiques qu’elles pratiquent. Ces activités les amènent souvent à se déplacer sur de courtes et/ou longues distances, afin d’accroître leurs ressources financières. Ce rapport à l’espace, dynamique selon les formes de mobilité que ces femmes pratiquent, est le résultat de la conjugaison de facteurs internes et externes à la famille et se manifeste depuis la vie en Côte d'Ivoire.

Méthodologie

7Cet article s’appuie sur des données qualitatives, collectées au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire entre 2011 et 2014, visant à comprendre le rôle des migrations de retour dans la reconfiguration de « la géographie de la relation » (Cortes, 2011) induite par l’émigration.

Démarche multi-située de terrain et entretiens semi-directifs

8Appliquée à la migration internationale, la géographie de la relation questionne les liens entre les membres dispersés dans un espace de circulation (Cortes, 2011, p. 96). Ainsi, nous avons adopté une démarche multi-située de terrain (Marcus, 1995), en enquêtant dans plusieurs localités avec lesquelles les migrants burkinabè sont en relation entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Nos enquêtes ont débuté au Burkina Faso, à Ouagadougou et dans la province de la Comoé précisément.

Illustration 1 - Lieux d’enquête entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire

Illustration 1 - Lieux d’enquête entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire

Sources : ESRI et enquêtes de terrain 2011-2014 ; réalisation : Sihé Néya, mai 2016.

9Nous avons choisi Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, parce que des descendants d’émigrés burkinabè en Côte d’Ivoire y viennent pour des études universitaires. Ce choix a été conforté par le développement d’activités économiques pratiquées par des migrantes de retour et en relation avec la Côte d’Ivoire. La Comoé, province du Burkina Faso frontalière avec la Côte d’Ivoire, a été retenue car c’est une région dans laquelle des migrants de retour s’installent au détriment de leur région d’origine. Nous avons pu y rencontrer des migrants de retour résidant en ville (Banfora et Niangoloko) ou au village (Sidéradougou) ou encore partagés entre les deux milieux. À partir des entretiens réalisés à Ouagadougou et dans la Comoé, nous nous sommes rendus en Côte d’Ivoire (Abidjan, Divo et Vavoua) et au nord du Burkina Faso (Rambo) pour rencontrer des parents des premiers individus enquêtés. L’objectif de cette démarche était d’approfondir davantage les données collectées avec les parents résidant ailleurs qu’Ouagadougou et la Comoé.

10Nous avons réalisé 162 entretiens individuels. Les lieux de sociabilité (université, quartier d’habitation), d’activités économiques (restaurant, atelier de couture et coiffure, place marchande des gares ferroviaires et routières, etc.), ont été une porte d’entrée pour l’identification des enquêtés. Ensuite, la technique de « boule de neige » a favorisé dans un deuxième temps la rencontre avec d’autres migrants, hommes comme femmes. Cette démarche a une limite : les enquêtés ont tendance à enfermer l’enquêteur dans leur réseau relationnel. Conscient de la diversité qui caractérise ces migrants, nous avons pris en compte une pluralité de variables telles que l’âge, le sexe, les motifs et la temporalité des retours, l’activité au moment de l’enquête, la présence ou l’absence de parents en Côte d’Ivoire, ce qui nous a aidé à rendre notre échantillon plus hétérogène.

11Indépendamment du pays d’enquête ou du sexe de l’enquêté, ces entretiens ont permis de collecter les données à deux niveaux. Le premier a concerné l’enquêté. Le retour au pays d’origine (motif, période, condition et parcours), la trajectoire migratoire, matrimoniale et professionnelle, l’évolution des liens transnationaux dans le temps et l’espace dans lesquels ils ont été engagés ainsi que leurs perceptions des deux pays sont autant de points abordés avec les enquêtés. Le deuxième niveau a permis de collecter des données familiales, les migrants ayant été interrogés sur l’histoire de la fondation de leur famille en Côte d’Ivoire, et ce à travers l’histoire migratoire et professionnelle du père et de la mère et le lieu de naissance de frères et sœurs. L’enquêté nous a également renseigné sur l’évolution des liens transnationaux dans lesquels sont engagés leurs parents. Ce deuxième niveau a permis d’obtenir des données additionnelles sur la vie des femmes en migration et surtout leur rapport à la mobilité.

12Enfin, des enquêtées étaient des commerçantes circulantes aussi nous avons souvent voyagé en train entre Ouagadougou et Abidjan. Nous avons pu ainsi observer comment ces migrantes, pratiquent leur commerce au cours de leurs voyages entre ces deux villes.

Enquêtes auprès des femmes

13Les femmes enquêtées, au nombre de 221, essentiellement des migrantes de retour vivant en ville, au Burkina Faso, sont classées en trois sous-échantillons.

14Le premier concerne les femmes interrogées à l’aide du guide d’entretien mentionné plus haut. À ce niveau, le principal biais des données est la sous-représentation des femmes comparativement aux hommes : 31 femmes contre 131 hommes. Ces femmes sont des étudiantes, des salariées du secteur public ou privé, des commerçantes, des restauratrices et des ménagères. Certaines sont nées en Côte d’Ivoire, d’autres y ont émigré.

15La constitution des deux autres échantillons est la conséquence de la réalité du terrain qui nous a conduits à collecter des informations plus fouillées sur la situation des femmes. Un questionnaire et un guide de comptage ont été administrés respectivement à Ouagadougou et à Niangoloko.

16À la gare ferroviaire de Ouagadougou, d’une part, nous avons procédé au comptage des commerçantes, sédentaires et circulantes, dont l’activité est lié au transport de voyageurs sur la ligne ferroviaire Abidjan-Ouagadougou. L’objectif de ce comptage était de mesurer l’importance de la présence des migrantes de retour burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire, commerçantes circulantes ou sédentaires, dans le commerce des denrées alimentaires ivoiriens à la gare ferroviaire de Ouagadougou. Ce recensement, effectué en octobre 2013, a montré que, 37 % des 95 commerçantes sont des migrantes burkinabè de retour en provenance de Côte d’Ivoire. Il identifie la place marchande de la gare ferroviaire de Ouagadougou, caractérisée par la commercialisation des produits de consommation ivoirienne, comme un espace que les migrantes de retour fréquentent à des fins commerciales dans leur stratégie d’insertion socio-économique dans la ville.

  • 1 Au Burkina Faso, le terme « Hong-Kong » est synonyme d’anarchie dans le langage populaire (Zongo, 2 (...)

17D’autre part, à Niangoloko, ville frontalière de 22 310 habitants en 2006 selon le recensement général de la population et de l’habitat du Burkina Faso (RGPH-BF 2006), les entretiens menés auprès des autorités municipales et des leaders d’association ont montré que des familles burkinabè, ayant fui la guerre de 2002 en Côte d’Ivoire, se sont installées dans le quartier Hong-Kong1 de la ville. Cependant, les migrantes de retour vivent dans la précarité à cause de l’absence de leurs époux qui ont ré-émigré en Côte d’Ivoire. Pour comprendre comment ces migrantes de retour vivent l’absence de leur époux, nous avons conçu un questionnaire semi-ouvert qui a été soumis à 95 migrantes de retour de ce quartier. Ce questionnaire a porté sur les caractéristiques socio-démographiques et matrimoniales, l’âge au premier mariage et à la première émigration vers la Côte d’Ivoire, l’année de retour au Burkina Faso, les causes et itinéraires de la migration de retour, la localisation de l’époux, des coépouses et des enfants, les envois de fonds en provenance de la Côte d’Ivoire ainsi que leurs fréquences et expéditeurs, la perception de la relation conjugale vécue à distance, les retours en Côte d’Ivoire, les activités exercées à Niangoloko. Ce dernier thème aide à comprendre le rapport des migrantes à la mobilité, selon que leurs activités les amènent ou non à se déplacer sur des distances plus ou moins longues.

18Dans l’ensemble, ces données montrent la diversité des caractéristiques socio-démographiques, professionnelles et matrimoniales des migrantes de retour burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire, qui résident dans les villes du Burkina Faso. Elles aident à comprendre pourquoi et comment ces femmes retournent au Burkina Faso, mais aussi pourquoi elles se mettent en mouvement une fois arrivées à destination.

Retour au Burkina Faso des femmes burkinabè : entre crises ivoiriennes, famille et projet de vie individuel

19Les femmes burkinabè issues de l’émigration vers la Côte d’Ivoire regroupent aujourd’hui au moins quatre générations : les émigrées parties essentiellement pour rejoindre leur époux ainsi que leurs descendants. Ces derniers, enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, sont nés en Côte d’Ivoire. Les contextes familiaux, les crises ivoiriennes et les caractéristiques individuelles sont des facteurs qui expliquent leur retour. Les changements socio-économiques et les inégalités en termes d’opportunités (accès à la terre et à l’emploi, développement d’activités économiques, accès aux infrastructures socio-éducatives) orientent ces migrantes dans le choix de leur destination à l’intérieur du Burkina Faso, selon qu’elles pratiquent une migration familiale ou autonome.

Quand crise il y a en Côte d’Ivoire, les femmes et leurs enfants retournent d’abord

20La littérature consacrée au rôle des crises ivoiriennes sur les migrations de retour vers le pays d’origine, qu’il s’agisse des rapatriés ou des migrants retournés dans la précipitation par leurs propres moyens suite au déclenchement de la guerre le 19 septembre 2002, est abondante (Zongo, 2003 ; Bredeloup, 2003, 2009 ; Zongo et al., 2010). L’instabilité socio-politique et militaire en Côte d’Ivoire et ses conséquences économiques ont renforcé les migrations de retour pendant l’une des périodes les plus sombres de l’histoire politique de la Côte d’Ivoire, entre 1999 et 2003 (Losch et al., 2000 ; Bredeloup, 2003 ; Zongo, 2003 ; Zongo et al., 2010). Selon le RGPH-BF 2006, la majorité des Burkinabè de retour de Côte d’Ivoire (les émigrés burkinabè et leurs descendants nés en Côte d’Ivoire) sont arrivés à cette période : 59,4 % sur un total de 607 718 (Dabiré et al., 2009). Certains ont rejoint leur village d’origine après des escales dans les villes. D’autres se sont installés dans les grandes villes ou dans les zones agricoles du Burkina Faso frontalières à la Côte d’Ivoire. Parmi ces migrants de retour, les femmes et les enfants étaient les plus nombreux. Cela confirme le constat qu’en situation de crise économique, socio-politique ou militaire en Côte d’Ivoire, les femmes et les enfants sont les premiers que les hommes, chefs de ménage, envoient au Burkina Faso (Blion, 1992 ; Ouédraogo, 1993). Le cas de Moïse, qui résidait à Abidjan au moment où nous l’avions interviewé en 2013, en est un exemple. En 2000, période coïncidant avec la crise post-électorale consécutive aux élections présidentielles contestées d’octobre 2000, il perd son emploi de boy-cuisinier chez un ambassadeur. Certes, Moïse a continué de travailler avec l’agence qui l’a recruté, mais ses revenus ont diminué, rendant difficile la prise en charge de sa famille. C’est ainsi qu’il a demandé en 2000 à son épouse de rentrer avec les enfants au village, situé à une trentaine de kilomètres de la ville de Ouagadougou, le temps de réunir les fonds nécessaires pour les rejoindre. Quand nous lui avons demandé pourquoi il avait choisi de faire rentrer sa famille pendant que lui-même restait seul à Abidjan, et cela depuis au moins 12 ans, il nous a répondu que :

« Chaque chose a son temps. Quand le patron était parti, je ne gagnais plus l’argent comme avant. C’est vrai il [le patron de l’agence qui lui a trouvé l’emploi] continuait de me payer. Mais je ne bénéficiais pas de beaucoup d’avantage comme quand j’étais avec les [nationalité de l’ambassadeur]…C’est pourquoi j’ai dit à madame de partir, afin qu’on puisse se préparer pour avoir une place au pays » (Moïse, Abidjan, décembre 2013).

21Cependant, les migrations de retour des femmes sont une pratique ancienne dans la migration burkinabè et les seules crises ivoiriennes ne pourraient les expliquer. Les femmes burkinabè quittent la Côte d’Ivoire pour s’installer au Burkina Faso, non seulement pour des raisons liées à la famille et leurs caractéristiques socio-démographiques et professionnelles, mais aussi à cause des dynamiques économiques observées au pays d’origine.

Retour des femmes, entre reproduction des liens matrimoniaux et stratégie résidentielle

22Plusieurs raisons familiales motivent la migration de retour des femmes burkinabè. Elles suivent leur époux qui change de résidence principale, depuis la Côte d’Ivoire vers le Burkina Faso ; elles s’installent dans la ville ou le village choisi par ce dernier. Par exemple, nombre de femmes originaires du « pays mossi », principale zone d’émigration vers la Côte d’Ivoire, résident à Niangoloko parce que leur époux ou père en a fait leur destination. Les jeunes femmes burkinabè nées en Côte d’Ivoire sont aussi envoyées au village d’origine pour être données en mariage. Des pères de familles immigrés en Côte d’Ivoire nous ont expliqué que l’envoi de leurs filles pour le mariage est une composante des liens qu’ils entretiennent avec la société d’origine. Djata, née à Abidjan en 1969 et qui a fait l’expérience de cette migration de retour pour des raisons de mariage, explique que cette pratique constitue une norme au sein de son groupe ethnique mossi :

« Quand quelqu’un met sa fille au monde en Côte d’Ivoire et qu’elle grandit, il l’envoie au village pour la donner en mariage. Si son mari choisit de rester au village, c’est son affaire. S’il t’envoie en Côte d’Ivoire pour y rester, c’est aussi son affaire. Ça été mon cas. Après le mariage nous sommes partis en Côte d’Ivoire » (Djata, Niangoloko, janvier 2014).

23Le retour et la sédentarisation des migrantes mariées renseignent sur le changement d’espace de vie familial, de l’échelle locale à l’échelle transnationale. L’époux, en situation de polygamie, localise ses co-épouses des deux côtés de la frontière ivoiro-burkinabè et circule entre les deux pays. Renforcée par les crises ivoiriennes qui ont fragilisé la position socio-économique des Burkinabè, cette logique résidentielle gagne en visibilité dans les familles polygames possédant une plantation de café et de cacao en Côte d’Ivoire. Par exemple dans le quartier Hong-Kong de Niangoloko, sur les 95 migrantes de retour enquêtées, 39 % avaient leur époux qui était présent dans la ville. Dans 31 % des cas, ce dernier était reparti en Côte d’Ivoire. 29 % des femmes étaient des veuves vivant avec leurs enfants ou avec les frères de leur défunt mari. Dans les familles transnationales polygames où les co-épouses sont dispersées à l’initiative du mari, l’absence de ce dernier est diversement appréciée par les migrantes. Par exemple, Rawa, née en 1971 en Côte d’Ivoire et mère de cinq enfants vivant avec elle, a suivi la trajectoire de retour imposée par son mari. Cependant, depuis qu’elle réside « seule » à Niangoloko, elle n’apprécie pas sa condition de femme mariée à un homme qui, lui, réside avec trois autres épouses en Côte d’Ivoire. Pour Rawa, ce projet résidentiel décidé par son époux rend ses conditions de vie difficiles à Niangoloko :

  • 2 Le terme « non loti » est employé dans les villes du Burkina Faso pour désigner les quartiers d’hab (...)

« Quand je me suis mariée et je l’ai rejoint, c’est lui et moi qui avions travaillé et après il a pris une deuxième épouse… À cause de la guerre [rébellion de 19 septembre 2002], je suis venue seule ici pour rester chez son grand-frère. Je suis allée m’installer là-bas, j’étais venue avec une grossesse. J’ai mis au monde des jumeaux. Donc il m’a dit de rester, je suis restée. On a fait une année là-bas et il m’a dit qu’il viendra construire un non loti ici [dans le quartier Hong-Kong]2. Après, il a pris d’autres femmes. Maintenant, il a quatre femmes. Je suis la première. C’est moi qui ai fait toutes les souffrances dans la plantation, mais je suis ici. Même si on ne te dit pas, on lit la souffrance sur mon visage. Depuis je suis venue ici, il n’est jamais venu rester ici un mois. Quand il vient c’est deux jours, trois jours et il repart » (Rawa, 24 novembre 2013, Niangoloko).

24Ces difficultés vécues par des migrantes de retour ont été observées dans d’autres contextes migratoires, à l’image des diamantaires sénégalais qui renvoient leurs femmes dans la vallée du fleuve Sénégal (Bredeloup, 2007). Cependant, en fonction de leur profil sociodémographique, matrimonial et professionnel, des femmes en viennent à migrer seules, de leur propre initiative, vers le Burkina Faso.

Quand les dispositions individuelles encouragent la migration de retour des femmes

25En 2002, quand la guerre se déclenche en Côte d’Ivoire, Poko, qui avait émigré dans la décennie 1970 en Côte d’Ivoire pour rejoindre son époux, suit ce dernier qui choisit de mettre à l’abri toute sa famille. Au Burkina Faso, ce dernier opte pour une installation à Niangoloko, parce que plus proche de Vavoua où il a ses plantations, tandis que Poko préfère s’installer à Rambo (voir illustration 1), commune rurale dans laquelle est situé le village d’origine de son époux. Poko explique son choix par l’absence de personnes âgées qui sont proches de ses enfants, surtout ses deux filles envoyées et mariées au Burkina Faso. L’organisation sociale dans ces sociétés voudrait en effet que pour chaque branche de la famille, il y ait une personne un peu âgée au village. Cela permet de donner une attache aux autres personnes qui sont en migration. La situation de Poko pourrait s’expliquer aussi par l’évolution du cycle de vie familial. Première épouse et mère de sept enfants, Poko ne juge pas utile de rester auprès de son époux, surtout que ce dernier a en plus d’elle trois autres épouses. Sa présence est aussi une stratégie pour amener son époux à renouer des liens avec le village d’origine. Car, depuis le décès des parents biologiques de son mari, ce dernier avait en effet pris ses distances avec le pays d’origine.

26Scolarisés, les enfants d’immigrés en Côte d’Ivoire, garçons comme filles, migrent vers le Burkina Faso pour y poursuivre leurs études. Cette migration étudiante devient presque une contrainte quand ils obtiennent le baccalauréat. Ces bacheliers quittent la Côte d’Ivoire à cause de leur statut d’étranger (Batenga, 2003 ; Zongo, 2003 ; Lanoue et Boyer, 2009 ; Néya, 2016). Le choix du Burkina Faso comme destination pour les études universitaires s’explique par la nationalité burkinabè qu’ils peuvent acquérir par ascendance, une fois qu’ils y résident. Grâce à ce facteur « pull » du pays d’origine, ils s’inscrivent à moindre coût dans les universités publiques burkinabè et peuvent postuler aux bourses d’études nationales ou bénéficier des aides sociales. Après leurs études universitaires, ces migrants de retour ont la possibilité d’intégrer la fonction publique en postulant aux concours organisés par l’État burkinabè. Cette migration étudiante est essentiellement orientée vers les villes, qui abritent les universités : Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou.

27Par ailleurs, ces migrations de retour orientées vers les villes du Burkina Faso, notamment Ouagadougou, sont motivées par des raisons économiques. En effet, informées par des proches et amis sur les opportunités liées aux commerces des denrées alimentaires ou à la restauration ivoirienne, des migrantes de retour n’ont pas hésité à quitter la Côte d’Ivoire pour s’installer à Ouagadougou. C’est ainsi que Mata, née en 1979 à Anyama, et célibataire en Côte d’Ivoire a fait le choix de rentrer en 2007 au Burkina Faso pour pratiquer le commerce transnational des produits vivriers ivoiriens :

« Anyama, c’est la cité de la kola. Nos frères qui sont ici [Ouagadougou], beaucoup vont acheter de la kola là-bas [Anyama]. Comme la maman est Mossi, beaucoup viennent manger dans son restaurant. Ces commerçants sont dans le train à tout moment, ils y croisent d’autres femmes. Quand ils venaient, on causait. C’est là que quelqu’un m’a suggéré de m’essayer dans le commerce en train, parce que les femmes qui le pratiquaient gagnaient beaucoup d’argent. C’est ainsi que j’ai soumis l’idée à ma grande sœur qui était ici, elle a donné son accord, et je suis venue » (Mata, Ouagadougou, janvier 2014).

28Il en est de même pour Lisa. Née en 1979 à Abidjan, Lisa, célibataire avant sa migration de retour, a suivi les conseils de son frère, qui lui a suggéré de venir entreprendre à Ouagadougou la restauration qu’elle exerçait à Abidjan :

« Quand j’étais en Côte d’Ivoire, j’étais à l’ « allocodrome ». Ce sont de grands restaurants où il y a plusieurs vendeurs et où on fait différents mets : poulets braisés, poissons braisés, attiéké…et là j’ai un petit frère qui était étudiant et qui m’a appelé et m’a dit : « grande sœur, ces mets, on n’en trouve pas assez au Burkina. Donc si tu veux, viens t’essayer ici, on ne sait jamais…puisqu’avec la crise en Côte d’Ivoire, nos marchés ont pris un coup ». Il n’y avait pas de marché. C’était un peu difficile. C’est ainsi que je suis venue. Mais avant de venir m’installer définitivement ici, je suis venue à plusieurs reprises. Je venais, je séjournais deux mois, trois mois » (Lisa, 17 octobre 2013, Ouagadougou).

29Contrairement à leurs mères qui ont suivi ou rejoint leur époux en Côte d’Ivoire, les filles d’immigrés burkinabè, nées dans ce pays, migrent seules vers le Burkina Faso, à la recherche d’opportunités économiques. Au-delà de ces opportunités, la présence dans les villes de leurs proches avec lesquels elles ont vécu en Côte d’Ivoire motive davantage ces migrations pour des raisons économiques.

30Qu’elles aient migré au Burkina Faso pour raisons familiales ou individuelles, les migrantes de retour burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire, mariées ou non, ne se contentent pas de rester dans l’espace domestique familial à attendre l’arrivée de leur époux ou père. Elles se mettent en mouvement par le biais d’activités économiques. Une dynamique qui pour certaines d’entre elles n’est que le prolongement des mobilités commerciales locales ou transnationales pratiquées quand elles résidaient en Côte d’Ivoire.

Mobilité des femmes, indicateur de précarité ou signe d’autonomisation financière

31En présence ou en l’absence de leur époux, les migrantes de retour se consacrent à des activités qui impliquent des déplacements sur courte ou longue distance.

En attendant les transferts de fonds ou le retour de l’époux absent

32Loin des époux, des migrantes de retour reçoivent de l’argent et des vivres de la part des parents installés en Côte d’Ivoire. Par exemple, dans le quartier Hong-Kong de Niangoloko, 67,3 % des 58 femmes (sur le total de 95 enquêtées) dont les époux étaient absents (veuves ou épouses d’émigré) ont affirmé avoir reçu des céréales et/ou de l’argent en provenance de la Côte d’Ivoire ou du Mali (1 seul cas). L’argent est utilisé pour la subsistance familiale et la scolarisation des enfants. Nombre d’entre elles soulignent pourtant que ces fonds sont insuffisants parce que les transferts sont effectués en général une fois dans l’année, pendant la période de la traite du café et du cacao (octobre et janvier). L’argent qu’elles reçoivent de la Côte d’Ivoire est insuffisant parce que les conditions de vie des époux deviennent difficiles en Côte d’Ivoire : baisse du rendement des plantations à cause de leur vieillissement, instabilité professionnelle dans les villes. Ces transferts d’argent s’amenuisent d’autant plus que les époux, polygames sont contraints de gérer deux segments familiaux, l’un au Burkina Faso et l’autre en Côte d’Ivoire.

33Recevant moins d’argent de Côte d’Ivoire, ces migrantes de retour multiplient les activités génératrices de revenus dans des secteurs aussi variés que l’agriculture, le commerce, l’orpaillage et le salariat chez des particuliers. Cette situation fait écho à l’idée que la migration amène les femmes à être plus entreprenantes (Cortes, 2000). Résidant en ville, certaines femmes s’adonnent aux activités agricoles en saison pluvieuse dans les villages situés à proximité de la ville pour leur subsistance. D’autres monnaient leur force de travail chez les exploitants agricoles durant les périodes de semis et de récoltes. En saison sèche, le commerce dans la ville et avec les campagnes (marché villageois ou site d’orpaillage) marque le quotidien de nombre d’entre elles. Plusieurs circuits sont mobilisés par les femmes pour pratiquer le commerce. Certaines prennent les marchandises auprès des commerçants qu’elles revendent avec une marge de bénéfices. D’autres sollicitent leur époux ou des parents en Côte d’Ivoire pour obtenir un fonds de commerce, qu’elles utilisent pour l’achat de leurs marchandises. Des femmes pratiquent l’orpaillage (broyage des pierres, recherche d’or). Ces activités impliquent que l’espace des mobilités s’étende au-delà de l’espace résidentiel. Ces migrantes de retour se mettent en mouvement par l’entremise du travail salarié ou du commerce, leur espace de mobilité épousant les contours des lieux dans lesquels elles s’adonnent à ces activités. Des migrantes de retour ont également essayé le commerce transnational entre Niangoloko et leur région de provenance en Côte d’Ivoire. L’activité reste cependant fragile, notamment parce que leurs revenus servent souvent à pourvoir les besoins de subsistance de la famille. Ce fut le cas de Nogma, retournée en 2002 et devenue veuve en 2003, qui a fait faillite à cause de la maladie de son époux :

« Quand j’étais là-bas, je faisais le commerce entre Abidjan et Yamoussokro. Avec la guerre je suis venue ici, j’ai repris encore. Je faisais le commerce, je partais en Côte d’Ivoire et je revenais (…) J’ai fait ce commerce pendant 3 ans (…) À cause du décès de mon mari, j’ai fini par m’installer au marché [de Niangoloko]. Aujourd’hui tout mon capital est fini, je suis assise (...) Il n’y a personne pour nous aider. Je suis seule à me débrouiller avec les enfants, c’est pourquoi j’ai arrêté – parce que si tu n’as rien, tu ne peux rien faire. J’ai laissé le commerce entre ici et la Côte d’Ivoire pour vendre des vêtements au marché, ça aussi ça n’a pas marché. Donc j’ai tout arrêté » (Nogma, 24 novembre 2013, Niangoloko)

34Le rapport des migrantes burkinabè à la mobilité est alors partagé entre des temps de circulation, locale ou transnationale, et d’immobilité. La précarité de leur existence et le désir d’autonomie financière au sein de la famille, plus accentués chez les veuves surtout quand ces dernières n’ont pas d’enfants pouvant les aider, participent à la compréhension du dynamisme de ces femmes. Comme le montre la trajectoire professionnelle de Nogma, l’installation des femmes mariées dans la mobilité, par l’entremise du commerce, date de la période de résidence en Côte d’Ivoire.

Quand les femmes élargissent leur espace de mobilité en présence ou en l’absence d’époux

35Yaba, retournée pour s’établir au Burkina Faso en 2002, illustre la figure de la femme qui, bien que mariée, se bat pour s’émanciper de la tutelle financière de l’époux et ne s’interdit pas de se déplacer sur de longues distances dans le cadre de ses activités. Née au Burkina Faso, Yaba a rejoint son époux à Abidjan en 1970, à l’âge de 19 ans. À Abidjan, elle pratique, par intermittence le commerce à bord des trains pendant 13 ans. Mais elle décide d’arrêter ce commerce entre Abidjan et Ouagadougou car elle juge cette mobilité fatigante. Par ailleurs, elle souligne que les contrôleurs des bagages et des passagers du train jettent les marchandises, souvent non taxées, entassées par les circulantes dans les wagons occupés par les uns et les autres. Ces difficultés, qui les amènent à se sédentariser, ont été soulignées par plusieurs anciennes circulantes rencontrées à la gare ferroviaire de Ouagadougou. La pratique de la navette commerciale avec le train, qui consiste à acheter des denrées alimentaires et à les vendre au cours du voyage, s’avère donc difficile à exercer. La suppression des gares ferroviaires, qui sont des lieux d’achat et de vente est une autre difficulté qui entraine la sédentarisation des commerçantes circulantes.

36Ainsi, Yaba abandonne le commerce en train dans les années 1990 pour ouvrir un magasin de pagnes et vend alors ses marchandises sur place à Abidjan. Son époux ayant trois autres femmes, le dynamisme de Yaba pourrait s’expliquer par sa condition de femme vivant dans un foyer polygame où chaque femme serait responsable de l’éducation de ses enfants. En effet, Yaba reproche à son époux de ne pas trop prêter attention à l’éducation des enfants dans un contexte d’insécurité dans la ville d’Abidjan. Ainsi, elle décide en 2002 de mettre son dernier fils à l’abri en l’envoyant au Burkina Faso. Quand la guerre éclate, Yaba choisit de ne plus rejoindre la Côte d’Ivoire, car : « ce ne sont pas des femmes qui lui [l’époux] manquent là-bas » dira-t-elle. Au Burkina Faso, Yaba reprend la circulation commerciale, cette fois entre Ouagadougou, Bamako (Mali) et Dakar (Sénégal). Elle se déplace en autobus jusqu’à Bamako, d’où elle emprunte le train pour se rendre à Dakar. Là-bas, elle achète des tissus qu’elle revend ensuite à Ouagadougou. Jugeant cette activité non rentable car les débiteurs ne la remboursent pas à temps, elle arrête de circuler pour s’investir dans la restauration. Grâce à ses activités, elle a pu s’acheter une cour qu’elle habite. Mariée mais « libre » de ses mouvements, Yaba ne se perçoit pas comme une femme :

« Nous ne sommes plus des femmes (…) Maintenant, nous sommes des hommes, parce que le matin, si tu n’enlèves pas cinq francs [CFA], ton enfant ne mangera pas. Dans ce contexte, tu ne peux pas dire que je suis une femme. Ce que les hommes font, nous le faisons aussi » (Yaba, Ouagadougou, janvier 2014).

37Comme le montre la trajectoire de Yaba, en situation de couple, le degré d’autonomisation de la femme migrante mariée se lit à travers son implication dans la prise en charge des enfants.

38Les entretiens et observations réalisés auprès des migrantes de retour à Ouagadougou montrent d’autres situations qui conduisent les femmes à s’investir davantage dans des activités génératrices de revenus. Qu’elles soient mariées, mères célibataires, célibataires sans enfants, veuves, la perception que leurs conditions de vie sont difficiles est à la base de leur installation dans la circulation commerciale transnationale ou dans des activités qui, bien qu’exercées localement, entrainent des absences régulières du domicile. Celles-ci se rendent avec leurs enfants moins âgés dans leur lieu de travail. Par ailleurs, ces femmes font venir auprès d’elles des proches de la famille nucléaire ou élargie (sœur, cousine, nièce), à qui elles délèguent les tâches domestiques mais aussi qui les aident dans la vente sur place.

39Retournée pour participer au mariage de sa sœur à Ouagadougou, Aphio s’est finalement transformée en une migrante marchande. Elle a jugé que le commerce de denrées alimentaires ivoiriennes lui rapportait plus que le commerce de produits vivriers qu’elle exerçait en Côte d’Ivoire. Aphio reconnait que son époux, qui vient séjourner régulièrement auprès d’elle à Ouagadougou, l’aide souvent quand il est en Côte d’Ivoire : encaissement et versement d’argent auprès des clients et des fournisseurs en Côte d’Ivoire, commande et chargement de marchandises dans le train. Néanmoins, elle note que ce dernier ne voit pas d’un bon œil cette liberté de mobilité qu’elle se donne. N’étant pas la seule dans cette situation, Aphio souligne que les femmes, dont elle juge les conditions de vie difficiles, n’ont d’autre choix que de s’inscrire dans cette logique de commerce :

« Il y a des époux qui ne comprennent pas. Personnellement, mon époux n’est pas ici, il est en Côte d’Ivoire (…) Une fois que je quitte ici [Ouagadougou], je vais à Bouaké. Je dois aller faire rentrer mes marchandises à la gare, dans le train. Quand le train quitte Abidjan, il peut rentrer à Bouaké à 20h, 20h30, 21h. Quand je ne suis pas sur place à l’arrivée du train, on ne pèse pas mes colis. Quand il y a un problème de place, mes colis restent. Il faut que je sois là pour négocier pour que mes colis montent. Mais quand je reste à attendre le train, ce sont des disputes quand je rentre après à la maison (…) Tu vois la plupart des femmes qui sont à la gare avec nous, sur 100 femmes, ce sont 10 ou 20 qui vivent avec des hommes. Mais, nous ici [compartiment des grossistes et circulantes], la plupart d’entre nous sommes venues de la Côte d’Ivoire. La plupart d’entre nous s’occupent de la subsistance et de la scolarisation de nos enfants. Il y en a qui s’occupent de leurs maris parce qu’ils n’ont pas de travail. Ils sont venus, ils n’ont pas de travail (…) il y en a qui ont perdu leurs maris, il y en a qui vivent ici, leur maris sont à Abidjan. Il y en a aussi, leurs maris sont ici mais elles font la navette entre Abidjan et ici. Il y a des maris qui comprennent, mais ils ne sont pas beaucoup » (Aphio, Ouagadougou, 30 janvier 2014).

40Le droit à la mobilité que des migrantes s’octroient témoigne des changements sociaux qui s’opèrent en situation de migration entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Il démontre aussi leur capacité à mobiliser leurs réseaux sociaux au Burkina Faso ou en Côte d’Ivoire pour réaliser leur projet d’entreprenariat sur place ou dans la circulation. Grâce à ces activités, ces femmes deviennent un appui matériel et financier important pour leur ménage ou la famille élargie. Cette évolution du rôle de la femme au sein de la famille, induite par l’activité qu’elles exercent et les mobilités que cette activité engendre, a été montrée dans d’autres contextes africains à travers leur rapport au commerce (Cordonnier, 1982 ; Lambert, 1993 ; Schmoll, 2005). Et elle n’est pas spécifique aux migrantes (Bredeloup, 2012). Les femmes sont nombreuses à être soutenues dans cette activité par leur époux ou leurs proches parents. Par ailleurs, les époux, qui, sont conscients que seuls ils ne pourront pas satisfaire aux besoins de la famille adoptent une posture flexible.

S’émanciper par la pratique du commerce et la mobilité

41Si la tradition circonscrit l’espace de la femme au foyer et voit d’un mauvais œil son indépendance dans la mobilité, certains maris (eux-mêmes en situation de migration) pour différentes raisons comme la précarité professionnelle ou l’absence de terres agricoles - acceptent de plus en plus l’élargissement de l’espace de mobilité de leurs épouses en raison des activités qu’elles exercent. Illassé, émigré résidant à Abidjan depuis les années 1970, dont l’épouse pratique la circulation commerciale, est de ceux-là. En témoigne son propos :

« Des anciens pensaient que la femme venait pour faire des enfants, pour travailler et faire nourrir la famille. Mais elle ne venait pas pour faire le commerce. [Selon eux], le commerce était une occasion pour la femme de sortir ou bien de se faire courtiser par des hommes. Moi-même au début quand je suis venu avec mon épouse, elle faisait du tricotage. Il y avait des gens qui ont voulu la prendre pour travailler dans des services. Mais mon orgueil d’homme m’a amené à dire non, ma femme n’est pas venue pour faire le commerce. Je suis capable de m’en occuper, de l’entretenir. Ce n’était pas mauvais dans le temps. Mais le monde évolue et il faut que ça change » (Illassé, 24 décembre 2013, Abidjan).

42Le commerce, pratiqué sur place ou dans la mobilité, produit une nouvelle réalité : l’absence régulière des femmes du domicile. Certaines femmes, à l’image de Yaba, s’identifient à des hommes parce qu’elles participent financièrement aux dépenses familiales, responsabilité jadis dévolue aux hommes. L’élargissement de leur espace de mobilité est aussi la conséquence de l’évolution de la mentalité des époux qui de plus en plus acceptent que leurs épouses s’investissent dans le commerce. Pour ces migrantes, l’expérience résidentielle en Côte d’Ivoire participe de la compréhension de leur dynamisme dans le commerce sur place ou dans la circulation. Cependant, l’évolution du vécu quotidien de ces migrantes burkinabè en provenance de Côte d’Ivoire ne se distingue pas de celles des femmes africaines, surtout burkinabè, dans la ville. En effet, « des études de cas réalisées dans les pays voisins (Clark, 1994 ; Vaa, 1991 ; Roberston, 1984 ; Etienne, 1983) tendent à montrer que la situation des femmes se dégrade dans le contexte urbain actuel (…) les ménages s’appauvrissent et comme il revient ultimement aux femmes de s’occuper des enfants, elles sont contraintes de prendre en charge une part de plus en plus importante du budget familial en dépit de leurs maigres moyens » (Le Jeune, 2007, p. 192). Par ailleurs, plus les femmes mariées burkinabè sont instruites, travaillent, vivent en milieu urbain, plus elles bénéficient d’autonomie dans les décisions de se déplacer (Thiombiano, 2014). Au-delà de ces facteurs, des migrantes surtout urbaines dont l’époux est absent se démarquent de la « figure de Pénélope » (Boyer, 2013) que leur impose la tradition. Elles se détachent de la figure de la femme dont la mobilité s’exerce entre deux domiciles, en fonction des décisions de son époux, toujours dans l’attente de son arrivée. Pour celles qui n’ont pas eu la chance d’accéder à des emplois en raison de leurs diplômes, le commerce et la mobilité spatiale qu’il entraine souvent, participent à l’élargissement de leur espace de vie et à l’émancipation de la tutelle financière de l’époux.

Conclusion

43La question des femmes « qui restent » dans un contexte de migration internationale ne renvoie pas nécessairement aux femmes non migrantes. La sédentarisation des femmes est une situation qu’elles vivent en migration, à l’image de la migration des femmes entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Elles sont nombreuses à réaliser une migration familiale en quittant leur pays d’origine, le Burkina Faso, pour rejoindre leur époux dans les villes et campagnes ivoiriennes. Ces immigrées burkinabè et leurs descendantes nées en Côte d’ Ivoire retournent au Burkina Faso dans l’intention d’y rester. Cette migration de retour n’annonce pas toujours la fin de la mobilité. Autrement dit, le retour, bien qu’il exprime un déplacement de la résidence principale, de la Côte d’Ivoire vers le Burkina Faso, ne sous-entend pas que les femmes amorcent une étape de la vie marquée par l’immobilité permanente. La ville ou le village de réinstallation au Burkina devient un ancrage autour duquel ces femmes peuvent ensuite circuler à nouveau.

44Les femmes burkinabè en Côte d’Ivoire retournent au Burkina Faso pour des raisons familiales et individuelles. D’une part, les femmes sont mobilisées par les époux pour consolider les ancrages locaux multi-situés dans la logique transnationale dans laquelle ces derniers voudraient inscrire leur famille. Ce projet migratoire est renforcé par la situation d’insécurité physique et économique des Burkinabè en Côte d’Ivoire. D’autre part, les migrations de retour féminines annoncent la volonté des femmes de jouir d’une autonomie financière pour davantage s’occuper d’elles-mêmes et aussi de leurs enfants. Elles migrent vers le Burkina Faso pour entreprendre des activités économiques, dans le domaine du commerce ou de la restauration. Elles profitent donc des opportunités commerciales qu’offre la diffusion des produits de consommation ivoiriens, renforcées par la migration de retour au Burkina Faso. À cela s’ajoute le différentiel des prix des produits de consommation entre les deux pays. En couple ou célibataires, scolarisées ou non, elles se déplacent davantage là où se trouvent les opportunités. Cette situation est renforcée par le fait que certains époux n’arrivent plus à prendre en charge, seuls, la famille. Indépendamment de leur statut matrimonial, leur participation aux dépenses familiales suscite moins de réticence de la part des hommes, des pères ou époux particulièrement.

45L’analyse du rapport des migrantes à la mobilité mériterait d’être approfondie à travers une étude qui traiterait uniquement des femmes dans la migration internationale burkinabè. Le manque de terres agricoles et la baisse du rendement des exploitations agricoles en milieu rural ainsi que la précarité professionnelle des pères et époux qui contrôlent la mobilité de leurs filles et épouses sont des réalités économiques vécues de plus en plus par les migrants burkinabè entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Cette situation les amène non seulement à diversifier leurs sources de revenus, mais surtout à encourager les épouses à entreprendre. Nos enquêtes ont permis de constater la participation des femmes dans le dynamisme des marchés villageois et dans les mobilités ville-campagne. Leurs espaces de mobilité dépassent de plus en plus les limites de l’espace domestique et s’étendent à une échelle transnationale. Cependant, les migrantes observées résident essentiellement en ville même si leurs trajectoires montrent qu’elles ont pu vivre aussi dans des villages. La question reste posée pour les femmes issues de l’émigration burkinabè résidant dans les espaces ruraux ivoiriens ou burkinabè : cette dynamique dans la mobilité s’observe-elle aussi ? La scolarisation, l’urbanisation et son corollaire de demande en produits vivriers, le développement des travaux domestiques en ville sont autant de facteurs qui ont contribué à faire évoluer le rapport à la mobilité des femmes rurales. Cette situation est renforcée par les crises que traversent les milieux ruraux africains, qui font que les hommes seuls arrivent difficilement à satisfaire les besoins de la famille. Cette situation, comme l’ont montré plusieurs études (Guétat-Bernard et al., 2013 ; Guétat-Bernard, 2011 ; Le Jeune et al., 2005 ; Lesclingand, 2004), a entrainé le développement de la mobilité spatiale des femmes paysannes vers les villes : commerce ville-campagne, entreprenariat, apprentissage de métier ou recherche de travail rémunéré, migration marchande nationale et internationale.

Haut de page

Bibliographie

Adepoju A., 2002. Fostering free movement of persons in West Africa: achievements, constraints, and prospects for interregional migration. International migration review, vol. 40, n° 2, p. 3-28.

Batenga M.-W., 2003. Le milieu universitaire de Ouagadougou : l’insertion des étudiants burkinabè venant de Côte d’Ivoire. In Coquery-Vidrovitch C., Goerg O., Mandé I., Rajaonah F., (eds.), Être étranger et migrant en Afrique au XXe siècle, enjeux identitaires et modes d’insertion : politiques migratoires et construction des identités. Paris, L’Harmattan, vol. 1, p. 325-338.

Beauchemin C., Henry S., Schoumaker B., 2007. Côte d’Ivoire-Burkina Faso (1970-2000) : une étude rétrospective des déterminants individuels et contextuels du retour. In Association Internationale des Démographes de Langue Française, Les migrations internationales : observation, analyse et perspectives. Paris, Presses Universitaires de France, AIDELF n° 12, p. 157-178.

Blion R., 1992. Retour au pays des Burkinabè de Côte d'Ivoire. Hommes et Migrations, n° 1160, p. 28-31.

Boutillier J.-L., Quesnel A., Vaugelade J., 1985. La migration de la jeunesse du Burkina. Cahiers ORSTOM série Sciences Humaines, vol. XXI, n° 2-3, p. 243-249.

Boyer F, 2013. Interroger l’immobilité : de la figure de Pénélope à celle de migrant pour toute une vie. E-migrinter, n° 11 p. 53-64.

Boyer F., Néya S., 2015. Retours, circulations, installations ? Les reconfigurations du système migratoire ivoiro-burkinabè. Afrique et développement, vol. XL, n° 1, p. 63-79.

Boyer F., Lanoue E, 2009. De retour de Côte d’Ivoire : migrants Burkinabè à Ouagadougou. In Boyer F., Delaunay D. (coord.), « Ouaga. 2009 » : peuplement de Ouagadougou et développement urbain, Rapport provisoire, Ouagadougou, IRD, DS, Ambassade de France au Burkina Faso, p. 75-101.

Bredeloup S, 2003. La Côte d’Ivoire ou l’étrange destin de l’étranger. Revue européenne des migrations internationales, vol 19, n° 2, p. 85-113.

Bredeloup S., 2007. La diams’pora du fleuve Sénégal : sociologie des migrations africaines. Toulouse et Paris, Presses universitaires du Mirail et IRD, 305 p.

Bredeloup S., 2009. « Rapatriés » burkinabé de Côte d’Ivoire Réinstallations au pays et nouveaux projets migratoires. In Baby-Collin V., Cortes G., Faret L., Guétat-Bernard H. (eds.), Migrants des Suds, Marseilles, Presses universitaire de la Méditerranée et IRD Éditions, p. 167-186.

Bredeloup S., 2012. Mobilités spatiales des commerçantes africaines : une voie vers l'émancipation ? Autrepart, vol 2, n° 61, p. 23-39.

Cordell D., Piché V., 2003. Un siècle de migrations féminines au Burkina Faso : inclusion ou exclusion. In Coquery-Vidrovitch C., Goerg O., Mandé I., Rajoanah F., Être étranger en Afrique : dynamiques migratoires, modalités d'insertion urbaine et jeu d'acteurs, vol 2, Paris, Budapest, Torino, L'Harmattan, p. 207-236.

Cordell D., Gregory J., Piché V., 1996. Hoe and Wage. A social history of a circular migration system in West Africa. Oxford, Westview Press, 384 p.

Cordonnier R., 1982. Femmes africaines et commerce : les revendeuses du tissu de la ville de Lomé (Togo). Paris, ORSTOM, 199 p.

Cortes G., 2000. Partir pour rester : survie et mutations de sociétés paysannes andines (Bolivie). Paris, Éditions de l’IRD, 413 p.

Cortes G., 2011. La fabrique de la famille transnationale : Approche diachronique des espaces migratoires et de la dispersion des familles rurales boliviennes. Autrepart, vol. 1, n57-58, p. 95-110.

Coulibaly S., Gregory, J., Piché, V., 1980. Les migrations voltaïques, Tome I : Importance et ambivalence de la migration voltaïque. Ottawa, Centre de recherches pour le développement international, 144 p.

Courgeau D, 1988. Méthodes de mesure de la mobilité spatiale : migrations internes, mobilités temporaires, navettes. Paris, Édition de l’institut national d’études démographiques, 301 p.

Dabiré B., Koné H., Lougué, S., 2009. Migration. Recensement Général de la population et de l’Habitation de 2006 (RGPH 2006). Analyse des résultats définitifs. Ouagadougou, Bureau central du recensement, 150 p.

Dia H., 2014. Comment les migrations internationales reconfigurent les relations entre conjoints et les identités conjugales au sein de couples sénégalais. Cahiers québécois de démographie, Vol. 43, n° 2, p. 375-398.

Findlay S. E., 1989. Les migrations féminines dans les villes africaines : une revue de leurs motivations et expériences. In Antoine P., Coulibaly S., L’insertion urbaine des migrants en Afrique. Paris, Orstom (colloques et séminaires), p. 50-70.

Guétat-Bernard H., 2011. Développement rural et rapports de genre : mobilité et argent au Cameroun. France, Presses universitaires de Rennes (collection géographie sociale), 216 p.

Guétat-Bernard H., 2013. Rapports de genre, système de mobilité spatiales et développement rural en Afrique. Geocarrefour, vol 88, n° 2, 82 p.

Kabbanji L., Piché V., Dabiré B., 2007. Mesures et tendances des migrations : une comparaison des enquêtes de 1974-75 et 2000. In Ouédraogo D., Piché V. (dir.), Dynamique migratoire, insertion urbaine et environnement au Burkina Faso : au-delà de la houe. Paris, L’Harmattan, p. 67-95.

Kabbanji, 2011. Politiques migratoires en Afrique de l’Ouest : Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Paris, Karthala-Hommes et sociétés, 218 p.

Lambert A., 1993. Les commerçantes maliennes du chemin de fer Dakar-Bamak. In Grégoire E. et Labazée P. (dir.), Grands commerçants d’Afrique de l’Ouest : logiques et pratiques d’un groupe d’hommes d’affaires contemporains. Paris, Kartala-ORSTOM, p. 37-70.

Le Jeune G. 2007. Migration et insertion des femmes dans le marché du travail urbain : une remise en question des rapports de genre, in Ouédraogo D. et Piché V. (dir.), Dynamique migratoire, insertion urbaine et environnement au Burkina Faso : Au-delà de la houe, Paris, L’Harmattan, p. 189-212.

Le Jeune G., Piché V. et Poirier J., 2005. L'émergence d'une migration féminine autonome du milieu rural vers le milieu urbain au Burkina Faso ? African Population Studies, vol 20, n° 2, p. 101-123.

Lesclingand, M., 2004. Nouvelles stratégies migratoires des jeunes femmes rurales au Mali : de la valorisation individuelle à une reconnaissance sociale. Sociétés contemporaines, vol 3, n° 5, p. 21-24.

Losch B., 2000. Côte d’Ivoire, la tentation ethnonationaliste ? Paris, Karthala, n° 78, 220 p.

Marcus G.-E., 1995. Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual Review of Anthropology, vol. 24, p. 95-117.

Michalon B., 2003. Migrations des Saxons de Roumanie en Allemagne, Mythe, interdépendance et altérité dans le « retour ». Thèse de doctorat en géographie, Poitiers, Université de Poitiers, 577 p.

Morokvasic M, 1984. Birds of Passage are also Women... International Migration Review, vol. 18, n° 4, p. 886-907.

Néya S., 2016. Quand les transferts financiers contribuent à la structuration de la famille transnationale dans l’espace migratoire ivoiro-burkinabè. In Bredeloup S. et Zongo M. (dir.), Repenser les mobilités burkinabè. Paris, L’Harmattan, p. 175-198.

Ouédraogo D., 1993. Les migrations Burkinabè sous la révolution démocratique et populaire : continuité ou rupture ? In Cordell D, Gauvreau D, Gervais R., Le Bourdais C. (dir.), Population, reproduction, sociétés, perspectives et enjeux de démographie sociale. Montréal, Presses de l’université de Montréal, p. 329-350.

Schmoll C., 2005. Pratiques spatiales transnationales et stratégies de mobilités des commerçantes tunisiennes. Revue Européenne des migrations internationales, vol 21, n° 1, p. 131-154

Thiombiano B.-G., 2014. Genre et prise de décision au sein du ménage au Burkina Faso. Cahiers québécois de démographie, vol. 43, n° 2, p. 249-278.

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division, 2015. Trends in International Migrant Stock: Migrants by Age and Sex (United Nations database, POP/DB/MIG/Stock/Rev.2015).

Zlotnik H, 2004. International Migration in Africa: An Analysis Based on Estimates of the Migrant Stock. The online Journal of the Migration Policy Institut, 1er Septembre 2004, [en ligne] http://www.migrationpolicy.org/article/international-migration-africa-analysis-based-estimates-migrant-stock

Zongo M. et al., 2010. Les enjeux autour de la diaspora burkinabè. Burkinabè à l’étranger, étrangers au Burkina Faso. Paris, L’Harmattan, 294 p.

Zongo M., 2003. La diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire : trajectoire historique, recomposition des dynamiques migratoires et rapports au pays d’origine. Politique africaine, n°90, p. 113-126.

Zongo M., 2009. Niangoloko, un carrefour migratoire au Nord de la Côte d’Ivoire. Hommes et migrations, n° 279, p. 88-102.

Haut de page

Notes

1 Au Burkina Faso, le terme « Hong-Kong » est synonyme d’anarchie dans le langage populaire (Zongo, 2009, p. 102).

2 Le terme « non loti » est employé dans les villes du Burkina Faso pour désigner les quartiers d’habitations spontanées et informelles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Lieux d’enquête entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire
Crédits Sources : ESRI et enquêtes de terrain 2011-2014 ; réalisation : Sihé Néya, mai 2016.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sihé Néya, « Les mobilités spatiales féminines entre logiques individuelle et familiale », EchoGéo [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14675 ; DOI : 10.4000/echogeo.14675

Haut de page

Auteur

Sihé Néya

Sihé Néya, nesihe@gmail.com, est doctorant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586 Prodig. Il a publié récemment :
- Néya S., 2016. Quand les transferts financiers contribuent à la structuration de la famille transnationale dans l’espace migratoire ivoiro-burkinabè. In Bredeloup S. et Zongo M. (dir.), Repenser les mobilités burkinabè. Paris, L’Harmattan, p. 175-198.
- Boyer F., Néya S., 2015. Retours, circulations, installations ? Les reconfigurations du système migratoire ivoiro-burkinabè. Afrique et développement, vol. XL, n° 1, p. 63-79.
- Auregon X., Néya S., 2015. Côte d’Ivoire. In Gildas S. (dir.), Dictionnaire des migrations internationales, Approche géohistorique. Paris, Armand Colin, p. 438-443.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org