Skip to navigation – Site map

Les dynamiques socio-spatiales dans l’Iran contemporain : entre l’isolement politique et l’ouverture/Socio-spatial dynamics in contemporary Iran: between political isolation and opening up

Date limite d'envoi des articles : 6 juin 2017/Submission deadline: 6th june 2017. Date limite prolongée jusqu’au 30 octobre 2017/Submission deadline: 30 october 2017

Argumentaire

Poser aujourd’hui un regard géographique sur l’espace iranien suppose bien entendu de tenir compte des changements et des périodes structurantes qui ont jalonné l’histoire contemporaine du pays, à commencer par les réformes agraires des années 1960 et la Révolution de 1979, la guerre avec l’Irak, la reconstruction et l’imposition de sanctions économiques internationales qui ont fortement joué sur les pratiques spatiales durant la dernière décennie. La levée progressive (programmée par l’Accord de Genève en 2015) de ces sanctions peut apparaître comme un tournant, autorisant des prospectives d’ouverture aux investissements étrangers et aux autres liens avec le système monde, d’alignement sur des standards de consommation et d’ouverture économique. Les transformations spatiales et le changement social à des échelles locales ou régionales sont tout aussi importants que les analyses géopolitiques.

Ce numéro a pour objectif d’adopter des angles variés d’observation par les espaces, les pratiques spatiales et les acteurs géographiques, en tenant compte des différentes manières de faire de la géographie aujourd’hui et des renouvellements de la discipline. Il invitera à faire une place aux jeux d’échelles et aux jeux d’acteurs, au travers d’approches qui pourront relever de divers champs de la géographie (sociale, culturelle, économique ou autre), de disciplines proches attentives à la dimension spatiale des faits sociaux (sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques, etc.) et de divers positionnements épistémologiques. Ainsi, ce volume contribuera à éclairer les formes de continuité dans les stratégies d’adaptation aux changements et aux contraintes dans un large spectre de terrains d’enquête depuis la microgéographie jusqu’à la dimension transnationale.

Pendant et après les sanctions : changement social et pratiques spatiales

Les sanctions, qui ont pu apparaître à première vue comme une rupture, ont en fait entériné des évolutions antérieures : en favorisant des réseaux à l’extérieur du pays, par le biais de la diaspora ou par le maintien de relations avec un certain nombre d’États, elles se sont accompagnées de l’enrichissement d’acteurs économiques d’importance, tout en maintenant un isolement vécu par les Iraniens de l’intérieur, couplé à une frustration sociale de voir leur pouvoir d’achat stagner, puis s’éroder. La renégociation des stratifications sociales est donc un élément incontournable de contextualisation.

La levée toujours partielle des sanctions internationales pose a posteriori la question de leur effet sur l’organisation de l’espace iranien. Rupture ou continuité ? Cette question ancienne des études iraniennes a divisé les chercheurs depuis de nombreuses années, notamment à propos du sens à conférer à la Révolution, elle se repose aujourd’hui. D’un premier point de vue, les sanctions ont été un indéniable facteur de transformation. D’un autre point de vue, elles ont prolongé des pratiques existantes qui se sont manifestées de manière différenciée. De la même manière, leur levée peut laisser envisager des transformations profondes ou peut-être une simple reconfiguration de pratiques enracinées.

L’ouverture à des pratiques globales de consommation, de sociabilité ou de mobilité (entre autres) s’est manifestée dans les représentations dès avant les accords de Genève, durant les dix années de sanctions par un rêve d’accès à une société globale confinant parfois au mimétisme.

Les investissements apparaissent comme une question cruciale : pendant les sanctions, les profits réalisés en Iran par des entrepreneurs iraniens ont été réinvestis soit dans des secteurs non productifs, souvent dans l’attente d’une spéculation, soit à l’étranger, en particulier dans les pays proches comme les Émirats, la Géorgie ou la Turquie. Quant aux capitaux étrangers, en revanche, ils ont, par la force des choses, chuté. De multiples manières de contourner les entraves économiques ont été inventées. Durant cette période, en l’absence d’IDE, ce sont des acteurs économiques liés à diverses administrations qui ont sous-traité de nombreuses activités économiques à des instances publiques ou parapubliques, ce qui a été décrit par la notion « d’État sous-traitant » par des auteurs comme Kevan Harris. Comme le rappelle Fariba Adelkhah, entre semi-privatisations, émergence d’un secteur semi-public, multiplication des entreprises contractuelles et augmentation du nombre des travailleurs temporaires, le terrain était d’une certaine manière préparé pour une libéralisation à venir.

La levée des sanctions, si elle doit s’accompagner d’une politique d’attraction des capitaux étrangers (qui n’ont pas attendu longtemps pour affluer à nouveau vers le pays), supposerait d’aller plus loin dans la désétatisation et la décentralisation ; mais une érosion du rôle de l’État pourrait provoquer en retour des résistances profondes car elle entraînerait la fragilisation de nombreux groupes sociaux. La libéralisation du marché du travail, les réformes du système bancaire, la suppression ou la réduction des redistributions et subventions existantes et d’autres mesures libérales pourraient donner lieu au creusement des inégalités ou à des formes nouvelles d’opposition.

Une géographie des dynamiques contemporaines se déclinerait à des échelles et dans des lieux variés par l’observation de pratiques spatiales, de transformations du paysage et de nouvelles formes de gouvernance.

Thématiques envisageables (liste non limitative)

Les articles pourront explorer comment l’ouverture au monde, avant et après la levée des sanctions, se traduit par l’entrée de nouvelles formes de pratiques globales ou globalisées, aussi bien par le haut, par de grands acteurs économiques, que par le bas, par les usagers et les habitants.

La géographie économique, les échanges, la structure commerciale et les pratiques de consommation

Cette première thématique peut englober les questions liées à l’emploi, aux mobilisations face à la libéralisation du droit du travail et des systèmes d’assurance sociale, aux reconfigurations de la structure commerciale, aux objets et produits de consommation et l’évolution des normes de consommation et de leur fonction sociale, à l’émergence de nouveaux espaces de consommation et de distribution, aux zones franches…

La recomposition des pratiques de gouvernance territoriale à plusieurs échelles

Ce thème propose d’explorer d’une part des dynamiques de la société civile, du rôle des réseaux sociaux dans la proposition de modèles alternatifs aux nouvelles formes de libéralisation, les nouvelles formes de médias (notamment les médias extraterritorialisés liés à la diaspora) et, d’autre part, des aspects de la gouvernance locale et des questions environnementales dans le contexte actuel des engagements internationaux pris par l’Iran en matière de la gestion de l’écologie et des ressources naturelles.

Les formes, pratiques et temporalités urbaines

Les transformations urbaines en cours dans les villes, pas seulement à Téhéran, révèlent les impacts de la levée des sanctions sur l’urbanisme et l’architecture des villes. La question de la gentrification des centres anciens, le secteur de la construction, l’immobilier et le marché foncier, les projets d’aménagement urbain et de requalification, la circulation des modèles, l’esthétique urbaine, la qualité de vie et l’attractivité.

Les espaces ruraux et la ruralité

Les travaux sur les espaces ruraux iraniens sont nettement minoritaires dans les sciences sociales récentes, exception faite de l’anthropologie. Les campagnes iraniennes changent-elles aussi ? Les propositions s’intéressant aux sociétés rurales sont donc bienvenues.

Les pratiques et politiques de mobilité à l’échelle internationale

Les articles pourront également traiter des problématiques liées aux déplacements : le développement du tourisme (au travers des politiques, des métiers et des lieux), l’immigration et l’accueil des migrants, les mouvements transfrontaliers (notamment des Kurdes, Turkmènes, Afghans, Pakistanais), les migrations de retour (le rôle des retours d’Iraniens émigrés, les circulations des descendants de la diaspora porteurs de pratiques, de représentations et d’expérimentation de modèles).

Les pratiques culturelles, révélatrices des recompositions spatiales

L’ouverture de l’Iran touche également les pratiques culturelles : le marché de l’art (foires d’art comme celle de Téhéran émergente face à la foire de Dubaï, ventes aux enchères macrorégionales, habituellement à Dubaï et relocalisées à Téhéran), le rôle des galeristes comme acteurs du changement urbain, le marché du livre et de l’édition, le cinéma et les équipements culturels.

Les articles, rédigés en français ou en anglais, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Ils devront être envoyés avant le 30 octobre 2017 à Amin Moghadam (aminm@princeton.edu), Mina Saïdi Sharouz (minasaidi@yahoo.com) et Serge Weber (serge.weber@u-pem.fr) avec copie à Béatrice Vélard (bvelard@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 45 d’EchoGéo (juillet/septembre 2018).

Coordination du dossier : Amin Moghadam est Chercheur au centre de Sharmin and Bijan Mossavar-Rahmani Center for Iran and Persian Gulf Studies, Princeton University et Chercheur associé à l'Institut Francais de Recherche en Iran ; Mina Saïdi Sharouz, Architecte, docteure en géographie est membre du Laboratoire Mosaïques- Université Paris la Défense/ Nanterre Paris la Défense, Laboratoire LAA/le LAVUE-CNRS 7218 et Enseignante à l’Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris La Villette (ENSAPLV) ; Serge Weber est Professeur des universités en géographie à l’UPEM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et membre du laboratoire ACP.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Argument

Any geographical study of Iran today must naturally take into account structural changes and events that have marked the country’s recent history: the agrarian reforms of the 1960s, the 1979 revolution, the war with Iraq, reconstruction, and international economic sanctions: all of these have had significant impact on spatial practices over the past decade. The phased lifting of sanctions (scheduled in the 2015 Geneva Agreement) may look like a turning-point, offering prospects of Iran opening up to foreign investment and other global systems, of alignment with standards of consumption and economic accessibility. Spatial transformations and social change at local and regional levels are just as important as any geopolitical analysis.

The aim of this special issue is to adopt various angles of observation linked to spaces, spatial practices and geographical actors taking into account the different ways of practising geography today and the most recent changes in the discipline. It will encourage playing on different scales and stakeholders by taking approaches drawn from various fields of geography: social, economic or others; from related disciplines that take into account the spatial dimension of social facts: sociology, history, anthropology, political science, etc.; and from diverse epistemological positions. It will thus help shed light on forms of continuity in strategies of adaptation to change and constraints over a broad spectrum of empirical field researches, from micro-geography to the transnational.

During and after sanctions: social change and spatial practices

Sanctions, which may at first sight have appeared to represent a rupture in fact confirmed prior developments: by fostering networks outside the country, via the diaspora or the cultivating of relations with certain States, they allowed significant economic stakeholders to grow rich while keeping Iranians within the country isolated, with a feeling of social frustration at seeing their purchasing power first stagnate, then diminish. The renegotiation of social stratifications is therefore an essential element of contextualisation.

The lifting of international sanctions, which remains partial, raises a posteriori the issue of their effect on the organisation of Iranian space. Rupture or continuity? This long-familiar issue in Iranian studies has divided researchers over many years, particularly with reference to the meaning to be assigned to the Revolution, and is now raised again. From one point of view, sanctions have undeniably been a contributor to transformation. But from another, they prolonged existing practices, which manifested themselves in different ways. Similarly, with the lifting of sanctions, we may envisage profound transformations, or perhaps just a simple reconfiguration of deep-rooted practices.

The opening up of Iran to global patterns of consumption, social behaviour or mobility (among others) did not wait for the Geneva agreements; they became apparent during the ten years of sanctions, in people’s representations as dreams of access to global society bordering on mimicry.

Investment can be seen as a crucial issue. Under sanctions, profits made in Iran by Iranian entrepreneurs were reinvested either in non-productive sectors, often for speculative purposes, or abroad, particularly in neighbouring countries such as the Emirates, Georgia or Turkey. By force of circumstances foreign investment, on the other hand, collapsed. Numerous ways were invented to get around economic restrictions. Over this period, in the absence of foreign direct investment, economic players linked to various administrations took to outsourcing a number of economic activities to public or para-public bodies. This has been described by authors such as Kevan Harris under the term of the “Subcontractor State.” As Fariba Adelkhah recalls, between semi-privatisations, the emergence of a semi-public sector, the multiplication of contractors and an increase in the number of temporary workers, the ground was to some extent prepared for future liberalisation.

The lifting of sanctions, while it must be accompanied by policies designed to attract foreign investors (who have lost no time in flocking back to Iran), might imply further rolling back of the State and greater decentralisation; but the erosion of the role of the State could lead to reactions of deep-seated resistance, as it would render many social groups fragile. The liberalisation of the labour market, reforms of the banking system, the suppression or reduction of redistribution schemes and subsidies and other liberal measures could bring about a sharpening of inequalities or new forms of opposition.

A geography of contemporary dynamics will take in a wide range of different scales and places, through the observation of spatial practices, transformations of the landscape and new forms of governance.

Potential themes (including but not limited to…)

Articles submitted might explore how opening up to the outside world, before and after the lifting of sanctions, has led to the introduction of new forms of global or globalised practices, both top-down, involving major economic players, and bottom-up, by users and inhabitants.

Economic geography, exchange, commercial structures and consumption

This first theme may encompass issues of employment, reactions to the liberalisation of labour law and social security systems, the reconfiguration of commercial structures, consumer objects and products and the evolution of norms of consumption and their social functions, the emergence of new consumer spaces, free trade zones, etc.

Restructuring of practices of territorial governance on several scales

This theme is intended to explore, on the one hand, dynamics of civil society, from the role of social networks in proposing alternative models to new forms of liberalisation (in particular, extraterritorial media linked to the diaspora) and, on the other, aspects of local governance and environmental issues within the current context of Iran’s international commitments in the field of environment protection and the management of natural resources.

Urban forms, practices and temporalities

Ongoing urban transformation in cities – not just in Tehran – reveals the impact of the lifting of sanctions on urban planning and architecture. Issues such as: the gentrification of historic city centres, the construction sector, real estate and the property market, urban development and redevelopment projects, the circulation of models, urban aesthetics, quality of life and attractiveness.

Rural areas and rural life

Rural areas in Iran are less investigated than urban areas among the recent social sciences, except in anthropology. How is Iranian rural life changing ? Proposals focusing on this theme will be most welcome.

Mobility practices and policies at the international level

Articles may also cover issues related to population movements such the development of tourism (tourism policies, industries and destinations), immigration and the reception of migrants, cross-border mobility (in particular by Kurds, Turkmen, Afghans and Pakistanis), or issues related to migrants who return (the various impacts of the return of emigrants to Iran and the circulation of descendants of the diaspora, bringing with them new practices, representations, and experiments with new models).

Cultural practices, manifestations of the reorganisation of space

The opening up of Iran also impacts cultural practices: the art market the book and publishing market, cinema and cultural infrastructure.

The articles, in French or English, should be in the region of 30,000 characters (not including illustrations). They must be sent by the 30 october 2017 to Amin Moghadam (aminm@princeton.edu), Mina Saïdi (minasaidi@yahoo.com) et Serge Weber (serge.weber@u-pem.fr), copying in Béatrice Vélard, Editorial Secretary (bvelard@univ-paris1.fr), who will forward the papers to the reviewers. The articles will be published in issue 45 of EchoGéo (july/september 2018).

Issue coordinated by Amin Moghadam who is Associate Research Scholar at the center of Sharmin and Bijan Mossavar-Rahmani Center for Iran and Persian Gulf Studies, Princeton University and at Institut Francais de Recherche en Iran; Mina Saïdi Sharouz Architect, phD, who is a member of the Laboratory Mosaïques- Université Paris la Défense/ Nanterre Paris la Défense, Laboratory LAA/le LAVUE-CNRS 7218 and Teacher at the National School of Architecture Paris La Villette Paris La Villette (ENSAPLV); Serge Weber who is Professor UPEM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) and a memberof laboratory ACP.

Bibliography

Adelkhah F., 2012. Les mille et une frontières de l’Iran, quand les voyages forment la nation. Paris, Karthala.

Habibi M., Hourcade B., 2005. Atlas de Téhéran métropole/Atlas of Tehran Metropolis/Atlas-E Kalânshahr-E Tehrân. Vol. 1. La terre et les hommes/Land and people/Sarzamin va mardom. Téhéran, Centre d’informations géographiques de Téhéran (TGIC), 218 p. (Persian), 79 p. (French), 75 p. (English), 214 maps.

Harris K., 2013. The Rise of the Subcontractor State: Politics of Pseudo-Privatization in the Islamic Republic of Iran. International Journal of Middle East Studies, vol. 45, no 1, p. 45-70.

Hourcade B., 1997. L’émergence des banlieues de Téhéran. Cahiers d’études sur la Méditerranée, orientale et le monde turco-iranien, no 24, p. 165-181.

Hourcade B., Digard J.-P., Richard Y., 1996. L’Iran au XXe siècle. Paris, Fayard, 461 p. (2ème édition, 1998). (Persian translation by Abdol Rezâ Hushang Mahdavi).

Hourcade B., Richard Y., 1987. Téhéran au-dessous du volcan. Paris, Autrement (hors-série no 27), 222 p.


Khatam A., 2010, “Struggles over defining the moral city: Islam and urban public life in Iran,” in Linda Herrera and Asef Bayat (eds.) The Making of Muslim Youths: New Cultural Politics in the Global South and North, New York, Oxford University Press.

Khatam A., 2016. The Space Reloaded: Publics and Politics on Enqelab Street in Tehran; In Sharp and Panetta (eds.), Urbanism and the Arab Uprisings, Beyond the Square, New York, UR Terreform.

Khatam A., Keshavarzian A., 2016. Decentralization and ambiguities of local politics in Tehran. Middle East Institute, Governing Megacities in MENA and Asia http://www.mei.edu/content/map/governing-megacities-mena-and-asia

Kian A., 1999. Avoir vingt ans en Iran. Editions Alternatives, (en collaboration avec Isabelle Eshraghi).

Kian A., 2002. Les femmes iraniennes entre islam État et famille. Paris, Maisonneuve & Larose.

Mahdavi A., 1998. Iran dar qarn-e bistom. Barresi owzâh-e siâssi, ejtemâ’i, eqtesadi va farhangi dar yek sad sâl-e akhir. Téhéran, Alborz, 565 p.

Mandanipour A., 1998. Tehran, The making of metropolis. New York, John Wiley & Sons, 289 p.

Moghadam A., 2013. De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï. Arabian Humanities, no 2, http://cy.revues.org/2556.

Moghadam A., 2013. Un espace social transnational entre les Émirats et le sud de l’Iran : les Khodmouni (Lârestâni) à Dubaï. EchoGéo, no 25, http://echogeo.revues.org/13554

Moghadam A., Weber S. (ed.), 2015. Diasporas iraniennes. Hommes et migrations, no 1312.

Moghaddari S., 2015. Migrations et modernités iraniennes. Les familles transnationales. Paris, Éditions du Cygne/IFRI, 172 p.

Naficy H., 1993. The Making of Exile Cultures, Iranian Television in Los Angeles. Minneapolis, University of Minnesota Press, 283 p.

Persis K. (ed.), 2013. Iranian diaspora studies. Iranian Studies, vol. 46, no 1.

Roussel C., 2013. Circulations à la frontière entre Kurdes d’Irak et Kurdes d’Iran. EchoGéo, no 25, http://echogeo.revues.org/13550

Saidi-Sharouz M. (ed.), 2013. Le Téhéran des quartiers populaires. Transformations urbaines et société civile en République islamique. Karthala-IFRI, 272 p.

Saidi-Sharouz M., Guerin-Pace F., 2011. La mobilité quotidienne des femmes dans la ville de Téhéran : entre visibilité et invisibilité. L’Espace géographique, vol. 40, n° 2, p. 176-188.

Saidi-Sharouz M., Habibi M., 2010. Banlieues sud de Téhéran: l’autoproduction de lieux publics. Urbanisme, no 374, p. 35-38. 


Vahabi N., 2012. Atlas de la diaspora iranienne. Paris, Karthala.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org