Skip to navigation – Site map
Sur l'Image

La mise en place d’un bus à Haut Niveau de Service au Cap, un outil de normalisation de la ville sud-africaine ?

Solène Baffi

Full text

1L’introduction de nouveaux services de transport en 2011 au Cap et à Johannesburg ont pour vocation de défaire l’héritage de l’apartheid, dont les systèmes de transport constituent encore un marqueur socio-spatial. Le choix du bus à Haut Niveau de Service s’inscrit dans la volonté des gouvernements métropolitains de normaliser la production urbaine par l’adoption de modèle internationaux. Toutefois, les modalités de sa mise en œuvre au Cap témoignent davantage de l’influence des pratiques urbaines dans ce processus, plutôt que de l’adoption de normes exogènes par les pouvoirs publics. En effet, en 2011, l’ouverture de la première ligne de bus MyCiti au Cap ne se fait pas à destination des townships, comme cela avait été préconisé dans la Constitution de 1996. L’idéal de redistribution laissant place à la priorité donnée aux contraintes environnementales, le premier tronçon construit dessert des quartiers huppés, avec pour objectif d’inciter le report modal des populations motorisées. Alors que le réseau MyCiti dans sa « phase 1 » se déploie depuis le centre-ville du Cap vers les banlieues suburbaines du nord de la ville, les navetteurs des townships qui circulent entre des périphéries distantes ne voient pas leur condition de déplacement améliorées (illustration 1).

Illustration 1 - Des services de bus à deux vitesses 

Illustration 1 - Des services de bus à deux vitesses 

MyCiti sur sa voie dédiée, le bus d’ancienne génération Golden Arrow à destination de Langa dans la circulation (arrêt de Bayside à Table View).

Auteur : Solène Baffi, juin 2014.

2La mise en place de MyCiti constitue en réalité la première étape de la construction d’un système de transport métropolitain ambitieux. En 2013, la ville du Cap se dote d’une agence métropolitaine de transport ; dès lors, les différents opérateurs de transports intra-urbains (le train, le bus et les minibus) sont placés sous son autorité. Cette étape consacre la volonté de la municipalité de construire un système de transport selon un modèle de gouvernance coordonnée : les opérateurs existants se regroupent en différentes compagnies auxquelles l’agence métropolitaine de transport délègue l’exploitation des différentes lignes (illustrations 2 et 3).

Illustration 2 - Bus MyCiti, un exemple de compagnie, fusion de différents opérateurs

Illustration 2 - Bus MyCiti, un exemple de compagnie, fusion de différents opérateurs

Sur la carrosserie du bus MyCiti, la mention de la compagnie Golden Arrow, fusion de la compagnie de bus d’ancienne génération du même nom et des associations de minibus opérant entre le CBD et les townships de Mitchell’s Plain et Khayelitsha.

Auteur : Solène Baffi, mai 2017.

Illustration 3 – Un bus Transpeninsula, bus de type feeder

Illustration 3 – Un bus Transpeninsula, bus de type feeder

L’avant d’un bus de type feeder dans le centre-ville du Cap, l’indication de la compagnie Transpeninsula, fusion des différentes associations de minibus qui opéraient sur les lignes du centre-ville aujourd’hui desservies par MyCiti (Vredehoek Taxi Association et Peninsula Taxi Association notamment).

Auteur : Solène Baffi, mai 2017.

3Au contraire, dans les townships, c’est encore un modèle de gouvernance des services par juxtaposition qui prévaut. Dans ces quartiers où la dépendance aux transports en commun est forte, les lignes ouvertes depuis 2014 ne proposent pas de desserte interne. Les minibus demeurent le seul service de transport pour effectuer des mobilités courtes ou en direction d’autres espaces de centralité que le centre-ville du Cap. En raison de leur situation de monopole, ils n’hésitent pas à venir attendre leur clientèle directement aux abords des abribus de la ville (illustration 4).

Illustration 4 - À Khayelitsha, les minibus attendent les passagers sur les espaces dédiés aux bus MyCiti

Illustration 4 - À Khayelitsha, les minibus attendent les passagers sur les espaces dédiés aux bus MyCiti

Auteur : Solène Baffi, mai 2017.

4La mise en place de ce système de transport répond également à l’ambition de la métropole d’assoir son autorité. Alors qu’elle s’étend sur près de 2 500 km², la multiplication des arrêts de MyCiti le long des routes rappelle symboliquement le pouvoir de la City of Cape Town et l’appartenance à un territoire commun. MyCiti s’affiche comme un repère identifiable par tous les citadins, à la différence des bus Golden Arrow qui s’adressent à des initiés, en raison de la complexité du réseau et de l’absence de marquage des arrêts (illustrations 5 et 6).

Illustration 5 - Un arrêt de bus MyCiti à Bloubergstrand, au nord de la ville du Cap

Illustration 5 - Un arrêt de bus MyCiti à Bloubergstrand, au nord de la ville du Cap

Auteur : Solène Baffi, janvier 2017.

Illustration 6 - Un arrêt de bus MyCiti à Khayelitsha

Illustration 6 - Un arrêt de bus MyCiti à Khayelitsha

Il s’agit du plus grand township africain au sud-est du Cap. Plus de cinquante kilomètres séparent ces deux arrêts.

Auteur : Solène Baffi, mai 2017.

5De plus, le choix du modèle de bus à Haut Niveau de Service, sa mise en place à l’occasion d’un grand événement et la promotion d’objectifs environnementaux sont autant d’éléments témoignant de l’adoption de best practices par les autorités métropolitaines. MyCiti devient alors un outil de normalisation de l’action publique et un symbole de la réaffirmation des compétences de la métropole en matière de gouvernance et de gestion des services. La localisation du principal hub du réseau à proximité de la mairie participe de la mise en valeur de l’action municipale (illustration 7).

Illustration 7 - Le principal hub (arrêt Civic Centre) du réseau MyCiti, au pied de la municipalité du Cap

Illustration 7 - Le principal hub (arrêt Civic Centre) du réseau MyCiti, au pied de la municipalité du Cap

Auteur : Solène Baffi, mai 2017.

6De ce fait, la normalisation des pratiques urbaines ne tient pas tant à l’instauration d’un service universel qu’à la transformation d’un service hérité et construit selon une économie de rente pour assurer les navettes quotidiennes d’une main d’œuvre peu solvable. La tenue en 2014 de l’un des spectacles du festival d’art contemporain de rue Infecting the City dans un arrêt MyCiti du centre-ville est de ce point de vue symbolique. La performance artistique n’exploitait pas le lieu du transport dans sa dimension politique, c’est-à-dire comme un espace représentatif de la ségrégation quotidienne, mais plutôt comme un lieu ancré dans les pratiques quotidiennes dans une ville globale. Cette utilisation témoigne de la normalisation des pratiques de mobilité dans la ville sud-africaine (illustration 8).

Illustration 8 - La mise en scène des pratiques de mobilités quotidiennes à travers une performance au sein des infrastructures MyCiti pendant le festival Infecting the City

Illustration 8 - La mise en scène des pratiques de mobilités quotidiennes à travers une performance au sein des infrastructures MyCiti pendant le festival Infecting the City

Auteur : Solène Baffi, mars 2014.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 - Des services de bus à deux vitesses 
Caption MyCiti sur sa voie dédiée, le bus d’ancienne génération Golden Arrow à destination de Langa dans la circulation (arrêt de Bayside à Table View).
Credits Auteur : Solène Baffi, juin 2014.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-1.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Illustration 2 - Bus MyCiti, un exemple de compagnie, fusion de différents opérateurs
Caption Sur la carrosserie du bus MyCiti, la mention de la compagnie Golden Arrow, fusion de la compagnie de bus d’ancienne génération du même nom et des associations de minibus opérant entre le CBD et les townships de Mitchell’s Plain et Khayelitsha.
Credits Auteur : Solène Baffi, mai 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-2.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Illustration 3 – Un bus Transpeninsula, bus de type feeder
Caption L’avant d’un bus de type feeder dans le centre-ville du Cap, l’indication de la compagnie Transpeninsula, fusion des différentes associations de minibus qui opéraient sur les lignes du centre-ville aujourd’hui desservies par MyCiti (Vredehoek Taxi Association et Peninsula Taxi Association notamment).
Credits Auteur : Solène Baffi, mai 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-3.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Illustration 4 - À Khayelitsha, les minibus attendent les passagers sur les espaces dédiés aux bus MyCiti
Credits Auteur : Solène Baffi, mai 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-4.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Illustration 5 - Un arrêt de bus MyCiti à Bloubergstrand, au nord de la ville du Cap
Credits Auteur : Solène Baffi, janvier 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-5.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Illustration 6 - Un arrêt de bus MyCiti à Khayelitsha
Caption Il s’agit du plus grand township africain au sud-est du Cap. Plus de cinquante kilomètres séparent ces deux arrêts.
Credits Auteur : Solène Baffi, mai 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-6.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Illustration 7 - Le principal hub (arrêt Civic Centre) du réseau MyCiti, au pied de la municipalité du Cap
Credits Auteur : Solène Baffi, mai 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-7.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Illustration 8 - La mise en scène des pratiques de mobilités quotidiennes à travers une performance au sein des infrastructures MyCiti pendant le festival Infecting the City
Credits Auteur : Solène Baffi, mars 2014.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/14945/img-8.jpg
File image/jpeg, 138k
Top of page

References

Electronic reference

Solène Baffi, « La mise en place d’un bus à Haut Niveau de Service au Cap, un outil de normalisation de la ville sud-africaine ? », EchoGéo [Online], 40 | 2017, Online since 30 June 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14945 ; DOI : 10.4000/echogeo.14945

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org