Navigation – Plan du site
Sur le Métier

Les ateliers collaboratifs, un outil de recueil collectif des représentations spatiales ?

Exemple appliqué au cas de la gestion d’une crise liée à une crue majeure de la Seine en Île-de-France
Servane Gueben-Venière

Résumés

Les représentations spatiales sont généralement recueillies de façon individuelle et seule leur analyse, difficile et délicate, permet de faire ressortir éventuellement des représentations sociales - partagées par un groupe social - de l’espace. Mais l’étude des représentations spatiales émanant de plusieurs groupes d’acteurs qui doivent se coordonner, par exemple dans la gestion d’une crise, nécessite de trouver une technique de recueil collectif et simultané de ces représentations. Cet article propose donc d’envisager les ateliers collaboratifs comme telle. Ces derniers ont été expérimentés en juin et juillet 2017 auprès d’acteurs clés directement impliqués dans la gestion d’une crue majeure de la Seine, et montrent les apports des outils géographiques à l’échelle de l’Île-de-France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les représentations spatiales correspondent à la façon dont les individus se représentent une portion d’espace. Leur utilisation, pour comprendre comment ces derniers « lisent les territoires » (Bailly et Ferrier, 1986, in Paulet, 2002) et expliquer leurs pratiques, a fait l’objet de nombreuses études (Lynch, 1960 ; Downs et Stea, 1973 ; White, 1984 ; Bailly, 1985 ; Debarbieux, 1998 ; Di Méo, 1998 ; Caron et Roche, 2001 ; Paulet, 2002 ; Claval, 2003) et suscité autant de débats, tant leur recueil et leur analyse peuvent présenter de difficultés (Bailly, 1985 ; Bailly et Scariati, 1990 ; Blades, 1990 ; Gumuchian, 1991). La plupart des études se sont attachées à décrypter des représentations spatiales individuelles, formulées par des habitants, des touristes, des citoyens, etc., allant de l’échelle du quartier et de la ville (Lynch, 1960 ; Golledge, 1975 ; Cauvin, 1999 ; Humain-Lamour, 2007) à l’échelle mondiale (Gould et White, 1974) en passant par des échelles intermédiaires comme l’échelle nationale (Boyowa, 2003), les estuaires (Bonnet, 2004), les espaces insulaires (Péron, 2005) ou encore les espaces lacustres (McKenna et al., 2008) ou les espaces littoraux (Gueben-Venière, 2011).

  • 1 Par groupe d’acteurs, nous entendons des professionnels travaillant pour une même institution publi (...)

2La carte mentale, qu’elle soit réalisée à partir d‘une feuille blanche permettant un dessin totalement libre, ou à partir d’un fond de carte guidant le dessin pour éventuellement contourner des effets de distorsion (Downs et Stea, 1973) ou l’aptitude à dessiner (Staszak, 2003 ; Moser et Weiss, 2003), reste aujourd’hui le principal support de recueil des représentations spatiales. Pourtant cette technique présente certaines limites, notamment lorsqu’il s’agit d’étudier des représentations sociales. Ces dernières sont définies par D. Jodelet comme « une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social » (Jodelet, 1989, p. 36). Pierre Mannoni complète cette définition en indiquant « qu’une représentation sociale est un savoir vulgaire servant à tous les individus du même groupe qui disposent, de la sorte, d’un stock commun de notions dont le sens sera clair pour tous » (Mannoni, 2008, p. 89). La question délicate du passage de l’analyse de représentations individuelles à celle de représentations sociales, partagées par exemple par un groupe professionnel, à partir de cartes mentales élaborées individuellement, a par exemple fait l’objet de peu de publications (McKenna et al., 2008 ; Gueben-Venière, 2011). Néanmoins ces dernières ont proposé une méthode de compilation des cartes mentales établies individuellement, à partir d’un fond de carte géolocalisé. Leur superposition a alors permis de faire émerger une carte mentale « moyenne » reflétant les représentations spatiales produites par des pêcheurs professionnels dans le premier cas et par des ingénieurs du génie civil en charge de la gestion des risques littoraux dans le second. Ce traitement des cartes mentales par compilation, couplé à des entretiens semi-directifs pour étudier le contenu de la représentation, a également permis d’établir, dans le second cas, une comparaison entre la carte moyenne produite par les ingénieurs et celle produite par d’autres professionnels de la gestion des risques littoraux n’ayant pas de formation en ingénierie, pour mieux faire ressortir les caractéristiques des premiers. Toutefois, ce traitement d’analyse par compilation effectuée a posteriori pose problème lorsqu’il s’agit de recueillir de façon simultanée des représentations sociales émanant de plusieurs groupes professionnels. Ce besoin de recueil simultané se justifie lorsqu’il s’agit d’étudier la façon dont des acteurs professionnels se représentent spatialement une situation, alors même qu’ils doivent se coordonner pour gérer une crise. En d’autres termes, les représentations d’un groupe d’acteurs1 défini par ses propres compétences et missions dans la résolution d’une crise, sont influencées par les représentations des autres groupes d’acteurs avec lesquels ils interagissent. En effet, les représentations spatiales sont constituées de représentations individuelles (faisant référence au vécu, à l’expérience, à l’éducation, à la culture de l’individu, etc.) mais aussi de représentations sociales (Paulet, 2002). Ainsi, pour comprendre comment l’ensemble des acteurs à l’œuvre dans la résolution d’une crise, par exemple, se représentent une situation, il est nécessaire d’étudier leurs représentations spatiales de façon dynamique, c’est-à-dire en tenant compte des interactions produites par les uns sur les autres. Par conséquent, la technique des cartes mentales, établies individuellement et compilées ensuite, ne permet pas d’atteindre ce niveau supra d’analyse des représentations spatiales émanant simultanément de plusieurs groupes professionnels.

3Cet article propose donc une méthode exploratoire visant à recueillir de façon collective et simultanée les représentations spatiales de plusieurs groupes d’acteurs, qui, en cas de crise, doivent coordonner leurs actions et donc leurs visualisations d’une situation en cours d’évolution. Pour ce faire, les ateliers collaboratifs ont été envisagés comme support de recueil de ces représentations.

  • 2 Equipe de recherche sur les risques, dispositifs de gestion de crise et événements majeurs, program (...)

4Cette méthode a été expérimentée aux cours de 3 ateliers collaboratifs en juin et juillet 2017, dans le cadre d’un post-doctorat réalisé au sein du programme de recherche EURIDICE2 monté en partenariat avec le Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris (SGZDS), en charge de tout type de crise survenant en Île-de-France. Plus précisément, ce travail s’applique à la gestion d’une crise provoquée par une crue majeure de la Seine et de ses affluents et a donc réuni en ateliers des acteurs clés impliqués en cas de crue : le SGZDS, des Directions régionales (DRIEE : Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie et DRIEA : Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement de l’Île-de-France) ainsi que des opérateurs de réseaux (énergie, transport, téléphonie, eau potable) ou encore une préfecture.

5La première partie de cet article explicite le contexte et le cheminement qui ont conduit à expérimenter une nouvelle méthode de recueil de représentations sociales de l’espace. La deuxième partie décrit les objectifs et conditions de mise en œuvre des ateliers collaboratifs qui se sont déroulés en juin et juillet 2017. La troisième partie insiste sur les apports et les limites de cette méthode de recherche. La conclusion offre une synthèse comparant les caractéristiques et conditions d’utilisation de la carte mentale et de l’atelier collaboratif comme outils de recueil des représentations spatiales.

Comment est né le besoin de recueillir de façon simultanée les représentations spatiales émanant de plusieurs groupes d’acteurs ?

6Le cadre de travail offert par le programme de recherche EURIDICE nous a permis d’accéder à plusieurs cellules de crise depuis septembre 2015. L’importance d’une crise définit l’activation de tout ou partie des cellules de crise de la chaîne étatique de commandement (échelons communal, départemental, zonal et national) et des cellules de crise des partenaires publics/privés de l’État, directement impliqués tels les opérateurs de réseaux (communication, transport, téléphonie, circulation, eau potable, eaux usées, etc.). Ainsi, en mars 2016, il a été possible d’observer l’exercice européen EU Sequana de simulation d’une crue centennale de la Seine depuis les cellules de crise suivantes : Centre de Crise Zonal (échelon zonal), Cellule Interministérielle de Crise (échelon national), Direction de l’Administration Pénitentiaire, Préfecture 92, Direction de la Sécurité de l’Agglomération Parisienne (DSPAP), Radio France, Orange Île-de-France. Ce travail d’observation directe a pu être complété par d’autres observations multi situées, effectuées par un ensemble de 40 chercheurs et étudiants chercheurs, et organisées par l’équipe d’EURIDICE. Ainsi les notes prises par l’ensemble des observateurs a permis d’élargir les observations à 35 cellules de crise. Enfin, en juin 2016, lors de la crue de la Seine, d’autres observations du travail de coordination des personnels du SGZDS ont été menées en continu, soit du 31 mai au 10 juin, au sein du Centre de Crise Zonal (CCZ).

7Ces observations, couplées d’entretiens réalisés avec les acteurs observés en cellules de crise (15 entretiens semi-directifs) ont conduit au constat suivant : chaque groupe d’acteurs, lorsqu’il a recours à la cartographie, utilise ses propres cartes, mettant en exergue ses propres enjeux, avec ses propres référentiels et figurés, ses propres échelles de hauteur d’eau, etc. Cet usage des cartes en silo se traduit par des difficultés (observées en cellule de crise et exprimées lors des entretiens) à visualiser dans l’espace la coordination des actions menées, et in fine, à sous-utiliser voire abandonner l’outil cartographique. Ce constat rejoint les propos de C. Caron et S. Roche : « De nombreuses études (Campbell et Masser, 1995 ; Caron, 1997 ; Pornon, 1997 ; Roche, 2000) ont déjà largement mis en évidence les problèmes majeurs rencontrés aux différentes étapes du développement des systèmes d’information géographique (besoin mal exprimés par les usagers ou mal compris par les concepteurs, rejet de solutions proposées, non-participation aux développements, « mauvaise » utilisation, sous-utilisations, etc.) » (Caron, Roche, 2001, p. 1). Pour expliquer ce phénomène, C. Caron et S. Roche font l’hypothèse suivante : « Les défauts d’appropriation des TIG (« technologies de l’information géographique ») par certains acteurs sont en partie, liés aux différentiels entre représentations mentales de l’espace, construites par les individus à partir de leur expérience directe de cet environnement (ambulatoire et perceptive), et la prise d’information réalisée sur les substituts figuratifs symboliques (cartes, plans, etc.) proposés par le système d’information » (Caron et Roche, 2001, p. 2). De son côté, K. Peterson insiste également sur l’importance de la définition de l’objectif de la carte et du choix des figurés qui ont des conséquences sur l’interprétation de la carte et in fine sur les décisions à prendre et les actions à engager : “Dynamic digital maps are increasingly being used to make sense of disasters in a shareable and collaborative manner. But, how a disaster is mapped – how risk is made visible – has consequencies for how priorities are determined for planning and response […]” (Peterson, 2017, p. 1). Enfin, J.-P. Paulet (2002) indique que les représentations spatiales, ou représentations cognitives de l’espace, sont nourries de représentations mentales ou individuelles, mais aussi de représentations sociales partagées par un groupe social ou professionnel et précise que « la fonction que l’on cherche à remplir détermine le regard que nous avons sur l’environnement » (Paulet, 2002, p. 20).

8Par conséquent, analyser la dimension spatiale de la coordination des groupes d’acteurs qui œuvrent à la gestion d’une crise dans le cas d’une crue majeure de la Seine, nécessite d’analyser leurs représentations spatiales au-delà du niveau de l’individu (niveau 1 : représentations mentales ou individuelles de l’espace), et à un double niveau. Il s’agit d’une part du niveau du groupe d’acteurs (niveau 2 : représentations sociales partagées par ce groupe d’acteurs ayant défini des objectifs communs et défendant des enjeux propres) et, d’autre part, du niveau réunissant plusieurs groupes d’acteurs devant se coordonner (niveau 3 : existence de liens, d’interactions et modalités d’agencements entre les représentations sociales de l’espace du niveau 2, pour permettre de faire converger enjeux et objectifs). C’est donc dans ce contexte que le besoin d’expérimenter une méthode de recueil de ces représentations spatiales pour passer du niveau 2 au niveau 3 s’est fait sentir. L’organisation d’ateliers collaboratifs réunissant les acteurs clés impliqués en cas de crue majeure de la Seine, a ainsi été envisagée comme une nouvelle technique possible de recueil des représentations spatiales émanant simultanément de plusieurs groupes professionnels. Le paragraphe suivant détaille la mise en œuvre de ces ateliers, soutenue par l’utilisation du logiciel CIRCLE.

Description de la mise en œuvre des ateliers collaboratifs via l’utilisation de CIRCLE.

Origine, objectifs et fonctionnement de CIRCLE

  • 3 deltares.nl/en/software/circle-critical-infrastructures-relations-and-consequences-for-life-and-env (...)

9CIRCLE (Critical Infrastructures: Relations and Consequences for Life and Environment) est un outil numérique collaboratif créé en septembre 2015 par l’institut de recherche néerlandais DELTARES, spécialisé dans le risque d’inondation et de submersion marine3. La conception de CIRCLE est née d’un besoin de partager des données pour visualiser les interactions à l’œuvre entre plusieurs groupes d’acteurs. Sa mise en œuvre se déroule en trois étapes :

  • cartographier des données déjà à disposition pour visualiser sur une seule carte des interactions déjà connues. Cette carte servira de support pour l’animation des ateliers ;

  • organiser des ateliers collaboratifs pour recueillir de nouvelles interactions ;

  • intégrer ces nouvelles données dans une cartographie dynamique utilisable par l’ensemble des acteurs impliqués en cas de crise liée à une submersion ou une inondation.

10L’objectif premier de CIRCLE est opérationnel puisqu’il s’agit de capitaliser des connaissances à l’échelle d’un groupe d’acteurs et de produire de nouvelles connaissances à l’échelle de l’interaction entre plusieurs groupes d’acteurs. Toutefois, un objectif de recherche lui a également été associé, en utilisant sa technique de mise en œuvre comme une technique de recueil de représentations sociales de l’espace. C’est donc plus précisément sur les étapes 1 et 2 de CIRCLE que cet article propose de se concentrer.

Adaptation de l’étape 1 de CIRCLE au cas d’une crue majeure de la Seine et de ses affluents à l’échelle de l’Île-de-France

11L’imbrication particulièrement dense d’interactions aussi bien techniques que juridiques ou politiques, confère au territoire métropolitain parisien une complexité qui a nécessité d’adapter l’outil CIRCLE. De même, l’expérimentation de CIRCLE comme outil de recherche a modifié quelque peu sa mise en œuvre classique. L’étape 1, notamment, a été augmentée d’une phase d’entretiens, réalisés auprès de chaque partenaire souhaitant participer à la démarche. Le premier objectif des entretiens était de comprendre les missions, les compétences et le fonctionnement de chaque groupe d’acteurs de façon à identifier et analyser ensuite les interactions entre les uns et les autres. Le second objectif consistait à recueillir leurs façons de se représenter l’espace dans lequel ils interviennent, en étudiant parallèlement leurs propres cartes. Plusieurs éléments saillants des représentations spatiales formulées par les groupes d’acteurs ont été relevés. Pour mieux mettre en exergue leurs spécificités, ils ont été classés en s’appuyant sur deux grilles de lecture. Antoine Bailly propose, pour répondre à la complexité des représentations de l’espace de « concevoir tout espace mental comme organisé en fonction de trois aspects : structurel, fonctionnel et symbolique », tout en précisant que l’aspect symbolique est moins souvent abordé (Bailly, 1985, p. 203). De fait, seuls les aspects structurels (organisation en réseaux d’axes, de points, de limites) et fonctionnels (pratiques de l’espace en lien avec des objectifs) ont été retenus dans cette étude pour classer les résultats. Par ailleurs, trois déterminants de la grille de lecture proposée par C. Caron et S. Roche pour identifier et classer les éléments des représentations spatiales ont été utilisés (Caron et Roche, 2001) :

  • l’étendue de l’espace à se représenter : petite étendue ou grande étendue (aspect structurel) ;

  • un espace dynamique ou un espace statique (aspect fonctionnel) ;

  • un espace monothématique ou un espace plurithématique (aspect fonctionnel).

  • 4 Vigicrue est un Service d'information sur le risque de crues des principaux cours d'eau en France : (...)

12Enfin, trois catégories, nécessaires pour l’analyse du cas d’étude de la crue de la Seine et relevant de l’aspect structurel, ont été ajoutées : les principaux repères spatiaux et la nature des limites spatiales utilisés, ainsi que la hauteur d’eau considérée. La complexité du référentiel de hauteur d’eau mérite d’être brièvement expliquée. Le référentiel de hauteur d’eau peut être relatif à un scénario régional, c’est-à-dire déterminé par rapport aux débits estimés de la crue de 1910. Dans ce cas le même scénario, par exemple R0.5 qui correspond à 50% du débit estimé en 1910, est appliqué aux 15 stations de référence Vigicrue4, distribuées sur le territoire de l’Île-de-France. Le référentiel de hauteur d’eau est également relatif lorsqu’il est déterminé plus finement par stations d’influence. Par exemple, les zones inondables dans le département des Hauts-de-Seine sont déterminées à partir des stations d’Austerlitz et de Chatou. Dans ce cas, il est possible d’associer des scénarii différents à Austerlitz et à Chatou, respectivement R0.7 et R0.5 par exemple, afin de tenir compte de la dynamique de la crue. Enfin, certains acteurs tel le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) adoptent un référentiel de hauteur d’eau absolue : la hauteur d’eau est alors mesurée selon la cote altimétrique NGF 69 à la station d’Austerlitz.

13Le tableau suivant (illustration 1) ordonne ainsi les éléments saillants des représentations spatiales relevées selon les groupes d’acteurs rencontrés. Pour certaines catégories, tels les repères principaux du référentiel horizontal, l’ordre d’apparition des résultats décrit une dominante qui peut bien sûr évoluer ou être remaniée selon la situation de crise en cours.

Illustration 1 - classement des éléments des représentations spatiales recueillies en entretien

Illustration 1 - classement des éléments des représentations spatiales recueillies en entretien

14Pour mieux comprendre la lecture de ce tableau, voici la description des représentations spatiales formulées par 4 groupes d’acteurs : le SGZDS, la DRIEA, la RATP et le SEDIF (Syndicat des Eaux d’Île-de-France).

15En cas de crise, le SGZDS a pour mission principale, de coordonner les actions entre partenaires et les moyens distribués pour assurer la sécurité civile à l’échelle de la région Île-de-France. Par conséquent les gestionnaires de crise du SGZDS ont nécessairement une vision large de l’espace puisque leur compétence s’étend sur tout le territoire de l’Île-de-France, l’unité maximale du cas d’étude présenté. Ils visualisent par ailleurs la situation de crise selon une hauteur d’eau déterminée relativement aux 15 stations d’influence, avec toutefois une attention particulière portée à la station d’Austerlitz. Le déploiement de leurs missions à l’échelle de l’Île-de-France implique une représentation de l’espace d’abord par zones, puis par points d’importance vitale et enfin par axes structurants. Ces repères spatiaux prennent place au sein des limites administratives (arrondissements, départements, régions). Enfin, leur représentation de l’espace peut être qualifiée de dynamique et plurithématique en ce sens qu’ils ont en charge des populations, à aider, à évacuer et donc mobiles, et qu’ils doivent répondre simultanément à plusieurs enjeux (techniques, juridiques, politiques, etc.) et dans tous les domaines d’activités présents en Île-de-France.

16De son côté, la DRIEA se concentre sur la circulation routière et fluviale et sur la question de l’accessibilité des routes. Comme son nom l’indique cette Direction Régionale et Interdépartementale considère l’ensemble du territoire de l’Île-de-France et plus précisément un réseau d’axes routiers. En ce sens la façon dont les experts de la DRIEA se représentent l’espace peut être qualifiée de monothématique. Enfin, en cas de crise, la DRIEA n’a pas pour mission de délivrer des autorisations de circulation - cela relève du SGZDS et du préfet de zone. Par conséquent, leur représentation de l’espace est statique : les routes ne bougent pas.

17La RATP a pour mission d’assurer, même en mode dégradé, la circulation de la population via les transports en commun (bus, tram, métro, certaines portions de RER). L’espace considéré est donc inférieur à celui de l’Île-de-France (le réseau ne couvre que la petite couronne), ce qui explique une attention focalisée sur deux stations de référence (Austerlitz et Gournay). Par ailleurs, les limites utilisées pour diviser l’espace sont auto-définies, selon la localisation de leurs dépôts, des lignes souterraines et aériennes de transport, etc., et ne se calquent pas sur les limites administratives. Contrairement aux experts de la DRIEA, les agents de la RATP en charge de la gestion de crise envisagent l’espace de façon dynamique, d’une part car leur mission est de transporter des gens et d’autre part, parce que les plans de circulation des bus peuvent être modifiés en fonction de la praticabilité des routes et des ponts.

18Le dernier exemple concerne le SEDIF. Cet établissement public a pour mission de traiter et distribuer de l’eau potable (espace monothématique) dans 7 départements franciliens hors Paris, mais les limites utilisées pour diviser l’espace en zones de travail ne correspondent pas aux limites administratives. Elles sont déterminées par les zones d’influence des usines de traitement d’eau potable. Ainsi les repères spatiaux principaux du SEDIF relèvent d’abord de points (usines de traitement d’eau), puis d’axes (réseau de distribution de l’eau potable) et enfin de zones desservies. En d’autres termes, si une usine ne fonctionne pas, le réseau de distribution ne peut être utilisé et la zone ne peut par conséquent pas être desservie.

19Pour compléter ces exemples, la carte suivante (illustration 2) reprend l’ensemble des éléments déterminant les représentations spatiales mobilisées par les groupes d’acteurs, mettant ainsi en exergue leur diversité. C’est l’agencement de ces éléments, propre à chaque groupe d’acteurs, qui va leur permettre de définir dans l’espace ce qui devient événement. En ce sens l’événement est compris comme la plus petite unité antérieure à ce qui peut devenir crise. La question qui se pose donc est de savoir ce qui fait événement, non plus pour chaque groupe d’acteurs, mais pour l’ensemble des groupes d’acteurs qui doivent se coordonner pour sortir de la crise, et comment cela se traduit spatialement. C’est ici qu’intervient l’étape 2 de CIRCLE.

Illustration 2 - Carte reprenant certains éléments des représentations spatiales relevées

Illustration 2 - Carte reprenant certains éléments des représentations spatiales relevées

Le découpage du territoire, propre à certains groupes d’acteurs (RATP par exemple), n’a pas été reporté sur la carte pour des raisons de confidentialité. De même la localisation précise des usines de traitement d’eau du SEDIF n’y figure pas.

Sources : RATP, SNCF, SEDIF, DRIEA. Réalisation : J.-F. Cuenot et S. Gueben-Venière, 2017.

Mise en œuvre de l’étape 2 de CIRCLE

20Face à cette hétérogénéité et pour répondre à un objectif opérationnel fixé par le programme de recherche-action d’EURIDICE, le choix a été fait dans un premier temps de réunir uniquement certains acteurs-clés, c’est-à-dire sans l’intervention desquels la situation peut être totalement paralysée (énergie, transport, communication, eau). Ces acteurs ont également été sélectionnés en fonction de leur avancement personnel et de leur capacité (auto-évaluée) à pouvoir échanger avec d’autres. Le tableau suivant (illustration 3) liste les groupes d’acteurs réunis au cours des 3 ateliers collaboratifs réalisés.

Illustration 3 – Organisation des ateliers collaboratifs

Atelier 1

Atelier 2

Atelier 3

Date

28 juin 2017

30 juin 2017

4 juillet 2017

Echelle de réflexion

Île-de-France

15ème arrondissement

Département 92

Lieu

CCZ

CCZ

CCZ

Acteurs

SGZDS

X

X

X

DRIEE

X

X

X

DRIEA

X

Préfecture 92

X

RATP

X

X

X

SNCF (RER C)

X

X

Enedis

X

X

X

Orange IDF

X

X

Eau de Paris

X

X

SEDIF

X

X

X

21D’un point de vue pratique, les ateliers collaboratifs ont nécessité l’utilisation d’une table interactive sur laquelle était ouverte une session du logiciel CIRCLE - programmé pour le cas francilien (illustration 4) - et la projection de couches cartographiques reprenant les éléments utilisés par chaque groupe d’acteurs (localisation de certains équipements, de lignes de métro, du réseau routier, les stations de référence et bien sûr les niveaux d’eau croissants). Par ailleurs la conduite des ateliers a nécessité la présence de cinq personnes : deux personnes pour animer les ateliers et entrer une synthèse des informations discutées directement dans le logiciel CIRCLE, deux personnes pour prendre des notes supplémentaires, un cartographe pouvant projeter à la demande les cartes ou zones dont les discussions faisaient l’objet (illustration 5). Une personne de l’équipe de DELTARES s’est également déplacée lors du premier atelier pour soutenir la mise en œuvre de cette expérimentation. Enfin, un enregistrement audio et vidéo des ateliers a été effectué de façon à conserver la mémoire des discussions.

Illustration 4 - Table interactive équipée d’une session de CIRCLE adaptée au cas francilien

Illustration 4 - Table interactive équipée d’une session de CIRCLE adaptée au cas francilien

Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.

Illustration 5 - Prise de vue de l’atelier qui s’est déroulé le 28 juin 2017, au Centre de Crise Zonal de la préfecture de police de Paris

Illustration 5 - Prise de vue de l’atelier qui s’est déroulé le 28 juin 2017, au Centre de Crise Zonal de la préfecture de police de Paris

Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.

22Une fois ces aspects pratiques en place, les ateliers collaboratifs ont permis de recueillir les représentations spatiales du niveau 3 précédemment décrit. Plus précisément l’attention s’est portée sur les agencements des représentations de chaque groupe d’acteurs qui, en évoluant au fil des discussions, ont permis d’une part de mettre en exergue de nouvelles façons de se représenter l’espace francilien soumis à une crise et d’autre part de faire ressortir la notion de centralité. Celle-ci est définie par J.-C. Abric comme suit : au-delà de la hiérarchisation des éléments qui structurent une représentation, « toute représentation est organisée autour d’un noyau central, constitué d’un ou de quelques éléments qui donnent à la représentation sa signification » (Abric, 1994, p. 19). Ainsi ce qui pouvait être considéré comme prioritaire, et donc central pour un groupe d’acteurs, ne l’a plus été aussi nettement pour l’ensemble des groupes d’acteurs. Par exemple, le groupe d’acteurs RATP se représentait l’axe du RER A comme prioritaire et donc à préserver à tout prix en cas de crue majeure. Or, après discussion avec l’ensemble des groupes, ce n’est plus un axe mais une zone – en l’occurrence la Défense – qui est apparue comme centrale et prioritaire dans les actions de protection à mener. À l’échelle de l’Île-de-France ce sont ainsi plusieurs îlots - qualifiés lors des ateliers de « zones de vie » - qui ont progressivement émergé : les représentations de l’espace francilien sont peu à peu passées d’une structure en réseau, aux mailles plus ou moins denses, à un chapelet de « zones de vie » prioritaires sur d’autres parce que plusieurs infrastructures critiques y étaient réunies et dont l’influence dépassait largement les limites mêmes de la zone en question. En préservant une « zone de vie », c’est donc une zone plus large que l’on peut ainsi préserver.

23De même les discussions ont permis de préciser, voire redéfinir, l’importance des interdépendances entre groupes d’acteurs et l’ordre dans lequel il faut intervenir pour préserver un maximum de services. Par exemple, le maintien du réseau électrique, même en mode dégradé, semble être la pierre d’achoppement de la gestion d’une telle crise. Il n’en demeure pas moins que certains services vitaux comme la production et la distribution d’eau potable, dépendent non seulement de la disponibilité en électricité mais également de certains opérateurs de télécommunications sans lesquels les télécommandes des usines de traitement d’eau ne sauraient fonctionner.

24D’une façon générale, les ateliers collaboratifs ont ainsi permis deux choses : d’une part pour les uns et pour les autres de prendre connaissance de la façon dont chaque groupe se représente spatialement l’espace francilien au sein duquel survient la crise, et d’autre part de faire évoluer les représentations spatiales sociales du niveau 2 vers des représentations spatiales partagées collectivement entre plusieurs groupes d’acteurs (niveau 3). Ainsi, les déterminants des représentations sociales décrites dans le tablea  1 peuvent évoluer (référentiel vertical, repères principaux du référentiel horizontal) tandis que d’autres, relevant des aspects fonctionnels notamment, n’évolueront a priori pas. Mais le fait de comprendre si un groupe d’acteurs se représente l’espace plutôt de façon statique ou dynamique, permettra certainement en situation de crise d’optimiser la communication entre groupe d’acteurs.

Apports et limites des ateliers collaboratifs comme outil de recueil collectif et simultané de représentations sociales

25Les ateliers collaboratifs présentent trois avantages majeurs. Le premier relève d’un travail d’analyse allégé par rapport à la technique de compilation des cartes mentales. En effet, il n’y a pas de compilation à effectuer a posteriori puisque la carte finale (étape 3 de CIRCLE) se construit collectivement. Cette technique élimine donc un possible biais d’interprétation. Par ailleurs, cette technique de recueil permet de tenir compte du mode de construction des représentations sociales à l’échelle de plusieurs groupes d’acteurs, en particulier de leur modelage en fonction de l’influence et des agencements possibles avec les représentations sociales émanant de l’ensemble des groupes. Enfin, le dispositif de CIRCLE permet de passer facilement d’une échelle à l’autre pour animer les discussions, en s’appuyant sur les cartes projetées.

26Malgré ces avantages non négligeables, les ateliers collaboratifs nécessitent un important travail de préparation. Bien que chronophages, les entretiens réalisés auprès de chaque groupe d’acteurs sont en effet incontournables pour établir un climat de confiance absolument nécessaire au regard des données souvent confidentielles échangées. Le matériel utilisé est également non négligeable (table interactive, caméra, micros, écrans) tout comme la présence d’un certain nombre de personnes nécessaires à la conduite des ateliers. Enfin, ces ateliers requièrent une capacité d’animation pour veiller à faire circuler la parole. Cependant, la relative lourdeur de cette mise en œuvre se justifie pleinement si l’on se réfère aux propos de J.-C. Abric concernant l’importance accordée au contexte discursif de recueil des représentations : « il est nécessaire d’analyser leurs conditions de production, et de tenir compte que la représentation recueillie est produite en situation […] et que la signification de la représentation sociale va dépendre au moins en partie des rapports concrets qui se déroulent le temps d’une interaction » (Abric J.-C., 1994, p. 15). De même l’auteur insiste sur l’importance du contexte social : « […] les éléments d’une représentation peuvent être ou non activés dans un contexte donné, et des contradictions apparentes, les composantes « étranges » (Flament, 1994) de la représentation, être directement liées à ces effets de contexte » (Abric J.-C., 1994, p. 15). Or le contexte dans lequel se sont déroulés les ateliers collaboratifs était tout à fait propice à libérer la parole. Ces ateliers ont en effet été menés environ un an après l’exercice de gestion de crise EU Sequana, exactement un an après la réelle crue de juin 2016 et dans le contexte de la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation, lancée en 2010 - approuvée en décembre 2016 - et visant à décliner des objectifs du plan de gestion des risques d'inondation (PGRI) pour les territoires à risque d'inondation important (TRI). Ainsi les groupes d’acteurs ayant participé aux ateliers étaient dans une dynamique particulièrement favorable pour cette expérimentation.

Conclusion

27En complétant le cas d’étude de la gestion de crise liée à une crue majeure de la Seine présenté dans cet article par un cas d’étude décrit dans un précédent article (Gueben-Venière, 2011), le tableau suivant (illustration 6) propose une synthèse des techniques utilisées pour recueillir des représentations spatiales selon les 3 niveaux explicités supra : le niveau 1 de l’individu (représentations mentales ou individuelles de l’espace), le niveau 2 d’un groupe d’acteurs (représentations sociales partagées par ce groupe d’acteurs) et le niveau 3 réunissant plusieurs groupes d’acteurs devant se coordonner (existence de liens, d’interactions et modalités d’agencements entre les représentations sociales de l’espace du niveau 2).

Illustration 6 - Tableau comparatif des techniques utilisées pour recueillir des représentations spatiales sur 3 niveaux

Niveaux

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 3

Type de représentations spatiales

Mentales (ou individuelles)

Sociales (partagées par un groupe d’acteurs)

Sociales (partagées par plusieurs groupes d’acteurs)

Cas d’étude

1/ Littoral néerlandais

1/ Littoral néerlandais

2/ Gestion de crise liée à une crue majeure de la Seine (IdF)

2/ Gestion de crise liée à une crue majeure de la Seine (IdF)

Technique de recueil

Carte mentale

(complétée par des entretiens semi-directifs)

Carte mentale

(complétée par des entretiens semi-directifs)

Atelier collaboratif

(complété par des entretiens semi-directifs)

Support de recueil

Feuille blanche ou fond de carte

Fond de carte

Table interactive et logiciel CIRCLE

Echelle de recueil

Individuelle

Collective

Collective

Traitement

Aucun

Compilation des cartes mentales établies individuellement

Prise de notes de toutes les interactions spatiales discutées

Echelle d’analyse

Individuelle

Collective (plusieurs acteurs)

Collective (plusieurs groupes d’acteurs)

28En recueillant les représentations spatiales au niveau 3, les ateliers collaboratifs permettent de les intégrer pleinement dans une cartographie finale (en cours d’élaboration), partagée par l’ensemble des acteurs impliqués dans une situation de crise. Par conséquent, cette technique offre potentiellement une réponse - qui mérite encore d’être creusée - à la sous-utilisation des cartes en cellules de crise. En effet, l’adhésion des participants à ces ateliers témoigne de leurs attentes en matière de cartographie : la complexité socio-technique de l’élaboration d’un SIG doit prendre en compte les représentations sociales de l’espace formulées par les groupes d’acteurs. Il devient alors possible de déconstruire l’idée qu’il suffit d’élaborer un Système d’Information Géographique pour que le langage cartographique soit signifiant et opérationnel.

Haut de page

Bibliographie

Abric J-C., 1994. Pratiques sociales et représentations. Paris, PUF, 253 p.

Bailly A., 1985. Distances et espaces : vingt ans de géographie des représentations. Espace géographique, tome 14, n° 3, p. 197-205.

Bailly A., Scariati R., 1990. L’humanisme en géographie. Paris, Economica, 172 p.

Blades M., 1990. The reliability of data collected from sketch map. Journal of Environmental Psychology, n° 10, p. 327-339.

Bonnet E., 2004. L’estuaire de la Seine : un territoire vulnérable face aux risques industriels. Mappemonde, vol. 4, n° 76, p. 1-6.

Boyowa A. Chokor, 2003. Pattern of representations of countries in cognitive maps of the world with special reference to Africa. Journal of Environmental Psychology, vol. 23, p. 427-437.

Caron C., Roche S., 2001. Vers une typologie des représentations spatiales. L’Espace géographique, Vol 1, tome 30, 12 p.

Cauvin C., 1999. Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine. Cybergeo : European Journal of Geography (en ligne), Politique, Culture, Représentations, document 72, mis en ligne le 27 janvier 1999, URL : http://cybergeo.revues.org/5043

Claval P., 2003. Géographie culturelle, une nouvelle approche des sociétés et des milieux. Paris, Armand Colin, 287 p.

Debarbieux B., 1998. Les problématiques de l’image et de la représentation en géographie. In Bailly A. (coord.), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, p. 199-211.

Di Méo G., 1998. Géographie sociale et territoires. Paris, Nathan, 320 p.

Downs R., Stea D., 1973. Image and Environment. Chicago, Edward Arnold Editions, 439 p.

Golledge R. G., 1975. Cognitive Configuration of the City, vol 1, Columbus, Ohio State Research foundation and Dept.of Geography.

Gould P., White R., 1974. Mental Maps. New York, Penguin Books, 187 p.

Gueben-Venière S., 2011. En quoi les cartes mentales, appliquées à l’environnement littoral, peuvent-elles aider au recueil et à l’analyse des représentations spatiales ?, EchoGéo, (en ligne), http://echogeo.org/12625, Sur l’image, n°17.

Gumuchian H., 1991. Représentations et Aménagement du Territoire. Paris, Anthropos-Economica, 143 p.

Humain-Lamour A.-L., 2007. Qu’est-ce qui fait quartier dans Paris ? Les représentations socio-spatiales du quartier latin. In Saint-Julien T., Le Goix R., La Métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités. Paris, Belin, coll. « Mappemonde », p. 233-250.

Jodelet D. (dir.), 1989. Les Représentations sociales, Paris, PUF, 7e éd., 2003, 447 p.

Lynch K., 1960. The Image of the City. Cambridge, The MIT Press, 194 p.

Mc Kenna J., Quinn R.J., Donnelly D.J., Cooper J.A.G., 2008. Accurate Mental Maps as an Aspect of Local Ecological Knowledge (LEK): a Case Study from Lough Neagh, Northern Ireland. Ecology and Society, n° 13, p. 1-23.

Mannoni P., 2008. Les représentations sociales. Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 128 p.

Moser G., Weiss K., 2003. Espaces de vie. Aspects de la relation homme-environnement. Paris, Armand Colin, 396 p.

Paulet J-P., 2002. Les représentations mentales en géographie. Paris, Anthropos, 152 p.

Péron F., 2005. Fonctions sociales et dimensions subjectives des espaces insulaires (à partir de l'exemple des îles du Ponant). Annales de géographie, vol. 4, n° 644, p. 422- 436.

Peterson K., 2017. Visualing Risk: Drawing Together and Pushing Apart with Sociotechnical Practices. Journal of Contingencies and Crisis Management, Vol. 25, Issue 1, p. 39-50.

Staszak J-F., 2003. Carte mentale. In Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin, p. 132-133.

White G., 1984. Environmental perception and its uses. A commentary. In Saarinen T., Seamon D., Sell J., Environmental perception and behavior : an inventory and prospect, Research Paper n°209, Chicago, University of Chicago, p. 93-96.

Haut de page

Notes

1 Par groupe d’acteurs, nous entendons des professionnels travaillant pour une même institution publique et/ou privée, et devant par conséquent préserver les enjeux propres à leur institution tout en tenant compte de l’impact de leurs actions sur les enjeux d’autres professionnels.

2 Equipe de recherche sur les risques, dispositifs de gestion de crise et événements majeurs, programme débuté en septembre 2015, coordonné par Valérie November.

3 deltares.nl/en/software/circle-critical-infrastructures-relations-and-consequences-for-life-and-environment-2/

4 Vigicrue est un Service d'information sur le risque de crues des principaux cours d'eau en France : vigicrues.gouv.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - classement des éléments des représentations spatiales recueillies en entretien
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/15103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Illustration 2 - Carte reprenant certains éléments des représentations spatiales relevées
Légende Le découpage du territoire, propre à certains groupes d’acteurs (RATP par exemple), n’a pas été reporté sur la carte pour des raisons de confidentialité. De même la localisation précise des usines de traitement d’eau du SEDIF n’y figure pas.
Crédits Sources : RATP, SNCF, SEDIF, DRIEA. Réalisation : J.-F. Cuenot et S. Gueben-Venière, 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/15103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration 4 - Table interactive équipée d’une session de CIRCLE adaptée au cas francilien
Crédits Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/15103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration 5 - Prise de vue de l’atelier qui s’est déroulé le 28 juin 2017, au Centre de Crise Zonal de la préfecture de police de Paris
Crédits Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/15103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Servane Gueben-Venière, « Les ateliers collaboratifs, un outil de recueil collectif des représentations spatiales ?  », EchoGéo [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/15103

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org