Navigation – Plan du site
Édito

Janus

Jean Marie Théodat

Texte intégral

1Pour attester l’actualité étonnante du monde, dire à la fois le bonheur partagé d’un essai bien senti, et l’absurdité de mourir sous les bombes, faire écho à la joie renouvelée d’aller à bicyclette dans Paris ou à la chronique des échouages de cadavres et d’épaves sur les plages des Canaries, aux intempéries dévastatrices qui affectent la région des Caraïbes, etc. il faudrait le regard de Janus. Pouvoir à la fois sonder le passé et traverser d’un regard lucide l’avenir est l’apanage des dieux, et disposer à loisir du don azimutal d’un regard qui intègre la contradiction dialectique des perspectives est un rêve d’alchimiste inaccessible à notre entendement : c’est par tranches et par la tranche que le monde nous devient intelligible. L’essentiel toujours nous échappe. C’est donc par bribes que la réalité du monde dévoile ses mystères. C’est donc par veines successives que nous fouillerons l’actualité du métier et la marche du monde.

2Ce numéro est une sédimentation sélective de tranches de terrains, de témoignages qui dévoilent la continuité oblique d’un thème, d’un terrain, qui reviennent à travers tous les articles : Quisqueya, la question des limites, des seuils rompus, des mutations décisives dont les manifestations présagent des changements sans retour.

3La rubrique Sur le Vif évoque d’abord le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Inde, l’occasion pour Dalal Benbabaali de dresser un bilan mitigé du terrain parcouru par la plus grande démocratie du monde. Les clivages persistants entre les régions, les communautés religieuses et les castes obligent à nuancer les prouesses de l’économie. Même si les taux de croissance sont élevés depuis une dizaine d’années, la pauvreté de masse continue de peser sur les structures de la société et de l’économie. La rubrique revient également sur les élections territoriales en Polynésie. Ce territoire est aujourd’hui au seuil de mutations politiques et sociales qui font vaciller de son socle le système ancien mis en place pendant des décennies par Gaston Flosse dont la figure, centrale sur la scène politique locale, connaît désormais un crépuscule qui confine à la transition des générations autant qu’à une mutation profonde du complexe social polynésien. La montée en puissance d’Oscar Temaru dont les orientations nationalistes pourraient, à terme, remettre en question l’appartenance de la Polynésie à l’ensemble national français. L’article de Sémir El Wardi revient plus particulièrement sur l’instabilité spécifique des gouvernements territoriaux et le jeu particulier des alliances locales entre des partis aux contours idéologiques flous, centrés sur des personnalités versatiles mais puissantes.

4C’est à une autre rupture que se réfère, dans la rubrique Sur le Terrain, l’article de Jean Marie Théodat. S’agissant des relations entre Haïti et la République Dominicaine, le fleuve Artibonite a été longtemps le symbole d’une déchirure permanente ouverte entre deux nations. Ce schéma d’organisation semble aujourd‘hui condamné par les nouvelles dynamiques ouvertes par les échanges entre les deux pays. La région de Boc Banic est ici présentée comme un élément de territoire tel que l’évolution des relations entre les deux pays l’a transformé. Autrefois finisterre, cul-de sac d’un système d’organisation unilatérale des territoires, la vallée de l’Artibonite est en train de devenir l’axe d’organisation des échanges transfrontaliers, donnant par cela un élan nouveau aux relations entre Haïti et la République dominicaine.

5La rubrique Sur le Champ fait le point sur l’actualité des migrations internationales en débrouillant les pistes d’une vision cohérentes des migrations haïtiennes vers la Floride avec Cédric Audebert, ou la République dominicaine, avec Violaine Jolivet. Aux stratégies spatiales des migrants installés depuis à peine une vingtaine d’années qui forment le fond de la problématique floridienne, font pendant les trajectoires des braceros des plantations où ils étaient installés depuis des générations, à la ville de Santo Domingo où les attirent de nouveaux métiers, de nouveaux défis également car ils n’ont pas toujours les documents requis pour aller librement sur le territoire.

6Guillaume Le Boedec rappelle l’odyssée des migrants africains à travers le détroit de Gibraltar. Ce Rocher idéalement placé pour servir de pont entre les deux continents voit son intérêt renforcé par l’existence d’un déséquilibre tel entre les niveaux de développement que les interactions y sont très fortes. La réalité de la passerelle semble tour à tour contestée par le sentiment d’une rupture, d’un fossé grandissant entre deux visions du monde.

7Les raisons réelles de se réjouir avec les amateurs du ballon ovale ne nous font pas oublier la joie plus grinçante des marchands de canons dont les affaires n’ont jamais été aussi bonnes qu’aujourd’hui. En effet, des guerres d’intensités variables ensanglantent le monde et jettent sur les chemins des cohortes de réfugiés. Olivier Clochard analyse les paradoxes d’un statut marqué par la précarité et la vulnérabilité permanentes.

8Cet art de sélectionner dans l’actualité des faits d’un relief particulier pour les analyser et les commenter, développe dans notre position éditoriale une vigilance propre à reconnaître l’événement, lorsqu’il se présente, ou à le créer par la mise en lumière d’informations inédites. Mais tant de dépêches nous arrivent tous les jours, comme un écheveau complexe à débrouiller, qu’il nous faut prendre du recul, laisser passer du temps et porter un regard oblique afin de laisser se dégager les lignes de force d’une information saisie à chaud. Si nos analyses peuvent donner parfois l’impression de revenir à froid sur une actualité passée, mais aux effets rémanents, aux prolongements suivis, c’est par souci de ne rien perdre de la portée profonde des événements et d’en tirer tout le sens possible pour notre métier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Marie Théodat, « Janus », EchoGéo [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://echogeo.revues.org/2033

Haut de page

Auteur

Jean Marie Théodat

Jean Marie Théodat est Maître de conférences à l’Université Paris1, Panthéon-Sorbonne et Directeur adjoint de l’UMR CNRS 8586 (PRODIG). Il a publié récemment :
– Théodat J. M., Barthe, F. 2007. Les lieux du sacré, dans le candolblé et le vaudou haïtien, in raisons de la géographie, karthala, Paris.
– Théodat J. M., 2006. Vivement Préval ? in Café de géographie,avril 2006, Paris.
– Théodat J. M.,  2005. La négritude en héritage : Haïti et la République Dominicaine. Présence Africaine, n° 169.
– Théodat J. M., octobre 2004. Le français en héritage. Perspectives haïtiennes de la francophonie. Hermès, n° 40, CNRS, Paris.
– Théodat J. M., 2004. Touristicité contrastée : l'envers et l'avers du décor en Haïti et en République Dominicaine. Tiers Monde, juin 2004.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org