Navigation – Plan du site
2008

Géographie et politiques de l’aide d’urgence au Bangladesh ; les désastres engendrés par le typhon Sidr, le 16 novembre 2007

Marianne Viot et Mouhssine Ennaïmi

Résumés

Le typhon Sidr a frappé le Sud du Bangladesh le 16 novembre 2007 (4 000 victimes, 8 millions de déplacés et sans abris). La réputation controversée de ce pays mal connu lui a valu l’attention de l’opinion internationale. Le Bangladesh a une longue expérience en matière de catastrophes naturelles, et est doté d’un large réseau d’organisations de solidarité. La prévention de l’aléa et la gestion de l’aide d’urgence ont permis de limiter les pertes humaines. Grâce à cette bonne coordination, la phase de reconstruction a été amorcée rapidement. La situation demeure difficile et le pays n’est pas encore sorti du marasme économique et social qui le caractérise.

Haut de page

Texte intégral

1Indépendant depuis 1971, le Bangladesh compte 150 millions d’habitants sur un territoire de 144 000 km². Etat symbole de pauvreté, il cumule les handicaps physiques, économiques et spatiaux. La moitié de son territoire est située à une altitude moyenne inférieure à 10 mètres, son économie est encore au stade de développement et sa densité de 1 044 habitants au km² fait de lui l’Etat le plus densément peuplé au monde.

2Dans la nuit du 15 au 16 novembre 2007, le typhon Sidr (ouragan de catégorie 4) a ravagé le Sud du Bangladesh avec des vents soufflant à plus de 240 km/heure. Ces événements climatiques sont fréquents au Bangladesh, en 125 ans, plus de quatre-vingt cyclones ont dévasté le Bangladesh.1 La vitesse des vents, la force des pluies, cumulées aux vagues qui ont balayé les zones méridionales témoignent d’une violence particulière. Radio France Internationale rapporte dès le 19 novembre que « l'aide arrive au compte-gouttes pour les survivants du typhon Sidr. La communauté internationale a promis 140 millions de dollars aux millions de sinistrés. La catastrophe a fait plusieurs milliers de morts et la population bascule dans l'indigence »2. Ce typhon se singularise par un « nombre de victimes relativement faible ». Il est le plus intense depuis l’ouragan Bhola de 1970, qui avait causé 500 000 décès, et le typhon Gorky de 1991 qui avait tué plus de 138.000 personnes. Trente districts sur les soixante-quatre recensés au Bangladesh ont été affectés. Patuakhali, Barguna, Bagerhat, Barisâl, Jhalakati and Pirojpur font partie des districts méridionaux les plus touchés, sur la trajectoire Sud – Nord du typhon. La carte n°1 illustre l’impact majeur du typhon Sidr sur les divisions de Khulna et Barisâl.

Carte 1 – Impact du typhon Sidr

Carte 1 – Impact du typhon Sidr

3Les effets de cet événement climatique sont liés à des facteurs naturels et anthropiques spécifiques au Bangladesh que l’on assimile parfois a des handicaps.

4La très forte densité de population, le manque d’instruction et la fragilité économique, expliquent les inégalités de l’accès à l’information et à l’aide humanitaire. Les appels à l’aide internationale ont été lancés très rapidement, avec une réponse immédiate des bailleurs et des donneurs. Dans quelle mesure, l’aide internationale (Organisations non Gouvernementales – ONG – et Institutions internationales) pallie-elle la traditionnelle impuissance de l’Etat ? Les récents changements de gouvernement ont-ils influé sur la gestion de l’événement ?

5Enfin, grâce à la professionnalisation, aux enseignements tirés d’événements naturels récents et d’un bon système de prévention, le Bangladesh a évité un réel désastre humanitaire. Pourtant, la situation demeure difficile et il s’agit de s’interroger ici sur les issues à moyen et long termes de ce petit Etat en développement, économiquement et politiquement fragile.

1. Contexte : un Etat, des handicaps

6Le Bangladesh possède des marqueurs géographiques et politiques forts. Il est enserré par l’Union indienne et correspond à un immense delta fertile. Celui-ci est né de la rencontre de deux fleuves géants, le Gange et le Brahmapoutre, et d’un troisième régional, la Meghna. Cultivée avant que les limons aient eu le temps de la colmater, cette plaine est exposée à des inondations encore amplifiées par les déboisements des pentes himalayennes3.

7L’économie est essentiellement rurale, l’agriculture occupe près de 80 % de la population. Les paysans doivent subir les effets «naturels» des inondations, de la mousson, des typhons et s’adapter au milieu amphibie. La frange méridionale du delta est composée d’un écosystème complexe de mangrove (Sundarbans) qui est la zone la plus affectée par le typhon Sidr. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997 et classé depuis 2001 comme réserve de biosphère, le Sanctuaire de la faune des Sundarbans, représenté sur la carte n°2 aurait été sérieusement touché sur 40% de sa superficie (sur un total de 140.000 hectares).

Carte 2 – Les Sundarbans, site naturel classé des Bouches du Gange

Carte 2 – Les Sundarbans, site naturel classé des Bouches du Gange

8Suite au passage du typhon, les experts s’inquiètent d’intrusions humaines qui pourraient entraver la régénération de l'écosystème des Sundarbans qui requiert entre 10 et 15 ans. Dans le site, bateaux et matériels de contrôle ont été détruits. Cela compromet sérieusement la capacité des autorités à surveiller la réserve4. En effet, les digues et polders – trop vieux ou fragiles – n’ont pas permis d’éviter à la marée suivant le typhon de toucher les zones protégées, habitées ou cultivées. L’économie agricole repose sur la culture côtière de crevettes et l’utilisation légale des ressources naturelles issues de la mangrove et de la forêt primaire. De la préservation des Sundarbans dépend notamment la reprise économique des districts limitrophes. L’Union Européenne, en qualité d’importatrice majoritaire de crevettes bangladaises, participe à cette reprise en soutenant la reconstruction des infrastructures5.

9Selon l’ONG Islamic Relief, les rizières ont été particulièrement touchées dans onze districts, à la fois par le typhon Sidr et la marée qui a suivi. A quelques semaines des récoltes, 400 000 hectares de rizières ont été détruits ne laissant rien à manger et rien à cultiver. Dans certaines régions, des rizières entières ont été soufflées ou inondées par de l’eau de mer détruisant quatre mois de récolte6. La soudure devrait durer jusqu'à mars ou avril 2008. Il convient également prendre en compte les effets économiques de la perte de bétail et d’arbres (palmiers, cocotiers ou bananiers).

10Le milieu produit alors deux types de risques naturels. Les densités extrêmes de population engendrent des peuplements de zones particulièrement à risque du fait d’un effet induit de « surpopulation » des terres « émergées » et arables. La situation deltaïque accentue la difficulté d’avoir accès aux zones reculées. Enfin, le niveau de la mer étant supérieur a celui des terres, le pays est particulièrement sensible aux raz de marée. Lors du passage du typhon Sidr, non seulement les vents ont balayé forêts et habitations, mais une vague de cinq mètres a ravagé ce qui ne l’avait pas été par le typhon.

2. Les fondements du Bangladesh

11En 1947, alors que les Britanniques renoncent à leur empire des Indes, une partition se fait entre Pakistan musulman et Inde hindouiste. A l’Est, le Bengale est divisé en deux, sa partie occidentale avec Calcutta reste à l’Inde et sa partie orientale devient le Pakistan Oriental. La religion est le seul liant du Pakistan bicéphale. Pendant vingt ans le ressentiment des Bengalis grandit à l’égard du Pakistan Occidental dominateur. En 1971, c’est la guerre civile. Avec le soutien de l’Inde, l’indépendance de la République populaire du Bangladesh, « le pays bengali », est proclamée.

12Depuis, le Bangladesh alterne entre de longues périodes de dictature militaire et de gouvernement démocratique. Les journalistes accusent une forte instabilité politique, selon, M.K. Dhar pour The DayAfter : « Les régimes qui se sont succédé ne sont pas parvenus à résoudre les problèmes du pays et à satisfaire les besoins fondamentaux de la population. Le Bangladesh ne survivrait pas à une nouvelle crise d'incertitude politique et de répression militaire. »7

13Depuis le début de l'année 2007, le Bangladesh est régi par une administration s'appuyant sur l'armée. Les journaux de Dacca parlent d’une volonté des dirigeants de détruire les partis traditionnels en utilisant l’aide des islamistes pour arriver à leurs fins. Le gouvernement de transition en place depuis le 12 janvier 2007 et mené par Fahruddin Ahmed a été accueilli comme un répit dans l’affrontement entre la Première ministre sortante Khaleda Zia et Sheikh Hasina (Première ministre de 1996 à 2001 et aujourd'hui à la tête de la Ligue Awami, opposition). Les deux dirigeantes politiques se sont partagé le pouvoir depuis 1991 et ont ruiné tout espoir de voir le pays devenir une démocratie prospère au sein du monde musulman. Le calendrier de réformes politiques annoncé par les nouveaux dirigeants avait suscité beaucoup d’espoirs au Bangladesh et bénéficié du soutien de la communauté internationale.8 Ceci s’est illustré après le passage du typhon Sidr. Le gouvernement a apporté une réponse rapide – avec l’aide de l’armée – en soutien à l’aide apportée par les habitants eux-mêmes et au réseau d’ONG nationales présents.

3. La montée en puissance des ONG

14De son côté, le mouvement des ONG a démarré en trombe au début des années quatre-vingt. Le gouvernement n’était pas alors en mesure de résoudre les problèmes, et les donneurs, par l’intermédiaire de ces organisations caritatives commencent à se substituer au rôle de l’Etat. Seules quelques grandes ONG nationales, telles Bangladesh Rural Advancement Committee (BRAC) ou Proshika étaient déjà implantées auparavant.

15Le Bangladesh reçoit également une aide étrangère massive. Près de 22 000 ONG sont aujourd’hui présentes au Bangladesh. On compte parmi elles environ 150 ONG internationales, les autres étant des organisations locales ou nationales pourvues de fortes bases sociales. Ces ONG, en collaboration avec le Gouvernement du Bangladesh et les Institutions mondiales ont joué un rôle essentiel lors de la mise en place de l’aide d’urgence. Parmi les Pays les moins avancés (PMA), le Bangladesh est, de très loin, le plus peuplé. Nombreuses sont les ONG qui possèdent déjà un bureau et un réseau de partenaires. La logistique d’urgence a donc été facilitée par l’existence de ce réseau et la coopération des agences en amont.

16Le Bangladesh est aussi célèbre pour sa corruption, avec de nouveau en 2007 une place en queue de liste (162 sur 179 Etats) sur l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de l’ONG Transparency International. Pourtant, l’ampleur de la catastrophe et le niveau d’urgence auraient permis de limiter les cas de corruption et de népotisme au sein des intermédiaires participant à la distribution de l’aide. Depuis la mise en place du gouvernement au début de l’année, apparaît une vraie chasse au détournement de fonds9.

4. De la gestion de crise à un optimisme relatif

17Dans la gestion de cet aléa, trois facteurs sont à prendre en compte. Tout d’abord, les ONG et de leur réseau de partenaires couvrent l’ensemble du pays. De plus, la fréquence élevée des catastrophes a permis de tirer des leçons et de penser une infrastructure solide, bien qu’insuffisante. Enfin, en conséquence de la fréquence des typhons, le Bangladesh s'est doté d'un réseau d'abris anticyclonique et d'un système d'alerte rapide. Ceux-ci ont largement contribué à limiter le nombre de victimes. Arrivé plein Sud, le cyclone est entré par les villes de Pirojpur et Barguna (carte n° 1) que les habitants ont pu évacuer. La photographie n° 1 témoignage des dégâts engendrés sur les infrastructures par le typhon Sidr.La catastrophe humanitaire a été évitée, mais les conséquences à moyen terme sont à évaluer et panser. La prévisibilité de la catastrophe a ainsi réduit son incidence sur la population.

Photographie 1 – Dans la région de Pirojpur, les liaisons électriques et téléphoniques ont été coupées après le passage du typhon

Photographie 1 – Dans la région de Pirojpur, les liaisons électriques et téléphoniques ont été coupées après le passage du typhon

Photo © Mouhssine Ennaïmi

18Dans les premiers jours qui ont suivi le passage du typhon Sidr, l’inaccessibilité physique a été un des problèmes majeurs. Les moyens de transport pour l’acheminement de l’aide ont été endommagés. Des questions de logistique se sont posées du fait de l’utilisation de transports multimodaux impliquant des transbordements entre camions et bateaux. Le gouvernement a fait preuve de coopération, avec l’armée apportant un support logistique sérieux. Les ONG ont elles aussi opéré en collaboration en amont selon leur champ d’expertise, leur mandat, leur expérience et leur réseau local respectifs10.

19Bien que l’aide soit arrivée entre quatre et cinq jours après le passage du typhon Sidr, il s’est agi de penser cette action en terme d’efficience. La priorité était alors de fournir une aide bien organisée et de créer un réseau qui deviendrait pérenne. Les habitants sinistrés n’ont pas eu de nourriture pendant plusieurs jours. Malgré l’urgence, l’agence de référence ECHO11 (Service d’Aide Humanitaire de la Commission Européenne) a préféré décaler l’affrètement de riz d’une journée. Un problème de qualité avait été identifié et le stock a dû être renouvelé. De plus, deux mois après la catastrophe, la question de l’approvisionnement en nourriture se pose toujours du fait d’une augmentation de 30 % du prix du riz. Dès janvier 2008, c’est le PAM (Programme Alimentaire Mondial) qui débloque 22 millions de dollars supplémentaires.

20Sur le vif, les habitants ont été les premiers secouristes. Ils ont rapidement donné le change à la catastrophe en reconstruisant vite les infrastructures essentielles, telles que les écoles. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont dû vivre quelques mois dans les ruines de leurs maisons dévastées.

Photographie 2 – Des habitants tentent de reconstruire les écoles détruites par le typhon Sidr dans le sud du Bangladesh

Photographie 2 – Des habitants tentent de reconstruire les écoles détruites par le typhon Sidr dans le sud du Bangladesh

Photo © Mouhssine Ennaïmi

Photographie 3 – Sur l'île de Sayed Khali dans la région de Pirojpur, les familles habitent dans les décombres, au milieu de ce qu'il leur reste

Photographie 3 – Sur l'île de Sayed Khali dans la région de Pirojpur, les familles habitent dans les décombres, au milieu de ce qu'il leur reste

Photo © Mouhssine Ennaïmi

21Les habitants ont été aidés par des organisations locales, des partenaires d’ONG nationales ou internationales. Islamic relief est une des premières ONG internationales parvenue sur le terrain auprès des populations. Son réseau de partenaires locaux explique en effet sa présence dans les premiers temps de la catastrophe.

22Un élan de solidarité a en outre été remarqué au sein du monde musulman : du Pakistan à la Turquie, en comptant une aide spécifique des membres de l’OPEP12. Pourtant les organisations confessionnelles n’ont pas été les seules à intervenir rapidement dans les jours qui ont suivi : les ONG chrétiennes ont également joué un rôle essentiel.13 Parallèlement, des institutions dont le mandat n’est pas l’urgence – telle que la Banque mondiale – ont rapidement pris position en faveur de financement macro-économique à long terme de reconstruction et de plans de prévention. Quoique réticents à l’intervention étasunienne, les Bangladais ont accepté l’aide de l’armée, notamment en termes de logistique lourde (US Navy)14. En 2003, les intentions belliqueuses des Etats-Unis en Irak avaient soulevé l’opinion publique bangladaise paralysant le pays plusieurs semaines. Malgré un nationalisme fort et une antipathie reconnue à l’égard les Etats-Unis, le Bangladesh à l’inverse de l’Inde ne peut se permettre de refuser la coopération extérieure. En effet, lors du tsunami de décembre 2004 qui a frappé l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Inde avait réussi à affirmer une indépendance économique dans la gestion de l’aide d’urgence en réponse à la catastrophe.

23Ce sont enfin les questions d’hygiène et de santé qui ont été mises en relief par la catastrophe. Bien que déliquescent, le système de santé bangladais possède un bon maillage, calqué sur le système administratif national. Dans de nombreux thanas15, les hôpitaux sont en temps normal sous exploités et manquent de personnels compétents. La basse fréquentation des infrastructures médicales résulte notamment d’un manque d’accès à l’information16. Le manque d’eau potable et d’électricité a en outre renforcé le risque de voir émerger des épidémies: choléra, diarrhées, etc.

24Au Bangladesh, le coût d’opportunité détermine aussi les chances pour les femmes, les hommes ou les enfants d’avoir accès aux soins et à l’aide d’urgence. Les conditions du recours ne sont pas seulement dépendantes de facteurs économiques, mais aussi de facteurs sociaux, culturels et religieux.

Photographie 4 – Dans la région de Sharan Kula, les habitants du village se cotisent pour payer une intervention hospitalière à Tanya, 9 ans, blessée par la chute d'un arbre sur son genou

Photographie 4 – Dans la région de Sharan Kula, les habitants du village se cotisent pour payer une intervention hospitalière à Tanya, 9 ans, blessée par la chute d'un arbre sur son genou

Photo © Mouhssine Ennaïmi

25L’Unicef s’engage alors dans une prise en charge particulière des femmes enceintes. Elles étaient en effet 30 000 à devoir accoucher dans les semaines qui ont suivi la catastrophe. On compte aussi 600 000 enfants de moins de cinq ans en situation de grande précarité dans les districts les plus touchés17.

26De son côté, l’OMS prévoit unplan d’action préventif en donnant des recommandations nouvelles en terme d’évaluation des risques, de « Health Intelligence », mais aussi autour de l’utilisation d’une « cartographie des zones à risque et du système de santé publique ». Ce document de référence insiste sur la coordination entre les agences onusiennes et le Gouvernement du Bangladesh d’une part et sur le renforcement d’outils de prévention de l’autre : support logistique, formation de personnel, systèmes d’alerte et d’évacuation… 18

Conclusion

27Ainsi, il apparaît que cette surveillance et l’utilisation d’un système de détection précoce des typhons et inondations ont permis une réelle anticipation et de mieux répondre aux besoins les plus urgents. Dans un rapport d’activité, l’ONG britannique Oxfam19, insiste sur la prise en charge anticipée et l’évacuation de plus de 3 millions de personnes comme un facteur déterminant, limitant le nombre de victimes en comparaison des effets de précédents typhons d’une intensité similaire.

28Le Bangladesh a recueilli une aide massive de l’étranger. Il a surtout fallu compter sur l’implantation antérieure à la catastrophe des organisations et sur leur expérience. Selon les mandats et les champs d’expertise, les organisations font désormais preuve de meilleures coordination et planification stratégique : Handicap International travaille avec des partenaires locaux, le PAM coordonne la distribution alimentaire avec le soutien logistique héliporté de l’armée bangladaise. Les expériences récentes, comme la gestion de l’aide d’urgence autour du tsunami de décembre 2004, ont certainement été riches d’enseignements pour une meilleure gestion globale.

29Reste que quelques semaines après la catastrophe, la situation était toujours précaire pour des millions d’habitants des districts de Khulnâ, Barisâl ou Pirojpur qui ont perdu leur toit et leur moyen de subsistance. Bien que le Bangladesh soit un Etat en plein développement, ayant – par exemple – amorcé une intéressante transition démographique, il est systématiquement dépeint comme exsangue. Les medias populaires ne parlaient déjà plus de la catastrophe dans les jours qui ont suivi. Deux mois plus tard, la phase d’urgence tend vers une phase plus lente de reconstruction et de développement. Les récentes expériences internationales ont démontré que l’anticipation et la gestion de l’aide d’urgence sont désormais des paramètres gérables malgré les handicaps du milieu.

Haut de page

Bibliographie

Ahmad, M., 1999: Bottom-up, NGO sector in Bangladesh, Dhaka: Community Development Library, 86 p.

Deler, J.P. (dir), Faure, Y.A. (dir), Piveteau, A. (dir) et al., 1998 : ONG et développement : société, économie, politique, Paris : Karthala, 684 p.

Etienne, G., 1988 : « Bangladesh, un des cas les plus difficiles du tiers monde » In Hérodote, Paris, n°49, p. 70-85.

Gouriet, A., 2003 : « Bangladesh, le pays des 20.000 ONG » In Kiné actualité, n° 893, 17 Avril, p. 8-11.

Grieve H., et al., 1995: Bangladesh strategies for development, Dhaka : The University Press United, 215 p.

Hours, B., 1993: Islam et développement au Bangladesh, Paris: L’Harmattan, 191 p.

Menard, B., 2002 : « Questions de géographie de la santé » In L’espace géographique, Paris, vol 3, p. 264-275.

Population et Sociétés, 2000 : « Au Bangladesh, une transition inespérée », Paris, n° 357 (mai).

Silberstein, B., 1995: « Le Bangladesh : vieux pays, jeune nation » ; «  Le Delta et les hommes »In Durand-Dastes, F. et Mutin, G. (dirs.): Afrique du Nord, Moyen-orient, Monde Indien ; Geographie Universelle, Paris : Belin / Reclus, pp 411-427.

http://www.afp.fr Site de l’Agence France Presse

http://www.brac.net/ Site de l’ONG Bangladesh Rural Advancement Committee

http://www.courrierinternational.com/ Site de l’hebdomadaire Courrier International

http://www.dayafterindia.com/ Site du journal indien

www.DirectRelief.org Site de l’organisation Direct Relief

http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm Site de ECHO, le Service d’Aide Humanitaire de la Commission européenne

http://www.handicap-international.fr/ Site de l’ONG Handicap International (France)

http://www.irinnews.org/ Site de IRIN : Integrated Regional Information Networks

http://www.islamic-relief.com/ Site de l’organisation Islamic Relief

http://nation.ittefaq.com/ Site du journal bangladais

http://www.newagebd.com/ Site du journal bangladais

http://www.noaa.gov/ Site de l’agence étasunienne NOAA : Nationnal Oceanic and Atmospheric Admnistration 

http://www.reliefweb.int/ Site de UN-OCHA, le Bureau des Nations Unies pour la Coordinations des Affaires Humanitaires

http://www.rfi.fr/ Site de Radio France Internationale

www.solidarites.orgSite de l’ONG Solidarités

http://www.thedailystar.net/ Site du journal bangladais

http://www.transparence-france.org/ Site de la section française de Transparency International

http://portal.unesco.org/ Site de l’UNESCO

http://www.unicef.org/ Site de l’Unicef

http://web.worldbank.org Site de la Banque mondiale

http://www.who.int/ Site de l’OMS

http://www.wmo.int/pages/index_en.html Site de l’Organisation Météorologique Mondiale

Haut de page

Notes

3 D’après Silberstein, 1995.
9 D’après Mouhssine Ennaïmi.
10 D’après le compte rendu de l’équipe d’urgence de l’ONG SOLIDARITÉS. www.solidarites.org
11 Le mandat confié à ECHO par l’Union européenne consiste à porter assistance et secours d'urgence aux victimes de catastrophes naturelles ou de conflits en dehors de l'Union européenne. http://ec.europa.eu/echo/presentation/mandate_fr.htm
12 http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportId=75648OPEP : Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole
13 On note parmi ces organisations des ONG chrétiennes marquées, telles que World Vision ou Concern World Wilde.
15 Le Bangladesh compte 460 thanas (également appelés upazillas). Cette unité administrative est située à l’échelle supérieure du district. (Moyenne de 250.000 habitants)
16 Viot, 2004.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Impact du typhon Sidr
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Carte 2 – Les Sundarbans, site naturel classé des Bouches du Gange
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photographie 1 – Dans la région de Pirojpur, les liaisons électriques et téléphoniques ont été coupées après le passage du typhon
Légende Photo © Mouhssine Ennaïmi
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photographie 2 – Des habitants tentent de reconstruire les écoles détruites par le typhon Sidr dans le sud du Bangladesh
Légende Photo © Mouhssine Ennaïmi
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photographie 3 – Sur l'île de Sayed Khali dans la région de Pirojpur, les familles habitent dans les décombres, au milieu de ce qu'il leur reste
Légende Photo © Mouhssine Ennaïmi
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photographie 4 – Dans la région de Sharan Kula, les habitants du village se cotisent pour payer une intervention hospitalière à Tanya, 9 ans, blessée par la chute d'un arbre sur son genou
Légende Photo © Mouhssine Ennaïmi
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/2943/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Viot et Mouhssine Ennaïmi, « Géographie et politiques de l’aide d’urgence au Bangladesh ; les désastres engendrés par le typhon Sidr, le 16 novembre 2007 », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/2943 ; DOI : 10.4000/echogeo.2943

Haut de page

Auteurs

Marianne Viot

Marianne Viot a longtemps été chargée d’études dans diverses ONG au Bangladesh et au Philippine. Et elle actuellement consultante  marketing à la YelloWasp Corporation/Makati (Metro-Manila, Philippines)
Elle a notamment publié Comment mettre en place une politique d’accès aux services de santé primaire pour les habitants des bidonvilles de Manille ?, Organisation Mondiale de Santé, Manila, Philippines/Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux, 2005, France, 43 p. et Understanding the health seeking behaviour of the tribal women in the Chittagong Hill Tracts, Bangladesh, Dhaka: Handicap International – Bangladesh, 2004, 144 p.

Mouhssine Ennaïmi

Mouhssine Ennaïmi est Correspondant Asie du Sud pour RFI, correspondant Asie du Sud, basé à Mumbai. Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal & Sri Lanka.
Mouhssine Ennaïmi s’est rendu sur le terrain du mardi 20 au dimanche 25 novembre 2007, notamment dans les districts de Khulnâ, Pirojpur et Barguna. Mouhssine Ennaïmi a collaboré à la rédaction de cet article en témoignant au travers d’entretien téléphonique de son expérience de terrain.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org