Navigation – Plan du site
Sur le champ

Introduction

In/discipliner la sexualité
Bruno Perreau

Texte intégral

  • 1  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, (...)
  • 2  Karl M. Kertbeny, Das Gemeinschädliche des § 143 des preußischen Strafgesetzbuches, Leipzig, Serbe (...)
  • 3  Jonathan N. Katz, L’invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL, 2001 [1re édition américaine, 199 (...)
  • 4  Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Folio, 1989 [1re édition allemande, 19 (...)

1La thèse centrale de l’Histoire de la sexualité est de montrer que les pratiques sexuelles ne peuvent être dissociées de leur mise en discours. Foucault soutient que la sexualité n’existe que par le truchement de tout un travail disciplinaire qui conduit tel ou tel acte à être pensé, à une époque donnée, comme sexuel ou non. Ainsi, c’est de l’étiquetage des comportements érotiques par la médecine légale et psychiatrique au XIXe siècle, qu’ont émergé les définitions contemporaines de la sexualité. Plus précisément, c’est à l’aune de la catégorisation des pratiques perçues comme marginales que furent stabilisées ces définitions. L’expertise médico-psychiatrique, de Charcot à Krafft-Ebing, poursuivait en effet un projet essentiellement hygiéniste et normalisateur qui a d’abord ciblé les pratiques minoritaires : il s’agissait de les circonscrire par une observation minutieuse (description du corps, et notamment des organes génitaux, établissement des trajectoires biographiques des patients, etc.). Une fois ces observations conduites, les pratiques minoritaires étaient resignifiées sous forme archétypale dont la classification devenait alors possible : à chaque acte correspondait une catégorie de personne. Ainsi est née l’homosexualité : le sodomite était un « relaps », explique Foucault ; avec les sciences médicales et psychiatriques, il est désormais une « espèce »1. De cette espèce discursive naîtront d’autres espèces, à commencer par l’hétérosexuel/le dont la figure émerge en 1880, onze ans après que l’écrivain hongrois Karl Maria Kertbeny avait élaboré le terme même d’homosexualité2. L’hétérosexualité a donc historiquement émergée de son anti-modèle3. Le projet freudien, s’il cherche moins la normalisation que l’émancipation des individus de leurs emprises ancestrales, poursuit néanmoins cette même démarche de mise en sens de la sexualité : Freud (et, après lui, les différentes écoles de psychanalyse) enracine la dissymétrie homo/hétérosexualité à travers sa théorie des stades de la sexualité4. Après la seconde guerre mondiale, de grandes enquêtes quantitatives sur la sexualité vont parachever l’objectivation de cette dichotomie, à commencer par celle qu’a conduite Alfred Kinsey aux États-Unis dans les années 1940 et 1950. En choisissant d’établir une échelle des comportements sexuels, de l’hétérosexualité exclusive à l’homosexualité exclusive, il montre, comme Freud, la continuité d’un type sexuel à l’autre, mais ne questionne que marginalement la notion même de type sexuel. Aujourd’hui, les enquêtes quantitatives associent un important volet qualitatif et intègrent la façon dont les individus se pensent dans un cadre catégoriel défini : ce fut le cas des différents rapports produits par l’ANR sida dirigés par Michael Pollak, Marie-Ange Schiltz, Alain Giami ou Michel Bozon, mais aussi de l’enquête Analyse des comportements sexuels en France conduite entre 1990 et 1992, ainsi que de la récente recherche Contexte de la sexualité en France dont les premiers résultats ont été publié en mars 2007.

  • 5  Dans les années 1920, de nombreux dictionnaires médicaux américains définissent encore l’hétérosex (...)
  • 6  Sur la recomposition et la permanence des identités homosexuelles dans différentes sous-cultures u (...)
  • 7  Georg Groddeck conteste par exemple toute dichotomie sexuée et sexuelle chez Freud. Georg Groddeck (...)
  • 8  Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’anti-Œdipe, Paris, Éd. de Minuit, 1972.
  • 9  Voir par exemple l’étude d’Annick Prieur sur la signification vernaculaire du travestissement dans (...)
  • 10  Sur la multiplicité des identités gays selon les espaces sociaux, professionnels, amicaux, de lois (...)
  • 11  Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, trad. Maxime Cervulle, Paris, Éd. Amsterdam, 2008 (...)

2La familiarité de la sexualité, telle que nous la pensons aujourd’hui, est donc trompeuse : aucune catégorie n’a de vérité propre, qu’elle soit naturelle, anthropologique ou symbolique. Certes, l’imposition de la taxinomie sexuelle que l’Europe a élaborée à la fin du XIXe siècle a fini par se diffuser largement —non sans décalage d’une région du monde à l’autre5. C’est désormais à partir de ce nouveau paysage identitaire, où sexe et sexualité se définissent mutuellement, que se pensent les individus. Toutefois, ces catégories sexuelles « globalisées » n’effacent jamais totalement les autres catégories existantes, plus anciennes ou locales, qui constituent d’autres façons de se penser et de se dire et opèrent à travers d’autres modes de socialisation érotique6. Par ailleurs, la dichotomie homo/hétérosexualité a été, et est toujours, l’objet de vives contestations : c’est le cas au sein des écoles de psychanalyse7 ou en dehors de celles-ci8, des mouvements sociaux et politiques (transsexuel/les, queer, prostitué/es, etc.), et surtout des individus eux-mêmes qui parent une même catégorie de significations très diverses9, notamment lorsqu’ils évoluent dans des environnements distincts10. Nous pouvons donc suivre Eve Kosofsky Sedgwick, lorsqu’elle défend, dans sa magistrale Épistémologie du placard, la nécessité d’interroger la sexualité non pas seulement en tant que pratique mais en tant qu’espace de sens pour de nombreuses autres interactions sociales11.

  • 12  Laud Humphreys, Le commerce des pissotières : Pratiques homosexuelles anonymes dans l'Amérique des (...)
  • 13  Lawrence Knopp, « Gentrification and Gay Neighborhood Formation in New Orleans » in  Amy Gluckman (...)
  • 14  Loretta Lees, « A reappraisal of gentrification: towards a ‘geography of gentrification’ », Progre (...)
  • 15  David Bell, Gill Valentine, Mapping Desire : Geographies of Sexualities, New York, Londres, Routle (...)
  • 16  Louise HoltDarren Smith,, « “Lesbian migrants in the gentrified valley” and “other” geographies of (...)
  • 17  Boris Grésillon, « Face cachée de l’urbain ou éléments d’une nouvelle centralité ? Les lieux de la (...)
  • 18  Alain Léobon, « Les dynamiques territoriales de la communauté homosexuelle », in Christine Bard (d (...)
  • 19  Emmanuel Redoutey, « Géographie de l’homosexualité masculine à Paris. 1984-2000 », Urbanisme, n° 3 (...)
  • 20  Rommel Mendès-Leité, Le Sens de l’altérité. Penser les (homo)sexualités, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • 21  Bruno Proth, Lieux de drague. Scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Octarès, 20 (...)
  • 22  Marianne Blidon, « Les commerces gays entre logique économique et logique communautaire », in Brun (...)
  • 23  Laurent Gaissad, « Du sexe sans conséquence : le bon endroit et le bon moment », Monique Membrano, (...)

3Un des axes de ce programme est géographique. L’espace de sens qu’est la sexualité s’inscrit toujours dans un espace réel auquel il s’adapte et qu’il façonne simultanément. L’exposition ou la dissimulation des pratiques sexuelles s’accomplit à travers la délimitation de territoires plus ou moins publics, mixtes et fragmentés. La sexualité dévoile des espaces à la fois polysémiques (un jardin public pourra être simultanément un espace de convivialité familiale, un site touristique et un lieu de drague) et en mouvement (la carte mentale d’un lieu évoluera en fonction des « transports » de ses occupants). Dès 1970, Laud Humphreys offre une des plus importantes études de cette géographie de la sexualité12 : en observant les interactions des hommes dans les pissotières du Midwest américain, il suggère qu’un lieu n’a de sens qu’à travers la façon dont il est investi. Après lui, de nombreux travaux anglo-saxons ont analysé le rôle des gays dans la gentrification (Lawrence Knopp13, Loretta Lees14) mais aussi leur rapport à la ruralité et au tourisme (David Bell et Gill Valentine15, Louise Holt et Darren Smith16). En France, les contributions pionnières de Boris Grésillon17, Alain Léobon18, Emmanuel Redoutey19, Rommel Mendès-Leité20, Bruno Proth21, Marianne Blidon22 ou Laurent Gaissad23 ont, chacune à leur façon, interrogé la dimension spatiale du processus sexuel de subjectivation. La géographie, en tant que discipline, s’en trouvait elle-même questionnée (sur ses objets, ses méthodes, ses concepts) et, en retour, ses savoir-faire enrichissaient le champ des études sur la sexualité, dominés jusqu’alors par l’anthropologie, l’histoire et la sociologie. Discipliner la sexualité, c’est-à-dire la faire entrer comme un objet légitime en « géographie », revient donc à multiplier les perspectives épistémologiques, comme pour mieux pallier les insuffisances de chacune d’entre elles. Il ne s’agit pas seulement de montrer que la sexualité est objet pluridisciplinaire ou transdisciplinaire mais bien d’accompagner cet objet dans son indiscipline même, c’est-à-dire hors de toute essentialisation des territoires.

  • 24  Sur ce point, voir l’analyse des récits de drague chez Roland Barthes : David A. Miller, Bringing (...)

4Les auteurs de ce numéro se sont saisis de ce projet et montrent que l’espace de la sexualité est sans cesse re-signifié, déplacé, contesté. Emmanuel Redoutey distingue drague et cruising et suggère que coexistent ces deux rapports à la ville dans le cas de la sexualité gay dans les publics. Le premier procède par frottement dans un « espace strié » (le qualificatif est de Deleuze et Guattari) : le dragueur se repère dans un espace structuré par la réalité du territoire ; il y évolue lentement, s’adossant à son environnement et aux possibilités érotiques dont il recèle. Le second rapport à la ville procède par glissement dans un « espace lisse » : le cruiser est plus mobile, et c’est le parcours jusqu’à la rencontre sexuelle qui lui importe ; il jouit de cette navigation24. Emmanuel Redoutey offre ainsi une approche exploratoire de la ville.

5La contribution de Catherine Deschamps et de Laurent Gaissad prolonge cette perspective en analysant ces territoires de « drague et de frôlements » à partir des réactions qu’ils suscitent, depuis la mobilisation des riverains jusqu’à la saisine des pouvoirs publics. Ils montrent que la dissuasion frontale (contrôles policiers, interdictions de circuler, etc.) ou progressive (installation d’éclairages publics, élagages, etc.) peut s’avérer paradoxale puisqu’elle conduit à une dissémination de l’activité sexuelle en d’autres lieux (il en va ainsi de la prostitution) et, par conséquent, à son moindre contrôle. La « rationalisation » du territoire est donc toujours complexe car elle cible moins la sexualité que le spectacle de la sexualité. C’est pourquoi les femmes qui recherchent des relations sexuelles dans des lieux extérieurs affrontent un contrôle analogue, mais cette fois-ci moins policier que normatif : parce qu’il leur est nécessaire de « garder la face », elles choisiront leurs partenaires à l’entrée d’un hôtel ou dans un bar, c’est-à-dire sous le regard de « professionnels ». Invisibilisée dans les faits, cette drague hétérosexuelle l’est aussi dans le champ de la recherche : elle est encore un non-lieu des études de l’espace sexuel.

6Marianne Blidon présente quant à elle une casuistique du baiser en espace hétéronormatif. Sa contribution se situe donc à l’interface des perspectives soulevées dans les deux précédents articles : comment la pratique amoureuse chez les gays et les lesbiennes (se tenir par la main, par le cou, s’embrasser, etc.) s’exprime-t-elle géographiquement ? S’appuyant sur une enquête conduite en 2007 par l’intermédiaire du site internet Têtu.com, Marianne Blidon montre que la majorité des répondants ne tiennent jamais leur partenaire par la main (59%) et ne l’embrasse jamais en public (64%). Ces données sont plus élevées chez les hommes que chez les femmes et varient fortement selon le lieu considéré. Ce n’est pas tant la taille de la commune qui importe que « l’espace d’inter-connaissance », c’est-à-dire l’éloignement plus ou moins important de sa commune d’origine. De ce point de vue, aucune différence significative n’apparaît entre Paris et les villes de plus de 100 000 habitants. Contrairement aux idées reçues, Marianne Blidon démontre donc « l’actualité [d’un] placard » homosexuel à géométrie variable.

7Enfin, l’entretien qu’accorde Elsa Dorlin à la revue inscrit ces réflexions sur le territoire dans une perspective plus historique : elle rappelle la production de l’espace public occidental comme masculin et blanc et conclut ce numéro en spécifiant l’importance des questions de genre et de sexualité sur le plan géopolitique, qu’il s’agisse bien sûr des droits des femmes et des minorités sexuelles (peines d’emprisonnement et condamnations à mort pour actes de sodomie, non-reconnaissance des changements d’état-civil pour les transsexuel/les, etc.) mais aussi des équilibres économiques, sanitaires et environnementaux (violences policières, harcèlement professionnel, stratégie d’exclusions de l’espace public, faiblesse des politiques de lutte contre le VIH, etc.). Elle rappelle, s’appuyant sur les travaux de Michel Foucault et de Franz Fanon, l’inventivité des mouvements sociaux et la façon dont ils traversent (et interrogent) les frontières nationales.

8Cette inventivité est aussi celle des auteurs qui contribuent à ce numéro. Ils montrent que, de la sexualité, le géographe se doit de suivre les moindres transformations et qu’en chaque expérience subjective s’accomplit une forme d’aménagement du territoire. C’est à cette condition qu’une véritable analyse critique des catégories sexuelles peut être engagée et que peut ainsi naître une in/discipline géographique féconde.

Haut de page

Notes

1  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 58-59 [1ère édition, 1976].

2  Karl M. Kertbeny, Das Gemeinschädliche des § 143 des preußischen Strafgesetzbuches, Leipzig, Serbe, 1869.

3  Jonathan N. Katz, L’invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL, 2001 [1re édition américaine, 1996].

4  Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Folio, 1989 [1re édition allemande, 1905].

5  Dans les années 1920, de nombreux dictionnaires médicaux américains définissent encore l’hétérosexualité comme une « passion sexuelle morbide » pour l’autre sexe. Voir David M. Halperin, « Homosexualité », in Didier Eribon, Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Larousse, Paris, 2003, p. 256.

6  Sur la recomposition et la permanence des identités homosexuelles dans différentes sous-cultures urbaines (queer, gay, fairy, etc.) voir George Chauncey, Gay New York (1890-1940), Fayard, Paris, 2003 [1ère édition américaine, 1994].

7  Georg Groddeck conteste par exemple toute dichotomie sexuée et sexuelle chez Freud. Georg Groddeck, « Lettre n° 27 », Le livre du ça, Gallimard, Paris, 1976 [1re édition allemande 1923].

8  Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’anti-Œdipe, Paris, Éd. de Minuit, 1972.

9  Voir par exemple l’étude d’Annick Prieur sur la signification vernaculaire du travestissement dans une communauté de Mexico. Annick Prieur, Mema’s House. Mexico City. On Queens, Transvestites and Machos, The University of Chicago Press, Chicago, 1998.

10  Sur la multiplicité des identités gays selon les espaces sociaux, professionnels, amicaux, de loisir, voir Jean-Yves Le Talec, Folles de France. Repenser l’homosexualité masculine, Paris, La Découverte, 2008.

11  Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, trad. Maxime Cervulle, Paris, Éd. Amsterdam, 2008 [1re édition américaine, 1990].

12  Laud Humphreys, Le commerce des pissotières : Pratiques homosexuelles anonymes dans l'Amérique des années 1960, trad. Henri Peretz, Paris, La Découverte, 2007, [1re édition américaine, 1970].

13  Lawrence Knopp, « Gentrification and Gay Neighborhood Formation in New Orleans » in  Amy Gluckman and Betsy Reed (eds.), Homo Economics: Capitalism, Community, and Lesbian and Gay Life, New York, Routledge, 1997, p. 45-64.

14  Loretta Lees, « A reappraisal of gentrification: towards a ‘geography of gentrification’ », Progress in Human Geography, vol. 24, n° 3, 2000, p. 389-408.

15  David Bell, Gill Valentine, Mapping Desire : Geographies of Sexualities, New York, Londres, Routledge, 1995.

16  Louise HoltDarren Smith,, « “Lesbian migrants in the gentrified valley” and “other” geographies of rural gentrification », Journal of Rural Studies, n° 21, 2005, p. 313-322.

17  Boris Grésillon, « Face cachée de l’urbain ou éléments d’une nouvelle centralité ? Les lieux de la culture homosexuelle à Berlin », L’Espace géographique, n° 29, 2000, p. 301-313.

18  Alain Léobon, « Les dynamiques territoriales de la communauté homosexuelle », in Christine Bard (dir.), Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, Presse de l'Université d'Angers, 2003, p. 201-216.

19  Emmanuel Redoutey, « Géographie de l’homosexualité masculine à Paris. 1984-2000 », Urbanisme, n° 325, juillet 2002, p. 59-63.

20  Rommel Mendès-Leité, Le Sens de l’altérité. Penser les (homo)sexualités, Paris, L’Harmattan, 2000.

21  Bruno Proth, Lieux de drague. Scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Octarès, 2002.

22  Marianne Blidon, « Les commerces gays entre logique économique et logique communautaire », in Bruno Perreau (dir.), Le choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, Paris, EPEL, 2006, p. 151-165.

23  Laurent Gaissad, « Du sexe sans conséquence : le bon endroit et le bon moment », Monique Membrano, Annie Rieu (dir.), Sexes, Espaces et Corps. De la catégorisation du genre, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, Toulouse, 2000.

24  Sur ce point, voir l’analyse des récits de drague chez Roland Barthes : David A. Miller, Bringing Out Roland Barthes, Los Angeles, University of California Press, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Perreau, « Introduction », EchoGéo [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 29 mai 2008, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/5923 ; DOI : 10.4000/echogeo.5923

Haut de page

Auteur

Bruno Perreau

Bruno Perreau (bperreau@ias.edu) est docteur en science politique (université Paris I Panthéon-Sorbonne) et chargé de conférences à Sciences Po (Politique comparée). Il consacre ses recherches à l’épistémologie des études gays et lesbiennes, aux politiques de la filiation et à une socio-histoire du genre et de la citoyenneté française au XXe siècle. Il est actuellement membre invité de l’Institute for Advanced Study (Princeton). Il a récemment publié Homosexualité. Dix clés pour comprendre, vingt textes à découvrir (préface J. Lang, Librio, 2005), Cinquante ans de vie politique française. Le débat sur la fin de la Ve République (Librio, 2007), Le Président des États-Unis (avec Christine Ockrent, Dalloz, 2008) et sous sa direction  Homoparentalités. Approches scientifiques et politiques (avec Anne Cadoret, Martine Gross et Caroline Mécary, Presses universitaires de France, 2006) et Le choix de l'homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne (EPEL, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org