Navigation – Plan du site
Sur le Terrain

Le risque cyclonique dans l’Atlantique en 2008

Analyse des ouragans Gustav à Ike et comparaison avec Katrina
Sandra Rome

Résumés

Le cyclone Gustav qui aborde les côtes ouest de la Louisiane fin août 2008 est présenté comme l’un des plus intenses depuis Katrina qui a considérablement affecté la ville de la Nouvelle Orléans trois ans plus tôt. Or, si l’aléa cyclonique est comparable, la vulnérabilité l’est moins, notamment parce que la prévention est plus efficace. Cet article compare différents cyclones de l’Atlantique, en particulier Katrina, Gustav, Hanna et Ike, en différenciant l’aléa de la vulnérabilité, spécialement à Haïti et aux Etats-Unis.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Septième cyclone nommé de la saison de l'Atlantique, Gustav, ouragan de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson, est présenté par les média comme le successeur de Katrina qui a sévèrement endeuillé et endommagé une partie de la ville de la Nouvelle Orléans et des côtes de Louisiane en 2005. Gustav frappe le sud-ouest de la République de Haïti le mardi 26 août 2008, avec des vents atteignant 145 km/h. Le cyclone s’affaibli en tempête tropicale après avoir traversé la péninsule ouest d’Hispaniola, puis reprend de la vigueur en passant au stade d’ouragan de catégorie 2 puis 3 en direction de la Jamaïque et de Cuba, avant de se diriger vers le Golfe du Mexique et la Louisiane. Finalement Gustav provoque beaucoup moins de dégâts que prévu aux Etats-Unis, en grande partie parce que l’ouragan s’est affaiblit, mais aussi grâce aux mesures de prévention et d’évacuation du littoral américain. Mais d’autres ouragans se déchaînent sur Haïti, sévèrement endeuillé successivement par les cyclones Gustav, Hanna et Ike fin août, début septembre 2008.

2L’objet de ce travail est d’analyser d’une part, l’aléa cyclonique de différents systèmes météorologiques remarquables qui affectent l’arc des Antilles et le Golfe du Mexique lors de Katrina en 2005 et surtout en 2008 ; d’autre part, la vulnérabilité liée aux espaces affectés est rapidement abordée avant de comparer le risque cyclonique.

3Ce dossier « sur le vif » fait d’abord le point sur les cyclones de l’Atlantique, avant de présenter les données et les méthodes utilisées, puis la chronique météorologique des ouragans de 2008 et enfin, de proposer une analyse du risque dans certains états de l’archipel caribéen et aux Etats-Unis.

1. Analyse des cyclones de l’océan Atlantique : données et méthode

1.1. Une terminologie internationale

4La terminologie internationale désigne par cyclone, une « perturbation atmosphérique tourbillonnaire, de grande échelle, due à une chute importante de la pression atmosphérique ».

5Ces perturbations météorologiques se rencontrent dans les régions tropicales et sont caractérisées par des pluies abondantes ; les vents très violents, atteignant 350 km/h. autour de l’oeil, tournent dans le sens horaire dans l’hémisphère sud et le sens anti-horaire dans l’hémisphère nord. Dans l'Atlantique nord, on emploie les termes de dépression tropicale, tempête tropicale et ouragan en fonction de la vitesse maximale des vents (tab. 1), les trois stades correspondant au terme générique de cyclone.

Tableau 1 - Les caractéristiques aérologiques des cyclones tropicaux dans l’Atlantique nord et les catégories d’ouragan selon l’échelle de Saffir et Simpson.

Tableau 1 - Les caractéristiques aérologiques des cyclones tropicaux dans l’Atlantique nord et les catégories d’ouragan selon l’échelle de Saffir et Simpson.

6Les ouragans sont subdivisés en cinq catégories, selon une échelle formulée en 1971 par Herbert Saffir et Robert Simpson. Cette échelle dite Saffir-Simpson, est une évaluation fondée sur l'intensité des vents et des dégâts potentiels des ouragans. Pour davantage de détails sur l’échelle Saffir-Simpson, se reporter au National Hurricane Center, sis à Miami, à l’adresse : http://www.nhc.noaa.gov/​aboutsshs.shtml

1.2. Données et méthode d’analyse du risque cyclonique

7Les données sur l’intensité des vents (nœuds convertis en km/h) et la pression atmosphérique minimale (en hPa) des cyclones proviennent du Centre National américain des ouragans (National Hurricane Center) de l’Administration Américaine de l’Atmosphère et l’Océan (National Oceanic and Atmospheric Administration). Elles sont rendues accessibles de deux manières : 1/ par Thomas R. Metcalf de l’Université de Hawaï qui propose également la trajectoire des cyclones (http://www.solar.ifa.hawaii.edu/​Tropical/​index.wml) et 2/ via le site Weather Underground (http://www.wunderground.com/​hurricane/​at2008.asp). Les trajectoires de cyclones montrent également l’intensité spatio-temporelle des événements. Deux années sont particulièrement étudiées, les saisons 2008 (juin à septembre) et 2005 (juin à octobre).

8L’aléa cyclonique est étudié en comparant l’intensité des vents et la pression atmosphérique minimale mesurée au centre (œil) de plusieurs épisodes cycloniques, du stade de dépression tropicale (Jour 1 à 9h GMT) à la fin de l’épisode, c'est-à-dire lorsque que le système s’affaiblit au stade de dépression et sort du domaine tropical. Le premier jour (J1) présente un décalage entre événements ; ceci est dû au passage de la dépression tropicale au stade de tempête, contrairement au Jour 2. Généralement les mesures de vent sont effectuées quatre fois par jour (3, 9, 15, 21h GMT), et plus si le cyclone se renforce brutalement entre deux mesures (6 ou 18h GMT).

9La vulnérabilité des espaces est évaluée en tenant compte du nombre de décès et, quand cela est possible, d’une estimation des coûts occasionnés. La prise en compte des mesures de prévention et d’évacuation préalable n’est pas exploitée ici.

10La saison cyclonique 2008 de l’océan Atlantique est relativement peu active, avec trois ouragans dépassant la catégorie 2.

2. Une saison cyclonique 2008 intense dans l’Atlantique

2.1. Evolution spatio-temporelle de Gustav (25 août-2 septembre 2005)

11Le cyclone Gustav est issu d’une zone dépressionnaire qui se développe sur l'Atlantique nord, du 20 au 22 août, assez loin à l’est des Petites Antilles, mais restant peu organisée. Après être passée sur la moitié sud de l'arc antillais les 23 et 24, occasionnant près de 100 mm de pluies et de nombreux orages sur Sainte-Lucie et la Martinique, elle est classée en matinée du 25 dépression tropicale au sud de la République Dominicaine, puis tempête tropicale dès que des mesures le confirmant sont rapportées par l'avion de reconnaissance (Météo France, 2008).

12Le cyclone atteint l'intensité d'ouragan par 17,20 °N et 71,90°W en cours de nuit du 25 au 26 août, à une centaine de kilomètres au sud de la république de Haïti vers laquelle il se dirige. La pression la plus faible enregistrée est alors de 984 hPa et le vent de 85 nœuds (157 km/h). L’ouragan Gustav traverse le sud-ouest de Haïti et s’affaiblit au stade de tempête tropicale dans la nuit du 26 au 27 août, avec des vents de 70 nœuds (130 km/h) et une pression de 994 hPa.

13Gustav se dirige ensuite vers la Jamaïque qu'il atteint et traverse le 28, avec des vents d’environ 70 nœuds et une pression près de l’œil passant de 999 à 983hPa.

14Le 29 vers 21h (19.20°N, 79.70°W) Gustav évolue de nouveau en ouragan de catégorie 1 (vents de 75 nœuds, pression de 980 hPa), frappe les îles Cayman, se renforce en quelques heures en ouragan de classe 4 sur l’échelle Saffir-Simpson, avec des vents maximum soutenus de 150 nœuds (277 km/h) et une pression qui se creuse à 942 hPa en début de nuit du 30 août (21h GMT), par 22,10° de latitude nord et 82,90°W ; il traverse l'île de la Jeunesse et l'ouest de Cuba, à proximité de La Havane.

15Affaibli par son passage sur la terre cubaine, Gustav rejoint le Golfe du Mexique et se dirige vers la Louisiane qu'il atteint le 1er septembre, après avoir faibli en ouragan de classe 2 dans la région de Lafayette, un peu à l'ouest de la Nouvelle Orléans. Il perd ensuite ses caractéristiques de cyclone tropical dans l'intérieur des terres de l'extrême est du Texas et sur la Louisiane, où il provoque de fortes pluies, ainsi que sur les états du Mississippi, Arkansas et Missouri.

16Gustav suit une trajectoire dans les eaux chaudes de la mer des Antilles et du Golfe du Mexique (fig. 1).

Figure 1 - Trajectoire et intensité des vents du cyclone Gustav du 25 août au 2 septembre 2008

Figure 1 - Trajectoire et intensité des vents du cyclone Gustav du 25 août au 2 septembre 2008

Source : NOAA/NHC, 2008 – Pour voir l’animation, suivre le lien : http://www.nhc.noaa.gov/​archive/​2008/​graphics/​al07/​loop_S.shtml

17Le cyclone Gustav a entraîné la mort de 8 personnes en République Dominicaine, 66 à Haïti, 11 en Jamaïque et 7 en Louisiane, soit 92 au total. L’anticipation des mesures de prévention et les nombreuses évacuations organisées dans cet état américain, ont permis de réduire le nombre potentiel de victimes, leçon tirée du passage dévastateur de Katrina tout juste trois ans plus tôt.

2.2. L’ouragan Hanna affecte Haïti et la côte atlantique des États-Unis

18Du 28 août au 7 septembre 2008, la zone dépressionnaire qui se développe sur l'Atlantique au large nord-est des Petites Antilles les 26 et 27 août, évolue en dépression tropicale dans la nuit du 27 au 28 (positionnée par 19,80°N et 57,90°W), puis vite tempête (pression de 1002 hPa, vitesse du vent de 68 km/h) et se dirige vers le nord-ouest à faible vitesse ; elle passe à 300 km environ au nord-est du nord de l'arc antillais, accompagnée de nombreuses pluies orageuses. Assez peu organisée jusqu'au 31, la tempête tropicale Hanna aborde l'archipel des Bahamas avec une pression qui se creuse à 999 hPa et des vents de 111 km/h. Elle s'intensifie alors le 1er septembre et devient temporairement ouragan ; le vent maximal soutenu atteint 148 km/h, la pression minimale est de 978 hPa vers 3h GMT le 2 septembre. Hanna effectue une boucle au sud des Bahamas et à proximité du nord de Haïti, une fois redevenue forte tempête. Puis elle traverse tout l'archipel des Bahamas dans sa remontée vers le nord-ouest avant d'arriver sur les états américains de Caroline du Nord et de Virginie dans la nuit du 5 au 6. Après être passée sur Washington et New York, elle perd ses caractéristiques tropicales le 7 au matin sur les états de la Nouvelle Angleterre (Météo France, 2008).

19Suite aux inondations engendrées par les fortes précipitations, Hanna tue environ 500 personnes dans le nord de Haïti, petit pays déjà touché par Gustav six jours plus tôt.

20L’animation satellitale (fig. 3) montre l’évolution spatio-temporelle des deux cyclones de part et d’autre de l’île d’Hispaniola.

Figure 2 - Animation satellite des ouragans Gustav et Hanna sur l’Atlantique nord et le Golfe du Mexique

Figure 2 - Animation satellite des ouragans Gustav et Hanna sur l’Atlantique nord et le Golfe du Mexique

Source Météo France, 2008 – Pour voir l’animation sur la trajectoire des cyclones Gustav et Hanna : http://www.meteo.fr/​temps/​domtom/​antilles/​pack-public/​cyclone/​Gustav_Hanna.gif

21Les effets de Hanna sont passés quasiment inaperçus car occultés par le gigantisme de Ike qui la succède ; et pourtant, Hanna a tué 500 personnes à Haïti, tandis que les media restent focalisés sur les potentiels importants dégâts à venir de Ike sur les installations pétrolières texanes !

2.3. L’ouragan Ike, le plus long de la saison, atteint la catégorie 4

22La perturbation qui naît entre l'archipel du Cap Vert et les Petites Antilles devient vite la tempête tropicale Ike à un peu plus de 2 000 km au large de l'arc antillais. Ouragan dès le 3 septembre 2008 à 1000 km au nord-est de l'archipel antillais, il s'intensifie de manière explosive et atteint la catégorie 4 dans la nuit du 3 au 4. La pression minimale n’est que de 935 hPa et le vent maximal soutenu de 230 km/h (125 noeuds). Ike poursuit sa route vers l'ouest, mais s'affaiblit en ouragan 3 lorsqu'il passe à 500 km au nord de Saint-Martin le 5 (fig. 3). Une inflexion vers le sud-ouest, comme Hanna quelques jours plus tôt, le fait se diriger vers le sud de l'archipel des Bahamas et le nord de Haïti déjà durement éprouvé : quatre cyclones consécutifs touchant le même territoire, c'est quasiment de l'inédit. L’ouragan de nouveau de classe 4 touche sévèrement l'île de Cuba, qu'il traverse de part en part du 7 au 9 septembre. Affaibli par son passage sur les terres, c'est un ouragan de classe 1 qui débouche dans le Golfe du Mexique, mettant le cap sur le Texas, qu'il atteint dans la nuit du 12 au 13 avec l'intensité de catégorie 2. Ike frappe durement Galveston (5 morts) et la région de Houston, avant de pénétrer dans les terres et de perdre son statut de cyclone tropical sur l'Arkansas, le Missouri, l'Indiana et l'Illinois (Météo France, 2008 ; AFP, 14/09/2008).

Figure 3 - Trajectoire et intensité des vents de l’ouragan Ike du 1er au 14 septembre 2008

Figure 3 - Trajectoire et intensité des vents de l’ouragan Ike du 1er au 14 septembre 2008

Source : NOAA/NCEP/NHC, 2008 – Pour voir l’animation suivre le lien : http://www.nhc.noaa.gov/​archive/​2008/​graphics/​al09/​loop_S.shtml

23Ike présente une grande longévité, 14 jours. Il a tué, directement ou indirectement (chutes d’arbres, électrocution) 66 personnes à Haïti, 4 à Cuba, 52 aux Etats-Unis (AFP, 14/09/2008).

24Ike est suivi d’une perturbation africaine, classée dépression tropicale (DT 10) juste au sud des îles du Cap Vert le 2 septembre, qui devient très vite une tempête tropicale baptisée Joséphine, et se déplace vers l'ouest. Le vent maximal soutenu atteint 100 km/h (55 noeuds) le 3 la pression minimale est de 994 hPa. Fort heureusement, l'environnement atmosphérique hostile l'affaiblit les 4 et 5 septembre, et la déstructure le 6 au matin, à plus de 2 500 km des Antilles.

2.4. L’augmentation de l’intensité des cyclones est en partie liée au réchauffement des surfaces océaniques

25La saison cyclonique 2008 peut être considérée comme assez active dans l’Atlantique nord, avec la présence de deux ouragans de catégorie 3 et plus (fig. 4), mais leur nombre est inférieur à la moyenne annuelle 1950-2000 (13 cyclones baptisés) pour l’océan Atlantique.

Figure 4 - Trajectoire des cyclones de la saison 2008 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique

Figure 4 - Trajectoire des cyclones de la saison 2008 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique

Source : Weather Underground, 2008 – Pour visionner la carte, suivre le lien : http://www.wunderground.com/​hurricane/​at2008.asp?MR=1

26Pour observer un cyclone en particulier, cliquer ensuite sur son nom et la trajectoire apparaît.

27En comparaison, la saison cyclonique 2005 a battu tous les records avec 28 tempêtes tropicales (ancien record de 21 en 1933), 15 ouragans (12 en 1969) dont 4 de catégorie 5 (Emily, Katrina, Rita et Wilma) (fig. 5).

Figure 5 - Trajectoire des cyclones de la saison 2005 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique

Figure 5 - Trajectoire des cyclones de la saison 2005 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique

Source : Weather Underground, 2008. Pour visionner la carte, suivre le lien :
http://www.wunderground.com/​hurricane/​at2005.asp?MR=1

28Pour observer un cyclone en particulier, cliquer ensuite sur son nom et la trajectoire apparaît.

29Si l’activité cyclonique dans l’océan Atlantique a augmenté significativement depuis 1995 (Webster et al. 2005 ; Holland & Webster, 2007), les causes sous-jacentes de cette augmentation restent incertaines (Saunders & Lea, 2008). Plusieurs études récentes sur les cyclones tropicaux de l’Atlantique nord montrent une corrélation entre l’augmentation de l’activité cyclonique et le réchauffement de la Température de Surface Océanique. Emanuel (2005) montre qu’une augmentation de 0,5°Celsius des eaux de surface dans la mer des Caraïbes, le golfe du Mexique et dans l'Atlantique nord, augmente la fréquence des cyclones tropicaux de 40 %. D’autres travaux établissent le lien causal probable avec le changement du climat d’origine anthropique ; l’impact du CO2 et du réchauffement influent sur les précipitations et l’intensité des ouragans (Knuston et Tuleya, 2004) par exemple, ou encore les réanalyses de Kossin et al. (2007) sur les records historiques de l’activité cyclonique. De plus, pour Elsner et al. (2008) une augmentation de 1°C de la température de surface océanique entraîne une augmentation de la fréquence globale des cyclones forts (avec des vents supérieurs 51 m/s, i.e. 184 km/h), qui passent de 13 à 17 par an, soit une hausse de 31 %, inférieure à celle prévue par Emanuel en 2005. Ce constat est statistiquement vérifié pour les cyclones les plus violents, dont l'intensité s'accentue, en particulier dans l'Atlantique nord.

30Cependant, il existe des incertitudes sur la capacité à discerner les tendances à long terme de l’activité cyclonique tropicale (Mann et al., 2007). Si le réchauffement des mers suggère que l'océan a plus d'énergie à convertir en vent de cyclone tropical, l’intensité des cyclones n’est pas due uniquement aux températures océaniques ; la compréhension des raisons pour lesquelles certains cyclones se renforcent parfois très rapidement, alors que d’autres ne le font pas reste partielle (Elsner et al., 2008).

31Quels que soient les causes de l’augmentation de l’intensité des cyclones, les risques eux, sont spatialement et temporellement différents.

3. Le risque cyclonique lié à Katrina (2005) et Gustav et Ike (2008)

3.1. Les aléas Katrina, Gustav et Ike sont assez comparables

32Les ouragans Gustav et Ike sont comparables à l’ouragan Katrina dans la mesure où ils ont occasionné de nombreux dégâts et endeuillé les îles antillaises, avant d’aborder les côtes américaines du Golfe du Mexique. Leurs trajectoires sont légèrement différentes (fig. 4 & 5), mais tous trois finissent leur parcours maritime dans le golfe du Mexique, alors que d’autres cyclones longent la côte Atlantique des Etats-Unis comme Hanna (28/08 au 7/09/2008) ou comme Hugo en 1989 (voir l’année : http://www.wunderground.com/​hurricane/​at1989.asp).

33Ike est l’événement qui a duré le plus longtemps, 14 jours contre 9 pour Katrina et Gustav, mais Katrina a été l’ouragan dont la pression a été minimale et les vents les plus forts (Fig. 6). Katrina, Gustav et Ike ont tous les trois atteint leur intensité maximale entre le 6e et le 7e jour. La corrélation linéaire entre les vents d’une part, et les pressions d’autre part, de Katrina et des deux cyclones est bonne et supérieure à 0,61. En revanche Ike et Gustav sont mal corrélés entre eux.

Figure 6 - Analyse comparée de la pression minimale enregistrée (en haut) et de l’intensité des vents (en bas) entre les ouragans Katrina (2005), Gustav et Ike (2008).

Figure 6 - Analyse comparée de la pression minimale enregistrée (en haut) et de l’intensité des vents (en bas) entre les ouragans Katrina (2005), Gustav et Ike (2008).

34Au-delà de l’aléa, c’est surtout la vulnérabilité qui est très différente.

3.2. Une vulnérabilité spatiale et temporelle variable

35La vulnérabilité associée aux cyclones tropicaux est exprimée ici restrictivement par le nombre de décès (tab. 2). Au moment de la rédaction de cet article, l’ensemble des dégâts occasionnés est encore difficile à chiffrer.

Tableau 2 - Evaluation partielle de l’aléa et de la vulnérabilité aux cyclones Katrina, Gustav et Ike

Tableau 2 - Evaluation partielle de l’aléa et de la vulnérabilité aux cyclones Katrina, Gustav et Ike

36Par ailleurs, les informations sur les mesures de prévention et d’évacuation sont partielles.

3.3. Un risque élevé fonction de la pauvreté ou du manque de respect des consignes de sécurité ?

37Le risque cyclonique dépend certes de l’intensité de l’aléa, mais aussi des mesures de prévention, d’évacuation préalable, voire la capacité que présente la société affectée à surmonter le cyclone.

38L’ouragan de catégorie 2 Dean, n’a fait aucune victime lors de son passage sur le département français d’outre mer martiniquais en août 2007, mais il a dévasté les bananeraies et fortement perturbé l’économie locale. Or aux Antilles françaises, les nouvelles consignes de sécurité et plan d’alertes cycloniques établies en 1999 par les services préfectoraux sont très efficaces ; il existe une véritable « culture du risque cyclonique » et chacun connaît les gestes à faire avant, pendant et après le passage d’un ouragan.

39Quelques centaines de kilomètres au nord-ouest, la république de Haïti, l’un des états les plus pauvres de la planète, ne bénéficie pas d’un tel niveau d’alerte, ne serait-ce parce les informations préventives, lorsqu’elles parviennent à la population, ne peuvent pas être correctement véhiculées auprès de tous (problème de transistor, de piles, de réflexes acquis de survie).

40Cuba n’a eu à déplorer « que » sept décès lors des deux ouragans Gustav et Ike, grâce aux évacuations préventives massives des littoraux effectuées par les autorités qui ont permis d’épargner la population. Sept morts c’est toujours trop, mais « peu » comparativement à Haïti qui perd près de 570 âmes durant la saison cyclonique 2008 ! Plus de 2,5 millions de cubains ont été mis à l’abri grâce à plus de 10 000 véhicules utilisés à cet effet. Au total, 87 000 personnes ont été mobilisées pour la sauvegarde des vies humaines.

41Aux États-Unis, État tout puissant sur la scène mondiale, la majeure partie des victimes d’ouragan est due aux promeneurs curieux qui bravant les mesures de confinement. Dans le cas des victimes liées à la rupture de la digue du lac Pontchartrain à la Nouvelle Orléans, le problème est autre ; mais les procédures d’évacuation avaient épargné les couches sociales les plus aisées qui ont pu se déplacer.

42Un fort risque cyclonique semble donc, au moins en partie, lié à une forte vulnérabilité sociale plutôt qu’à un aléa phénoménal.

43Dans l’océan Indien, cette vulnérabilité sociale aux typhons est également constatée. Durand-Dastès (2008) cite les actions et réactions des institutions humaines, c’est-à-dire les « forces » qu’elles peuvent mettre en œuvre, autant que l’ampleur des forces naturelles à l’origine de la catastrophe, comme composante pouvant jouer un rôle tout à fait notable dans le développement des conséquences économiques et sociales des aléas cycloniques. Trois domaines, assez différents par leurs dimensions spatiales et temporelles sont évoqués : la prévision, l’intervention des mesures à long terme capables de modifier les effets d’une catastrophe éventuelle et enfin, l’attitude gouvernementale.

Conclusion

44La vulnérabilité aux cyclones tropicaux semble autant liée au manque ou à l’insuffisance de mesures de prévention et d’évacuation des populations des littoraux qu’à l’ampleur de l’aléa potentiellement catastrophique. L’ouragan Gustav est présenté comme l’un des plus violent depuis Katrina : or, grâce aux moyens mis en œuvre par les autorités américaines, ce cyclone de catégorie 2 lors de son arrivée sur les côtes de Louisiane, fait relativement peu de victimes.

45Un fort risque cyclonique s’avèrerait alors surtout dépendant de l’importance de la vulnérabilité, elle-même liée à la capabilité des institutions à faire face à l’aléa.

Haut de page

Bibliographie

Elsner J. B., Kossin J. P. & Jagger T. H., 2008. The increasing intensity of the strongest tropical cyclones. Nature 455, 92-95.

Emanuel K. A., 2005. Increasing destructiveness of tropical cyclones over the past 30 years. Nature 436, 686-688.

Durand-Dastès F., 2008. Une catastrophe dans son contexte : l’ouragan Nargis dans la Baie du Bengale (avril-mai 2008). Cybergeo, Les échelles des catastrophes. URL : http://www.cybergeo.eu/index20143.html.

Holland G. J. and Webster P. J., 2007. Heightened tropical cyclone activity in the North Atlantic: natural variability or climate trend? Phil. Trans. R. Soc. A. doi:10.1098/rsta.2007.2083. http://webster.eas.gatech.edu/static/Papers/Webster2007a.pdf

Knutson T. R. and Tuleya R. E., 2004. Impact of CO2-Induced Warming on Simulated Hurricane Intensity and Precipitation: Sensitivity to the Choice of Climate Model and Convective Parameterization. Journal of Climate, 17, n° 18 : 3477-3495. 15 September 2004.

Kossin, J. P., Knapp K. R., Vimont D. J., Murnane R. J., and Harper B. A., 2007: A globally consistent reanalysis of hurricane variability and trends. Geophys. Res. Lett., 34, L04815, doi:10.1029/2006GL028836.

Mann M. E., Emanuel K.A.,. Holland G. J, and Webster P. J. Atlantic Tropical Cyclones Revisited. Eos, vol. 88, n° 36, 4 September 2007 :  349–350. http://webster.eas.gatech.edu/static/Papers/Webster2007b.pdf

Rome S., 2006. Aléa cyclonique et vulnérabilité des sociétés. Journées de Climatologie de la Commission « Climat et Société » du Comité National Français de Géographie, Nice, mars 2006.

Saunders M. A & Lea A. S, 2008. Large contribution of sea surface warming to recent increase in Atlantic hurricane activity. Nature451, 557-560.

Webster P. J., Holland, G. J., Curry, J. A. & Chang H.-R., 2005. Changes in Tropical Cyclone Number, Duration, and Intensity in a Warming Environment. Science, 309, 1844-1846, 16 September 2005.

Météofrance, 2008. Saison cyclonique 2008 sur l’Atlantique et en Caraïbe. http://www.meteo.fr/temps/domtom/antilles/pack-public/cyclone/res_sais_cyc_2008.htm

AFP, 2008. Ouragan Ike : dégâts considérables au Texas mais le pire a été évité.14/09/2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les caractéristiques aérologiques des cyclones tropicaux dans l’Atlantique nord et les catégories d’ouragan selon l’échelle de Saffir et Simpson.
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 1 - Trajectoire et intensité des vents du cyclone Gustav du 25 août au 2 septembre 2008
Légende Source : NOAA/NHC, 2008 – Pour voir l’animation, suivre le lien : http://www.nhc.noaa.gov/​archive/​2008/​graphics/​al07/​loop_S.shtml
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 2 - Animation satellite des ouragans Gustav et Hanna sur l’Atlantique nord et le Golfe du Mexique
Légende Source Météo France, 2008 – Pour voir l’animation sur la trajectoire des cyclones Gustav et Hanna : http://www.meteo.fr/​temps/​domtom/​antilles/​pack-public/​cyclone/​Gustav_Hanna.gif
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 - Trajectoire et intensité des vents de l’ouragan Ike du 1er au 14 septembre 2008
Légende Source : NOAA/NCEP/NHC, 2008 – Pour voir l’animation suivre le lien : http://www.nhc.noaa.gov/​archive/​2008/​graphics/​al09/​loop_S.shtml
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 4 - Trajectoire des cyclones de la saison 2008 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique
Légende Source : Weather Underground, 2008 – Pour visionner la carte, suivre le lien : http://www.wunderground.com/​hurricane/​at2008.asp?MR=1
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 5 - Trajectoire des cyclones de la saison 2005 dans l’atlantique nord et le Golfe du Mexique
Légende Source : Weather Underground, 2008. Pour visionner la carte, suivre le lien : http://www.wunderground.com/​hurricane/​at2005.asp?MR=1
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-6.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 6 - Analyse comparée de la pression minimale enregistrée (en haut) et de l’intensité des vents (en bas) entre les ouragans Katrina (2005), Gustav et Ike (2008).
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Tableau 2 - Evaluation partielle de l’aléa et de la vulnérabilité aux cyclones Katrina, Gustav et Ike
URL http://echogeo.revues.org/docannexe/image/7613/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Rome, « Le risque cyclonique dans l’Atlantique en 2008 », EchoGéo [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://echogeo.revues.org/7613 ; DOI : 10.4000/echogeo.7613

Haut de page

Auteur

Sandra Rome

Sandra Rome (sandra.rome@ujf-grenoble.fr) est géographe climatologue, et enseignant-chercheur à l’Université Joseph Fourier Grenoble 1et est membre de l’UMR CNRS 5194 PACTE. Elle a publié récemment :
ROME S., BIGOT S., CHAFFARD V. et BIRON P.-E., 2008 : Relation entre les températures de l’air et les températures du sol : l’exemple des Hauts Plateaux du Vercors. Actes du colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 21. Montpellier, septembre 2008.
– BIGOT S. et ROME S., 2008 : Elaboration d’un atlas de l’enneigement à l’échelle du Vercors grâce à l’imagerie SPOT-VEGETATION. Actes du colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 21. Montpellier, septembre 2008.
Rome S. et Giorgetti J.-P., 2007 : La montagne corse et ses caractéristiques climatiques. La Météorologie 8e série, n°59 – novembre 2007, 39-50.
ROME S., 2006 : Aléa cyclonique et vulnérabilité des sociétés. Journées de Climatologie de la Commission « Climat et Société », Comité National Français de Géographie, Nice, mars 2006.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org